Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Negros Forest Ecological Fundation Inc.


Logo Fondation

Negros Forest Ecological Fundation Inc.

South Capitol Road
Bacolod
6100 Negros Occidental
Philippines

Tel : +63 34 433 9234


www.talarak.org
Logo du parc



Mes visites
: 18 et 19 mars 2018

Mise en ligne : 14 octobre 2018
Vue aérienne
Vue aérienne






Petit duc des Philippines
Petit duc des Philippines - mars 2018




Tarifs d'entrée 2018

Horaires d'ouverture 2018
L'entrée et les spizaètes
Les grands rapaces et les macaques
Les pigeons frugivores
Les volières des oiseaux
Les chats, cochons et cerfs des Philippines
Les mammifères et les grands ducs
Les volières des calaos et les varans
Les Psittacidés
Conclusion




Flèche

Tarifs d'entrée 2018 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)







Tarifs individuels


     Adultes :                               20 Php (0.32 €)
     Enfants (moins de 1.20 m) : 10 Php (0.16 €)

Les visiteurs peuvent également faire un
don à la Talarak Fundation qui gère le
parc
Calao de Walden
Calao de Walden - mars 2018



Flèche

Horaires d'ouverture 2018 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


palettes à couronne bleue
P
alette à couronne bleue - mars 2018









Du lundi au samedi
 de 8h00 à 17h00



Flèche

Visite du parc



Le parc de Bacolod situé au cœur de la prin-
cipale ville de l’île de Negros, a été repris
par la Talarak Fundacion, une association
fondée par différents particuliers en vue de
sauvegarder les espèces endémiques et
menacées de cette île.

Suite à la reprise, le parc présente au public
plusieurs espèces élevées dans le second
centre de la fondation, centre fermé au pu-
blic et situé dans le sud de l’île.


Zone des milans
Présentation des rapaces - mars 2018


Enclos du cochon
Enclos du cochon - mars 2018

Après avoir franchit le portail d’entrée le
visteur traverse une petite zone enherbée
sur la gauche de laquelle sont présentés
des milans de Brahm (Milvus indicus) avec
lesquels le visiteur peut se prendre en
photo.

Sur la droite, face aux rapaces, une palis-
sade tressée de bambous délimite un petit
enclos en terre, au cœur duquel vit un bébé
sanglier des Visayas (Sus cebifrons) élevé
au biberon.



Le visiteur arrive alors sous un toit de

chaume où se situent les caisses de ce
petit parc de ville. Sur la droite des caisses
se dresse une cage au sein de laquelle
cohabite une conure soleil (Aratinga
solstitialis
) et une conure cuivrée à gorge
brune (Eupsittula pertinax surinama).

Jouxtant ces psittacidés se dresse un ter-
rarium occupé par un python royal
(Python regius). La visite au sein du parc
débute alors à l’arrière de cette cabane.


Ambiance dans le parc
Ambiance dans le parc - mars 2018



Volière des rapaces
Volière des rapaces - mars 2018

Là, le visiteur fait face à une imposante

volière divisée en trois sections disctin-
ctes. La première de ces volières est
relativement longue. Plusieurs arbres
morts agrémentent l’ensemble offrant
divers perchoirs en bois.
Le sol naturel est pour sa part recouvert
de
plantes tropicales.

Cette première volière de grande taille
est le lieu de vie d’un couple de spizaètes
des Philippines (Spizaetus pinskeri).



Flèche


Nous allons alors continuer la visite sur la
gauche de cette volière pour découvrir à
l'arrière de celle-ci une autre volière ac-
colée, identique en termes d’aménage-
ments et occupée par des grands ducs
des Philippines (Bubo philippensis).

Face à ces hiboux se dresse une volière
rectangulaire aménagée de quelques
perchoirs en bois, qui permet d’abriter
les milans de Brahm (Milvus indicus)
durant la nuit.


Volière des milans
Volière des milans - mars 2018


Volière des spizaètes
Volière des spizaètes - mars 2018
A l’arrière des volières des spizaètes et des
hiboux, séparées de ces dernières par un
mur, se dresse une autre longue volière du
même type, agrémentée d’arbres morts et
de plantes tropicales basses. Cette dernière
est consacrée à des spizaètes des
Philippines (Spizaetus pinskeri).

