Accueil    |   Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens




Zoo d'Anvers



Zoo d'Anvers
Koningin Astridplein
2000 Anvers
Belgique

Tel : 03/202.45.40

www.zooantwerpen.be
Logo du zoo


Je tiens à remercier Roland qui m'a accompagné lors de ma visite au zoo d'Anvers.

Mes visites : 26 aout 2006; 12 juillet 2009; 29 aout 2010; 08 septembre 2018
Mise en ligne :  20  janvier 2010 
Dernière mise à jour : 24 décembre 2018






Tarifs d'entrée 2018
Horaires d'ouverture 2018
Historique du parc
La serre aux papillons et la maison des singes
La maison des singes et l'Australie
Les okapis, manchots et petits mammifères
Le complexe des grands singes
La volière des buffles et la savanes
Le Temple Egyptien et les grues
Hippotopia et les phoques
L'aquarium et les wallabies
Le Vivarium 1/4


Gorille
Gorille - septembre 2018



Le Vivarium 2/4
Le Vivarium 3/4
Le Vivarium 4/4
L'Himalaya et les rapaces
Les kéas et les otaries
Le noctarium
Les carnivores
Les volières extérieures 1/2
Les volières extérieures 2/2
La maison des oiseaux 1/2
La maison des oiseaux 2/2
Conclusion



Flèche

Tarifs d'entrée 2018 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Tarifs été (du 01/04 au 14/11)
     Adulte : 26,50 €
     Enfant (3 à 11 ans) : 21,50 €
     Jeune (12 à 25 ans) : 24,50 €
     Sénior : 24,00 €

Tarifs hiver (du 15/11 au 31/03)
     Adulte : 21,50 €
     Enfant (3 à 11 ans) : 16,50 €
     Jeune (12 à 25 ans) : 19,50 €
     Sénior : 20,50 €

Les tickets achetés en ligne bénéficient d'une
remise de 1,50 € sur ces prix.
Poisson chirurgien
Poisson chirurgien - septembre 2018



Flèche

Horaires d'ouverture 2018 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Iguane
Iguane - septembre 2018




Janvier, février, novembre et décembre : 10h00 à 16h45
Mars, avril, octobre et les Vacances de Pâques : 10h00 à 17h00
Mai, juin et septembre : 10h00 à 18h00
Juillet, aout, les dimanches et jours fériés d'avril à septembre :  10h00 à 19h00

Les abonnés ont accès au parc à compter de 9 h



Flèche

Historique du parc


Le parc zoologique d'Anvers, situé au centre de
la ville, à coté de la gare principale, a été fondé
le 21 juillet 1843, dans le but de promouvoir les
sciences biologiques et botaniques.
A cette époque, le parc s'étendait sur 1,59
hectares et a eu le privilège d'obtenir le prédicat
"Royal".

En 160 ans, le zoo s'est agrandi  pour occuper,
aujourd'hui, 10,5 hectares au coeur de la ville.
Certaines constructions historiques, comme le
Temple égyptien ou le bâtiment des okapis,
témoignent de l'architecture des années 1870.


Tisserin noir
Tisserin noir - septembre 2018


Macroscélide
Macroscélide - septembre 2018




Ces bâtiments sont est toujours conservés, à
l'heure actuelle,  par le parc. Depuis les années
2000, le parc poursuit sa modernisation.
Celle-ci  le conduit à se séparer des plus
grosses espèces au profit d'animaux de taille plus
petite, et plus adaptés à l'étroitesse du zoo.

Ainsi, parmi les dernières constructions, on peut
citer la construction du panorama arctique en 1997,
la réfection de l'enclos des hippopotames en 2002,
ou encore la construction de l'enclos Himalayen en
2005.





Le programme de développement poursuit encore
la transformation du parc avec notamment la refonte
de la partie africaine ou encore l'agrandissement de
l'espace grand singes.

Le zoo d'Anvers présente aujourd'hui de nombreux
animaux et constitue un véritable complément à son
annexe le
parc de Planckendael.
Rollier
Rollier - septembre 2018



Flèche

  Visite du parc


Le visiteur, en arrivant sur la place de la gare, peut
admirer l'ancienne arche qui fait office d'entrée du
zoo d'Anvers. C'est à ce niveau qu'on acquitte son
droit d'entrée. Celui-ci  peut être cumulé avec l'en-
trée au zoo de Planckendael.

L'entrée principale du zoo a été décalée derrière
l'ancien auvent et espace vert du zoo.
Après avoir passer la zone de contrôle des billets,
le visiteur fait directement face à deux presqu'îles
entourées de faux rochers. Un fossé en eau doublé
d'une haute baie vitrée assure la séparation entre
le visiteur et les animaux.


Planétarium du zoo
Planétarium du zoo - septembre 2018


Enclos des mandrills
Enclos des mandrills - septembre 2018

Chaque enclos dispose d'un sol recouvert d'écorces et

est aménagé de différentes structures d'escalade en bois
et en cordes. Ce complexe est le lieu de vie de mandrills
(Mandrillus sphinx).

Nous allons alors longer ces enclos pour entrer dans une
serre à l'ambiance tropicale. Cette serre densément plan-
tée constitue le jardin des papillons du zoo d'Anvers, où
plusieurs espèces évoluent en totale libertée.

Après avoir parcourue ce jardin, le visiteur entre dans la
maison des singes. Cette maison datant des débuts du
parc a été légèrement modifiée mais conserve son am-
biance d'origine.


Le couloir central plongé dans l'obscurité et est
bordé de part et d'autres par d'imposantes loges
intérieure devancée par de grandes vitres. Ces
loges ont été conçues avec plusieurs étages.
Au fil des rénovations, le nombre d'espèces a
diminué afin d'offrir plus d'espace aux pension-
naires restant.

La première structure de gauche, au sol recouvert
d'écorces, agrémentée de faux troncs et de struc-
tures d'escalade en bois et en cordes, est le lieu
de vie d'un groupe de colobes guérézas (Colobus
guereza).


Loge des colobes
Loge des colobes - septembre 2018



Loge typique pour singes
Loge typique pour petits singes - septembre 2018
Nous continuons notre progression pour décvourir
dans la seconde installation de gauche, occupée par
des tamanduas (Tamandua tetradactyla), des tama-
rins
lions à tête dorée (Leontopithecus chrysomelas)
et des ouistitis de Geoffroy (Callithrix geoffroyi).

Sur la droite, face aux colobes et aux petits singes,
trois longues loges sont consacrées à plusieurs familles
d'atèles à tête brune (Ateles fusciceps).

Plus loin, au niveau d'un virage, sur la gauche de ce
dernier, se dressent trois loges toujours aussi hautes
et au sol recouvert d'écorces. Plusieurs structures en
bois offrent des possibilités d'évolution. Un groupe de
varis roux (Varecia rubra) évolue dans la première 
tandis que la seconde accueille des lémurs cattas
(Lemur catta).



Flèche

A la suite des lémuriens, le visiteur pourra observer
des cercopithèques de Hamlyn (Cercopithecus
hamlyni), qui profitent de deux loges.

Enfin, les dernières installations de gauches sont
plus étroites mais tout aussi hautes que les pré-
cédentes. On pourra y admirer des tamarins em-
pereurs (Saguinus imperator) ou encore des ouis-
titis de Goeldi (Callimico goeldi).

Les dernières installations situées sur la gauche
de la maison des singes sont occupées par des
tamarins
lions à tête dorée (Leontopithecus
chrysomelas
) et des ouistitis pygmées (Cebuella
pygmaea).


Loge typique pour singes
Loge typique des callithricidés - septembre 2018
Enclos des callimicos
Enclos des callimicos - septembre 2018

Sur la droite, on retrouve des atèles à tête brune (Ateles
fusciceps
) et plusieurs loges vides.

Le visiteur quitte alors la maison des singes, pour se
diriger sur la gauche en direction du planetarium où
sont proposés plusieurs spectables.

En continuant notre découverte, nous traversons un
petit jardin à la française, au fond duquel se dresse un
des bâtiments historiques du zoo.
Ce dernier, en bois, était par le passé occupé par des
babiroussas, des céphalophes avant d'être transformé
en centre d'élevage pour les paons du Congo.



Suite à une nouvelle transformation, ce bâtiment
désormais
vitré en façade, et dont l'intérieur est
accessible aux visiteurs, est consacré à l'Australie.

La première partie de ce bâtiment dispose d'un sol
en sable duquel ressortent plusieurs troncs ver-
ticaux et diverses plantes. Ce complexe est le lieu
de présentation de koalas (Phascolarctos cinereus).

La seconde loge du bâtiment australien dispose
également d'une végétation dense et de troncs
qui s'enchevêtrent. Des dendrolagues de
Goodfellow (Dendrolagus goodfellowi) y vivent.


Enclos des koalas
Enclos des koalas - septembre 2018


Enclos des oursons coquaux
Enclos des oursons coquaux - septembre 2018

      
Enfin, la troisième et dernière loge vitrée de cette maison
dispose des mêmes aménagements que la première et
est occupée par un padamélon à queue courte (Thylogale
brunii).

Le visiteur ressort alors de la maison australienne pour
passer devant une zone de travaux qui vise à créer un
nouveau complexe pour les perroquets menacés.
Cette zone de travaux s'étend notamment sur une partie
de l'enclos des okapis (Okapia johnstoni).

Avant d'arriver à la maison des okapis, une petite grotte,
séparée du visiteur par une baie vitrée, est le lieu de
présentation
d'oursons coquaux (Erethizon dorsatum).
Complexe australien
Complexe australien - septembre 2018
Enclos des padamélons
Enclos des padamélons - septembre 2018



Flèche

Nous arrivons alors devant le complexe des okapis
(Okapia johnstoni) dont le zoo coordonne le progra-
mme d'élevage au niveau européen.