Le visiteur revient alors sur ses pas et con-
tourne les 3 volières des rapaces, pour
découvrir une quatrième structure intégrée
à ce bloc massif, structure au sol en terre,
agrémentée de plantes et de troncs, con-
sacrée à des serpentaires bachas (Spilornis
holospilus
). Le visiteur gagne alors l’une
des allées principale du zoo.





A partir de cette dernière rayonnent deux
sentiers se dirigeant vers la gauche. Nous
allons rester sur l’allée centrale, pour
longer, sur la gauche, un mur en béton
percé d’ouvertures grillagées permettant
d’admirer un enclos au sol recouvert
d’écorces, au sein duquel ont été érigés
plusieurs agrès en pneus, bois et cordes.
Des macaques crabiers des Philippinies
(Macaca fasciularis philippensis) y
évoluent.
Enclos des macaques
Enclos des macaques  - mars 2018



Flèche

L’allée débouche alors sur un chemin per-
pendiculaire le long duquel se dressent
d’imposantes volières. Toutes les volières
situées face à nous disposent d’un sol
recouvert d’écorces, sont plantées de
plusieurs arbres et arbustes et agrémen-
tées de différentes branches offrant des
perchoirs en bois.
Ces infrastructures mettent à l’honneur
la faune aviaire des Philippines et prin-
cipalement de l’île de Negros.

Nous allons démarrer la découverte de
ces dernières sur la gauche. La première
installation est occupée par un couple de
calaos tarictics (Penelopoides panini
panini
), une espèce que le parc reproduit
régulièrement.



Allée des oiseaux
Allée des oiseaux - mars 2018
Volière des colombes
Volière des colombes - mars 2018

La suite de la visite nous amène sur la
gauche pour découvrir la seconde stru-
cture accolée à l’installation des calaos.
Cette seconde volière, plus volumineuse
que la précédente, met à l’honneur les
pigeons frugivores notamment.
On pourra y voir évoluer des rolles orien-
taux (Eurystomus orientalis), des loriots
de Chine (Oriolus chinensis), de très rares
gallicolombes de Negros (Gallicolumba
keayi
) – une espèce dont le parc maitrise
la reproduction et qui n’est pas connue
ailleurs en captivité -, ...







..., des colombines turvert (Chalcophaps
indica
), des phasianelles des Philippines
(Macropygia phasianella tenuirostris),
des phapitrerons à oreilles beiges
(Phapitreron nigrorum) et des ptilopes
batildes (Ptilinopus occipitalis).


Rolle oriental
Rolle oriental - mars 2018


Gallicolombe de Negros
Gallicolombe de Negros - mars 2018


La troisième volière voit cohabiter des
pigeons à gorge blanche (Columba
vitiensis griseogularis
), des carpophages
bicolores (Ducula bicolor), des carpo-
phages à ventre rose (Ducula
poliocephala
), des carpophages paulines
(Ducula aenea), des gallicolombes poi-
gnardées (Gallicolumba luzonica), des
ptilopes de Leclancher (Ptilinopus
leclancheri
), des tourterelles rieuses
(Streptopelia roseogrisea) et des colom-
bars giouannes (Treron vernans).



Flèche

Les grandes volières laissent alors
place à une volière tout aussi longue
mais moins large, dans laquelle ont
été disposés d’imposants troncs morts.
Là encore, une végétation rase ap-
porte un peu de verdure à l’ensem-
ble. Cette volière accueille un pic à
ventre blanc (Dryocopus javensis
philippensis
).

Un couple de calaos taritics
(Penelopides panini) évolue dans la
cinquième volière de ce complexe.


Volière des calaos
Volière des calaos - mars 2018


Pic à ventre blanc
Pic à ventre blanc - mars 2018
Après un petit espace, nous retrouvons
une volière carrée, située face à l’allée
centrale que nous avions empruntée
précédemment. Cette volière qui est la
seule dépourvue de végétation est le
lieu de vie d’une colonie de chauves
souris de Malaisie (Pteropus vampyrus).

A la suite de la volière des chauves
souris, on trouve un ensemble de quatre
volières qui complète ce complexe. La
première volière est identique à celle du
pic à ventre blanc (
Dryocopus javensis
philippensis) et accueille un second in-
dividu appartenant à cette espèce.