Le premier enclos en terre, est ombragé par de
hauts arbres et devance le bâtiment de nuit de ces
herbivores, au style colonial. Adossé à ce bâtiment,
une seconde serre a été installée.

Dans le prolongement du plateau en terre se trouve
un enclos en herbe, planté de plusieurs buissons et
autres arbres. Ce second enclos voit les okapis
(Okapia johnstoni) cohabiter avec des céphalophes
du Natal (Cephalophus natalensis).


Enclos des céphalophes
Enclos des céphalophes - septembre 2018


Lagune des flamants
Lagune des flamants - septembre 2018
Le visiteur continue a visite en direction de l'ancienne
faisanderie du zoo. Avant de gagner cet édifice, on
peut observer, sur la droite, face aux okapis, un plan
d'eau entouré de berges enherbées. Cet espace est le
lieu de présentation d'une colonie de flamants du
Chili (Phoenicopterus chilensis).

Joustant la lagune des flamants, se dresse la faisan-
derie qui a été totalement refondue. Les anciennes
volières ont été démolies et ont laissé place à une
seule structure épousant toute la longueur de la
bâtisse.

Cette volière recréer une zone humide européenne
avec ses bassins, roseaux, plages en sable et hautes
herbes.


Au coeur de cette volière on pourra observer des
avocettes élégantes (
Recurvirostra avosetta),
des chevalliers gambettes (Tringa totanus) mais
aussi des huppes fasciées (Upupa epops).

A l'extrémité du bâtiment, on peut observer un
enclos en forme de "L" qui s'étend à la façade
gauche de la faisanderie. Cet enclos se compose
d'un grand bassin et de plages escarpées en
herbe et en rochers. Des nichoirs ont été ins-
tallés sur de petites falaises.
Cet espace est le lieu de vie de manchots du
Cap (Spheniscus demersus).


Volière européenne
Volière européenne - septembre 2018


Enclos des manchots
Enclos des manchots - septembre 2018

      
Nous allons alors nous diriger sur la gauche, pour
entrer
dans une salle précédent la serre des okapis.
Au coeur de
cette salle qui était auparavant la
maison des grands singes,
on peut observer sur la
gauche, une série de 3 terrariums
de grande taille.

Le premier d'entre eux dispose d'un sol en terre et
est
agrémenté de monticules rocailleux. Il accueille
une colonie
de gundis de l'Atlas (Ctenodactylus
gundi
).

La seconde loge dispose d'un arrière plan tapissé de
faux rochers, tandis que la partie en avant en sable,
est agrémentée de quelques troncs.



Ce second vivarium est le lieu de vie de cailles
de Madagascar (Margaroperdix madagascariensis)
et des inséparables à joues noires (Agapornis
nigrigenis).

Des rats rayés de Barbarie (Lemniscomys
barbarus) profitent d'un terrarium traversé par de
multiples branchages et des graminées sèches.

Enfin, la dernière loge située sur la gauche du
couloir est bien plantée et dispose d'un sol re-
couvert d'écorces. Il héberge des macroscélides
de Peters (Rhynchocyon petersi), une espèce qui

reste peu courante en captivité.
Terrarium des macroscélides
Terrarium des macroscélides - septembre 2018



Flèche

Au fond de la salle, le visiteur peut franchir une
porte pour gagner la maison des okapis (qui est
restée fermée lors de ma visite).

Face aux terrariums, s'alignent plusieurs loges
intérieures vitrées, agrémentées de cordages
et de structures d'escalade en bois. Ces loges
sont consacrées aux chimpanzés (Pan
troglodytes
) du parc. Ces loges individuelles
peuvent être reliées entre elles ou au contraire
séparées dl'une de l'autre.

Le visiteur ressort alors de la maison des singes,
pour continuer la visite sur la gauche.


Loge des chimpanzés
Loge des chimpanzés - septembre 2018


Loge intérieur des chimpanzés
Loge intérieur des chimpanzés - septembre 2018

Là, une large baie vitrée s'ouvre sur un enclos inté-
rieur au sol bétonné légèrement en pente, agrémenté
de nombreux poteaux en bois, de structures d'escalade
en bois et en cordes. Cet enclos permet aux grands
singes de s'ébattre durant l'hiver.

Plus loin, une autre loge du même type est aussi con-
sacrée aux chimpanzés (Pan troglodytes). Un couloir de
visite sépare ces deux loges.

Nous allons alors revenir sur l'allée centrale pour con-
tinuer de longer le complexe des grands singes, de sorte
à découvrir  une troisième vaste loge communautaire,
identique aux précédentes.


Cette dernière est le lieu d'un groupe de gorilles (Gorilla
gorilla) qui cohabite avec Amahoro, la dernière gorille
des montagnes (Gorilla beringei) connue en Europe.

A l'extrémité de la loge commune des gorilles, le visiteur
fait face au nouveau restaurant du zoo et sa vaste ter-
rasse.
Nous allons alors contourner la loge des grands singes,
pour silloner au milieu de deux grands enclos extérieurs,
recouverts tous deux d'un filet. Ces enclos au sol en herbe,
sont légèrement vallonnés et agrémentés de nombreux
rochers, cordages et structures en bois.

Plusieurs points de vision vitrés entourent ces enclos.
L'espace de droite est consacé aux gorilles, tandis que
celui de gauche est occupé par les chimpanzés.


Complexe des grands singes
Complexe des grands singes - septembre 2018
Enclos extérieur des gorilles
Enclos extérieur des gorilles - septembre 2018



Ce jardin des singes a été inauguré en 2017 et offre
désormais un vaste espace extérieur aux anthropoides.

Le sentier descend alors entre le territoire des gorilles
et celui des chimpanzés, pour déboucher au coeur d'une
grotte installée sous le restaurant du zoo.

Au sein de cette grotte les jeunes visiteurs pourront
s'exercer à l'archéologie et découvrir les secrets des
mondes cachés.

En quittant la grotte, le visiteur pénètre dans la nouvelle
savane africaine du parc, inaugurée en 2016.
Enclos extérieur des chimpanzés
Enclos extérieur des chimpanzés - septembre 2018
Enclos extérieur des chimpanzés
Enclos extérieur des chimpanzés - septembre 2018



Flèche


De retour à l'air libre mais sous couvert d'un haut

filer, le visiteur se trouve plongé dans la savane
des buffles du Cap (Syncerus caffer). Ces herbi-
vores profitent d'un vaste terrain en sable, planté
de quelques arbres et délimité par des murs de
faux rochers, et des pieux de bois.

Le sentier de visite qui parcourt cette volière pé-
nétrante, longe l'espace des bovins tout en sil-
lonnant au milieu de la végétation environnante
et des cours d'eau. De grands arbres, des buissons
et des arbres morts agrémentent cette grande
volière.


Volière des buffles
Volière des buffles - septembre 2018


Volière des buffles
Volière des buffles - septembre 2018


Diverses espèces d'oiseaux évoluent aux côtés de ces

imposants mammifères. Parmis ces oiseaux, on peut
citer : cigogne d'Abdim (Ciconia abdimi), héron garde
boeuf (Bubulcus ibis), ibis hagedash (Bostrychia
hagedash), ibis falcinelle (Plegadis falcinellus), spatule
d'Afrique (Platalea alba), ombrette africaine (Scopus
umbretta), calao trompette (Bycanistes bucinator),
calao à bec noir (Lophoceros nasutus), rollier long
brin (Cauracias caudatus), dendrocygne fauve
(Dendrocygna bicolor), dendrocygne veuf (Dendrocygna
viduata),  ...


..., tourterelle du Cap (Streptopelia capicola),
tourterelle maillée (Streptopelia senegalensis),
pigeon roussard (Columba guinea), spréo
superbe (Lamprotornis superbus), spréo
royal (Cosmoparus regius),
pintade huppée
(Guttera pucherani), pintades de Numibie
(Numida meleagris), francolin à cou jaune
(Francolinus leucoscopus), touraco à huppe
blanche (Tauraco leucolophus), touraco violet
(Musophaga violacea) ou encore vanneau
armé (Vanellus armatus).

Sur la gauche, jouxtant un rochers, se dresse
la maison de nuit des habitants de la volière.


Volière des buffles
Volière des buffles - septembre 2018


Plaine des girafes
Plaine des girafes - septembre 2018



Cette maison est un des bâtiments historiques du zoo

d'Anvers, qui a notamment accueillit par le passé, des
rhinocéros, des chameaux, des céphalophes ...

Le visiteur ressort alors de la volière des buffles, pour
faire face à l'ancien plateau des girafes qui a été
agrandit et englobe l'ancienne section des touracos
géants.

Les girafes (Giraffa camelopardalis) cohabitent main-
tenant avec des zèbres de Hartmann (Equus zebra
hartmannae) et occupent un vaste enclos en sable,
agrémenté de quelques arbres protégés par des rochers.
Volière des buffles
Ambiance dans la volière des buffles - septembre 2018
Volière des buffles
Volière des buffles - septembre 2018



Flèche

Nous bifurquons alors sur la droite, pour longer l'ex-
térieur
de la savane des buffles. Sur la gauche de
l'allée, se dresse le temple égyptien du parc, dans
lequel le visiteur pourra entrer. On y découvre les
loges de nuit des zèbres, des girafes, ainsi que celles
des éléphants d'Asie (Elephas maxima) du parc.