Accolée à cette dernière se dresse une
volière plus large, au sol recouvert
d’écorces, agrémentée de nombreuses
plantes et d’un bassin. Cet espace per-
met à un goupe de pigeons de Nicobar
(Caloenas nicobarica) de voler aux cotés
de mainates religieux (Gracula religiosa)
et d’éperonniers de napoléon
(Polyplectron napoleonis).

La troisième volière identique à celle des
éperonniers héberge un petit groupe de
gallicolombes de Negros (Gallicolumba
keayi
) et des goulins gris (Sarcops calvus).


Volière des éperonniers
Volière des éperonniers - mars 2018


Volière des chouettes
Volière des chouettes - mars 2018





Enfin, la dernière volière qui complète
cette longue allée, dispose d’un sol en
herbe et est agrémentée de perchoirs
en bois. Elle est occupée par des
chouettes effraies des prairies (Tyto
longimembris
).



Flèche


Face au second bloc de volières, sur la
gauche de l’allée, s’aligne un ensemble
de quatre enclos visibles au travers de
trous grillagés percés dans des murs de
béton. Ces volières comme la plupart
des installations du parc profitent d’un
sol recouvert d’écorces, de plantes ver-
tes et de quelques troncs. Elles forment
le centre d’élevage des chats des
Philippines (Prionailurus bengalensis
rabori
).


Complexe des chats
Complexe des chats - mars 2018


Volières des petits rapaces
Volières des petits rapaces - mars 2018


A l’extrémité de cette allée, nous allons
bifurquer sur la droite, pour gagner un
ensemble de trois volières de taille mo-
yenne, accolées les unes aux autres.
Les deux premières sont relativement
sombres et agrémentées de quelques
végétaux et de branches. Elles sont
consacrées respectivement à des petits
ducs de Negros (Otus nigrorum) pour la
première et des ninoxes des Philippines
(Ninox philippensis) pour la seconde. 


La dernière volière est traversée par
plusieurs troncs et dépourvue de végé-
tation. Elle accueille des varans de
Samar (Varanus samarensis).

Le visiteur débouche alors sur une petite
place à partir de laquelle se ramifient
plusieurs chemins. Face à nous, légèrement
sur la gauche, un point de vision s’ouvre sur
un vaste enclos ombragé par de grands ar-
bres.
Ce dernier dispose d’un sol en sable et
accueille des sangliers des Visayas (Sus
cebifrons negrinus
).


Enclos des sangliers
Enclos des sangliers - mars 2018

Vivarium des hydrosaures
Vivarium des hydrosaures - mars 2018
Accolée au point de vision se dresse une
volière de taille moyenne, creusée d’un
bassin et agrémentée de zones rocail-
leuses et plantées. Elle héberge des
hydrosaures pustuleux (Hydrosaurus
pustulatus
).

Nous allons alors emprunter un sentier
situé sur la droite de la place de sorte à
longer la volière des varans face à la-
quelle s’étend un enclos en sable, planté
de quelques arbres et creusé d’un bassin.
Au cœur de cet espace on pourra ad-
mirer un troupeau de cerfs du Prince
Alfred (Rusa alfredi) et des canards
des Philippines (Anas luzonica).



Flèche

Cet enclos marque l’entrée dans le cen-
tre d’élevage des cervidés qui compte,
outre l’enclos déjà observé,  quatre
autres parcs en sable au sein desquels
évolue cette espèce. Les deux derniers
parcs étant situés en bordure de l’en-
ceinte du zoo.

Le visiteur revient alors sur ses pas
pour repasser devant l’enclos des san-
gliers et le complexe des chats des
Philippines de sorte à emprunter un
sentier parallèle à l’allée centrale.


Enclos des cerfs du Prince Alfred
Enclos des cerfs du Prince Alfred - mars 2018


Volière des grands ducs
Volière des grands ducs - mars 2018
Sur la droite de ce chemin, on peut ob-
server un second enclos en sable con-
sacré aux sangliers des Visayas (Sus
cebifrons
).

Face à cette installation, une allée
bifurque sur la gauche et rejoint l’allée
centrale. Sur la gauche de cette bifur-
cation se dressent deux volières agré-
mentées de structures en bois, de cor-
des et de quelques plantes.
Elles sont occupées par des grands
ducs des Philippines (Bubo philippensis).