Nous ressortons alors du temple égyptien, pour
faire face à un enclos en sable, entouré de grilles
doublées d'un plexiglass. Cet enclos creusé de
nombreuses galleries, est le lieu de vie de man-
goustes fauves (
Cynictis penicillata).

L'ancien enclos des cerfs qui bordait celui des
petits carnivores, a été remplacé par une im-
posante aire de jeux.


Temple égyptien
Temple égyptien - septembre 2018
Enclos des mangoustes
Enclos des mangoustes - septembre 2018

      
La visite continue alors sur la gauche, de sorte à
découvrir l'enclos extérieur des pachydermes.
Ces derniers ont accès à un enclos agrandi, au sol
en terre, ombragé par de grands arbres et creusé
d'un grand bassin. Cet enclos accueille depuis
2011, de jeunes éléphanteaux.

En continuant la visite le visiteur dispose d'un
nouveau point de vue sur la plaine des girafes et
des zèbres.

Nous longeons alors sur la droite, une zone vidée
de ses pensionnaires, les anciens enclos des hoc-
cos et ceux des phacochères.
Loges intérieures des girafes et éléphants
Loges intérieures des girafes et éléphants - septembre 2018
Enclos des éléphants
Enclos des éléphants - septembre 2018


Plaine des girafes
Plaine des girafes - septembre 2018
Ancienne maison des buffles
Ancienne maison des buffles - septembre 2018


Sur la gauche de l'allée, on peut observer les anciens
enclos des buffles et des zèbres, qui ont maintenant
été transformés en aire de jeux pour enfants.
Diverses animations sont proposées aux visiteur.

Fa
ce à l'aire de jeux, un petit chemin nous conduit
vers un
petit bassin occupé par des grands cormo-
rans (
Phalacrocorax carbo) et des pélicans frisés
(Pelecanus crispus)
.

La visite continue sur ce sentier, pour découvrir une
grande volière, dont la végétation a été raccourcie.
Cette installation voit cohabiter des hoocos pierres
(Pauxi pauxi) et des gris du Gabon (Psittacus
erithacus)
.


Volière des gris du Gabon
Volière des gris du Gabon - septembre 2018

Volière des marabouts
Volière des marabouts - septembre 2018
Le sentier nous amène alors vers une fosse de taille
 moyenne, au sol en herbe, plantée de nombreuses
touffes de bambous, où on peut observer des bongos
(Tragelaphus eurycerus).

Nous allons alors revenir sur nos pas pour gagner une
grande volière, jouxtant celle des perroquet. Une porte
nous permet d'entrer dans cette dernière.

Cette volière a été totalement refondue et dispose
d'un sol en herbe, d'un bassin et d'un fond densément
planté. Cette installation est consacrée à des marabouts
(Leptoptilos crumeniferus), des vautours de Rueppel
(Gyps rueppelli), des calaos d'Abyssinie (Buceros
abyssinicus), des grues couronnées (Balearica pavonina)
et des ibis chauves (Geronticus eremita).
A noter qu'une tourelle permet de dominer cette volière.



Flèche




Le visiteur quitte alors la volière pour entrer dans
un bâtiment, rénové dans les années 2003, dis-
posant d'un grand bassin et d'une plage en béton.
Cette installation nommée "Hippotopia" héberge
un couple d'hippopotames amphibies
(Hippopotamus amphibius) et leur dernier petit.
Au sein de la maison des hippopotames on peut
également oberver des crânes de ces animaux
impressionnants.
Hippotopia
Hippotopia - septembre 2018


Enclos des tapirs
Enclos des tapirs - septembre 2018
Le visiteur ressort alors d'Hippotopia, en face de la-
quelle on découvre
une nouvelle installation, com-
posée de loges intérieures visibles à travers
des baies
vitrées et disposant d'un bassin intérieur. Ce bâtiment
est relié
à un enclos extérieur de type forestier, au sol
en terre, planté de nombreux
arbres et disposant d'un
bassin.

Ce complexe est le lieu de vie d'une des
espèces rares
du parc, le tapir malais (
Tapirus indicus). Un couple de
ces mammifères cohabite avec des oies à tête barrée
(Anser indicus).

En face des tapirs, on découvre l'enclos extérieur des
hippopotames,
composé d'un vaste bassin et d'une
plage en béton.



Mitoyen à l'enclos des hippopotames, on retrouve la
plage des
pélicans frisés (Pelecanus crispus).
Le sentier de visite sillonne alors à travers la forêt
des tapirs, pour découvrir les deux enclos consacrés
à cette espèce.

Au coeur de la forêt, se dresse un autre enclos en
terre, creusé d'un grand bassin traversé par le pon-
ton de visite. Cet enclos est occupé par des ragon-
dins (Myocastor coypus).

Nous quittons alors la zone australienne, pour revenir
sur l'allée principale et observer
un grand bassin ac-
colé à une plage rocheuse.


Etang des pélicans
Etang des pélicans - septembre 2018


Bassin des phoques
Bassin des phoques - septembre 2018
Cette installation consacrée à une famille de phoques
veaux marins (
Phoca vitulina). La suite de la visite
nous fait bifurquer sur la gauche, en direction de l'a-
cien enclos
des buffles. Sur la droite, on découvre un
bassin avec vision sous-marine, de grande profondeur
et doublé de plages rocailleuses.

Cet espace fut longtemps consacré à des loutres de
mer (
Enhydra lutris) qui ont laissé leur place à des
phoques veaux marins (Phoca vitulina).

Sur la gauche du bassin, le visiteur est invité à
entrer
dans un nouveau bâtiment : l'aquarium du zoo
d'Anvers.




Flèche

Une première salle est consacrée aux régions
froides du Nord, avec, sur la droite, une nou-
velle vision
sur l'enclos des phoques et, sur la
gauche, une grande installation polaire,
con-
stituée d'une plage rocheuse et d'un bassin
avec vision sous-marine.

Cet en
clos est le lieu de cohabitation de man-
chots royaux (
Aptenodytes patagonicus), de
manchots papous (
Pygoscelis papua) et de
rares gourfous dorés (
Eudyptes chrysolophus).

Le visiteur se retrouve alors dans l'allée prin-
cipale de l'aquarium. Face à nous s'étend la

seconde salle de l'aquarium au coeur de la-
quelle les bacs d'eau douce côtoient les bacs
d'eau de mer.


Enclos des manchots
Enclos des manchots - septembre 2018
Enclos australien
Enclos australien - septembre 2018

         
Le visiteur quitte alors l'aquarium, pour découvrir,
sur la gauche, un enclos organisé en terrasses au
sol en sable, dans lequel est présenté un groupe
de kangourous géants (Macropus giganteus) et
des wallabies de Parme (Macropus parma).

L'allée forme alors différentes boucles pour gagner
la partie haute du  parc. Sur la droite, en contrebas
du sentier, se trouve un enclos de taille moyenne,
au sol en herbe et en terre, occupé par des
chameaux (Camelus bactrianus).

Sur la gauche, un imposant bâtiment, au sein du-
quel continue la visite : le vivarium.

Aquarium
Aquarium - septembre 2018
Aquarium
Aquarium - septembre 2018



Flèche

Une fois entré dans le vivarium, le visiteur peut
observer un premier terrarium encastré dans le
mur. En avant plan on trouve une zone en eau
s'ouvrant sur une zone terrestre faite de rochers,
de branches et densément plantée. Des vairons
de Chine (Tanichthys albonubes) y vivent avec
des lézards crocodiles (Shinisaurus crocodilurus).

Plus loin sur la droite, on trouve une vaste salle
composée d'un grand bassin, remontant sur des
plages en sable. De nombreuses branches ont
été accrochées au plafond. Au coeur de cet
espace on pourra admirer des caïmans à
lunettes (
Caiman crocodilus), des iguanes verts
(Iguana iguana), des iguanes noirs (Ctenosaura
similis), des iguanes de Cuba (Cyclura nubila)
et des tortues de Branderhorst (Elseya
branderhorsti).


Vivarium des tortues
Vivarium des tortues - septembre 2018
Terrarium des caimans
Terrarium des caimans - septembre 2018
Sur la gauche, on trouve un vaste vivarium en eau,
avec une zone immergée faite de rochers. Des
hydrosaures des Molluques (Hydrosaurus weberi)
y cohabitent avec des peluses à dos caréné (Pelusios
carinatus) et des péluses de Chapin (Pelusios chapini)
,
et des trionyx à clapet (Cyclanorbis elegans).

L'allée tourne alors sur la gauche pour contourner
l'installation des tortues, et observer, sur la droite,
derrière une vitre, le centre d'élevage des reptiles du
zoo.
Dans le prolongement de la salle d'élevage, se dresse
un terrarium fortement planté et aménagé de quelques
racines. Il héberge des grenouilles poulets de montagne
(Leptodactylus fallax) et des boas des jardins (Corallus
hortulanus).



Sur la gauche, on peut observer un grand terrarium
représentant l'Asie du Sud Est. Des geckos de
Smith (Gekko smithi), des tortues boites de Malaisie
(Cuora amboinensis) et des scinques à queue
préhensiles (Corucia zebrata) évolue dans un envi-
ronnement de sable, de faux rochers, creusé d'un
bassin et agrémenté de quelques plantes.

Accolé à ce vivarium, on découvre un autre bac de
grande taille, agrémenté de multiples branches et
de quelques lianes. Ce terrarium est occupé par
des lézards épineux malachites (Sceloporus
malachiticus) et des boas terrestres de
Madagascar (Acrantophis madagascariensis).