Le visiteur continue alors sa visite en
revenant sur le chemin précédent de
sorte à s’enrouler autour du second
enclos des suidés.
Mitoyen à ce dernier, on peut encore
admirer deux parcs en sable toujours
consacrés à cette espèce qui fait
l’objet d’un programme d’élevage
dans les parcs européens.
Enclos des sangliers
Enclos des sangliers - mars 2018



Flèche



Au bout du complexe des sangliers, in-
stallées dans une zone à la végétation
touffue se dressent quatre volières
relativement hautes et profondes. Des
parois opaques permettent de séparer
chaque volière assurant la tranquilité
des oiseaux qui y vivent.
Toutes ces volières disposent d’un sol
naturel et sont plantées de nombreux
végétaux. Des troncs verticaux offrent
aussi plusieurs possibilités de perchoirs.


Complexe des calaos
Complexe des calaos - mars 2018


Volières des calaos
Volières des calaos - mars 2018
Les espèces qui évoluent à ce niveau
sont de droite à gauche et à raison
d’une espèce par volière : calao à
casque plat (Buceros hydrocorax
mindanensis
) ; de très rares calaos de
Walden (Rhabdotorrhinus waldeni) ;
calaos de Vieillot (Rhabdotorrhinus
leucocephalus
) puis calaos de Walden
(Rhabdotorrhinus waldeni).

Cette dernière espèce est très rare en
captivité et seule la fondation Talarak
semble en maintenir en captivité.
Des signes de reproduction ont été
observés au parc lors de ma visite.





Nous allons emprunter une allée paral-
lèle à celle des hiboux et des volières
des oiseaux, pour longer, sur la droite,
un enclos au sol en terre, creusé d’un
bassin, disposant de quelques tunnels
sous terrain et de végétaux. Cet espace
accueille de discrets et timides varans
à larges écailles (Varanus nuchalis).


Terrarium du varan
Terrarium du varan - mars 2018


Volière des perruches
Volière des perruches - mars 2018



Plus loin, sur la gauche du sentier, le
visiteur découvre une volière au sol
recouvert d’écorces et agrémentée de
branches et de plantes. Cette volière
est consacrée à une petite colonie de
perruches de Müller (Tanygnathus
sumatranus
).



Flèche


Ce sentier débouche alors sur l’allée
centrale. Au niveau de cette jonction,
nous allons alors bifurquer sur la
droite, pour longer un nouveau com-
plexe composé de 4 volières
mitoyennes. Chacune profite d’un sol
en terre recouvert d’écorces. Une
colonie de coryllis des Philippines
(Loriculus philippensis) cohabite
avec des palettes à couronne bleue
(Prioniturus discurus whiteheadi) au
sein de la première volière.


Volière des palettes
Volière des palettes - mars 2018


Volière des cacatoès
Volière des cacatoès - mars 2018
La seconde volière légèrement plus
petite mais comparable en termes
d’aménagement est occupée par des
gallicolombes de Negros
(Gallicolumba keayi) et des perruches
de Luçon (Tanygnathus lucionensis).

Un couple de cacatoès des Philippines
(Cacatua haematuropygia) s’ébat dans
la troisième volière du complexe) tan-
dis que la dernière est le lieu de vie de
calaos tarictics (Penelopoides panini
panini
). Cette volière marque la fin de
la visite du NFEFI et le visiteur est alors
invité à quitter le parc.


coryllis des Philippines
Coryllis des Philippines - mars 2018
Cacatoès des Philippines
Volière des cacatoès - mars 2018



Flèche





En conclusion, le Negros Forest and
Ecological Fundation Inc, parc repris par
la Talarak Fundation en 2018 a été créé
pour présenter et reproduire de nom-
breuses espèces endémiques des
Philippines et menacées dans leur milieu
naturel.


Sanglier des Visayas
Sanglier des Visayas - mars 2018


Chat du Bengale
Chat du Bengale - mars 2018



A la base soutenu financièrement par de
nombreux zoos européens qu’ils soient
français, allemands, anglais, polonais ou
encore tchèques, le parc tente aujourd'hui
de vivre grace aux dons.
Il présente ses pensionnaires dans des
enclos bien aménagés contrastant fortement
avec les autres parcs de l’île. Une visite de
deux heures est à prévoir.


Copyright ©  -  2007-2018  -  J. Bordonné  - Tous droits réservés