Vivarium tropical
Vivarium tropical - septembre 2018


Vivarium tropical
Plaine des girafes - septembre 2018
De retour sur la droite, on découvre un vivarium de
grande taille, densément planté et agrémenté de
quelques branches et de feuilles mortes. Cet espace
est le lieu de vie de caméléons du Yémen
(Chamaeleo calyptratus), de scinques à flancs rouges
(Lepidothyris fernandi) et de geckos à bande
(Cyrtodactylus louisiadensis).

Le mur de droite, que nous allons longé, est percé de
nombreux terrariums de taille moyenne, disposant
tous d'un petit bassin, de mousses, ou encore de
plantes tropicales. Le premier accueille des geckos
à quatres ocelles (Phelsuma quadriocellata) et des
dendrobates à bandes jaunes (Dendrobates
leucomelas).



Flèche

Les aquariums qui suivent disposent d'une haute
partie en eau doublée d'un espace au sec. Des
racines flottantes et quelques algues complètent
les décors.
Le premier présente des tritons de Kaiser
(Neurergus kaiseri), le second est le lieu de vie de
xénopes du Cap (Xenopus laevis). Des céciles
(Typhlonectes natans) s'ébattent dans le troisième
bac aquatique.

Le terrarium qui suit recréer un morceau de forêt
tropicale avec des souches, des plantes vertes et
un sol en terre. On pourra y observer des geckos
diurnes de Mertens (Phelsuma robertmertensi) et
des mantelles dorées de Madagascar (Mantella
aurantiaca).


Vivarium tropical
Vivarium tropical - septembre 2018
Vivarium tropical
Vivarium tropical - septembre 2018
Le vivarium suivant dispose d'un sol recouvert de
galets et est planté de végétaux rampant descendant
vers le sol. Il présente des sonneurs à ventre rouge
(Bombina orientalis).
La suite nous permet de découvrir un terrarium garni
de souches et de plantes et est consacré à des
rainettes kunawalu (Trachycephalus resinifictrix) et
des geckos diurnes géants des Seychelles (Phelsuma
sundbergi).

Des rainettes géantes d'Afrique (Nyctimystes
infrafrenatus
) vivent dans un environnement fait de
souches et de ficus.

Ce mur de droite compte encore 4 terrariums agré-
mentés de mousses, branches et plantes tropicales.




Dans l'ordre de visite, on pourra observer des
dendrobates à tapirer (Dendrobates tinctorius)
puis des geckos à poussières d'or (Phelsuma
laticauda) qui cohabitent avec des dendrobates
dorées (Dendrobates auratus).

Des geckos nains bleus (Lygodactylus williamsi)
vivent aux cotés de dendrobates bleues
(Dendrobates azureus) dans le vivarium
suivant tandis que des geckos de Klemmer
(Phelsuma klemmeri) évoluent dans le dernier
terrarium de cette allée.
Vivarium tropical
Vivarium tropical - septembre 2018



Flèche

Sur la gauche du couloir, se dresse un grand terra-
rium au sol en sable, entouré de faux rochers. Cet
espace consacré à l'Afrique héberge des tortues
plates (Malacochersus tornieri), des gerrhosaures
à bande noire (Gerrhosaurus nigrolineatus), des
gerrhosaures géants (Broadleysaurus major) et
des scinques de Schneider (Eumeces schneideri).

A la suite du terrarium africain, se dresse un
autre vivarium au sol recouvert d'écorces, creusé
d'un bassin et agrémenté de quelques palmiers
et de troncs artificiels. Cet enclos est le lieu de
vie de tortues charbonnières (Geochelone
carbonaria) et d'iguanes de Cuba (Cylura nubila).


Vivarium tropical
  Vivarium tropical - septembre 2018


Vivarium tropical
Vivarium tropical - septembre 2018
Des pythons tapis (Morelia spilota variegata) évoluent
dans un terrarium agrémenté de faux rochers, de
branches et de quelques branches artificielles.

Mitoyen aux pithons, on peut observer un vaste viva-
rium creusé d'un bassin, au sol recouvert d'écorces,
aux murs tapissés de faux rochers et entourés de
plantes. Cet espace accueille des pythons de Seba
(Python sebae).
L'Australie est à l'honeur dans le terrarium qui suit.
Des lézards à collerette (Chlamydosaurus kingii)
profitent de multiples anfractuosités rocheuses aux
côtés de scinques géants d'Australie (Bellatorias
frerei) et de varans à queue épineuse (Varanus
acanthurus).


Sur la gauche, on découvre un alignement de quatre
petits vivariums circulaires tous aménagés de
mousses et de racines. Dans l'ordre de visite on
pourra y voir différentes espèces d'arachnides à
savoir mygales à genoux rouges (Brachypelma
smithii); scorpions empereurs (Pandinus imperator)
puis mygale du Brésil (Lasiodora parahybana).

La suite de la visite nous amène alors vers un
vaste terrarium au sol recouvert d'écorces,
creusé d'un bassin et agrémenté de rochers.
Des plantes vertes complètent les décors. Ce
bas est consacré à des boas arc en ciel
(Epicrates cenchria).


Terrarium pour insectes
Terrarium pour insectes - septembre 2018


Terrarium du désert
Terrarium du désert - septembre 2018

Un autre vivarium recréant un décor désertique met à
l'honneur le du des Etats Unis, représenté par des
monstres de Gila (Heloderma suspectum), des
lézards épineux bleux (Sceloporus serrifer cyanogenys),
des chuckwallas (Sauromalus obesus) et des iguanes
du Désert (Dipsosaurus dorsalis).

Nous revenons alors sur la droite du couloir, pour y
admirer une succession d'enclos au sol recouvert
d'écorces, garnis de rochers, plantes vertes et autres
racines. Le premier est le lieu de vie de serpents
jarretières de San Francisco (Thamnophis sirtalis
tetrataenia
) tandis que le second est occupé par des
scinques à flancs bruns (Trachylepis affinis).



Flèche

Des iguanes cornus (Cyclura cornuta) évoluent au
milieu de rochers, de sables, de plantes grasses
et de quelques branches.

Nous retrouvons alors sur la gauche du couloir,
une seconde série de trois terrariums ronds,
agrémentés de rochers et de souches. Le premier
est occupé par des blattes souffleuses
(Gromphadorhina portentosa); le second héberge
des punaises assassines (Platymeris biguttata)
et le troisième présente des phasmes épineux
marteleur (Aretaon asperrimus).

Sur la droite, le zoo met à l'honneur les serpents
vénimeux.


Terrarium sec
Terrarium sec - septembre 2018


Loge des varans
Loge des varans - septembre 2018
Trois terrariums sont consacrés à ces reptiles. Chacun
dispose d'un sol en écorces, est garni de branches et
de rochers. Dans l'autre de visite on pourra y voir des
vipères rhinocéros (Bitis nasicornis), des crotales
diamants de l'Ouest (Crotalus atrox) puis des cobras
annelés (Naja annulifera).

Sur la gauche, on découvre encore un grand terrarium
agrémenté de rochers et de plantes. Cet espace est
occupé par des agames barbus (Pogona vitticeps).

Le couloir tourne alors à angle droit, pour longer sur la
droite, un vaste enclos au sol en terre, creusé d'un
grand bassin et planté de nombreux yuccas et autres
branches. Cette loge est le lieu de vie de varans de
Komodo (Varanus komodoensis).


Face aux varans, on peut observer deux terrariums au
sol en tourbe.  Le premier est agrémenté de faux troncs
et de rochers et présente des lézards perlés
(Heloderma suspectum).

La seconde loge est consacrée à Madagascar, avec son
sol en écorces, l'ensemble étant parcouru de lianes
apportant un peu de verdure à l'ensemble. Des tortues
rayonnées (Asterochelys radiata) y cohabitent avec
des geckos olivatres (Phelsuma dubia) et des boas
de Madagascar (Sanzinia madagascariensis).

Le visiteur traverse alors une porte pour se trouver
dans une zone de contact densément plantée.


Vivarium tropical
Vivarium tropical - septembre 2018


Vivarium de contact
Vivarium de contact - septembre 2018

Sur la gauche, en contrebas de l'allée de visite, on
peut observer un enclos en sable occupé par des
tortues à éperons (Geochelone sulcata).

La partie aérienne eet pour sa part occupée par
des diamants de Gould (Chloebia gouldiae), des
foudis de Madagascar (Foudia madagascariensis),
des irrisors moqueurs (Phoeniculus purpureus) et
des shamas à croupion blanc (Copsychus
malabaricus).

Le visiteur ressort alors du vivarium du zo d'Anvers,
pour continuer la découverte du parc sur la gauche.



Flèche

Face à la sortie de la maison des reptiles, le
visiteur peut observer, en contrebas de l'allée,
un enclos en pente douce, qui a été séparé en
son centre. La partie haute, au sol en sable,
est le lieu de vie de dromadaires (Camelus
dromedarius) et de moutons de Somalie
(Ovis aries).

Le sentier se divise alors en deux. En em-
pruntant la patte de droite, on longe l'enclos
des moutons pour revenir vers la partie basse
du zoo.
Nous allons suivre pour notre part, le sentier
le plus à gauche, de sorte à rejoindre les
montagnes Himalayennes.


Enclos des chameaux
Enclos des chameaux - septembre 2018


Enclos himalayen
Enclos himalayen - septembre 2018

Là, sur la gauche, on découvre un enclos escarpé
fait de nombreux rochers, et de sapins. Cet enclos
est occupé par des thars de l'Himalaya (
Hemitragus
jemlahicus
) et des takins de Mishmi (Budorcas
taxicolor taxicolor
).

La suite de la visite nous conduit vers une forêt de
bambous au sein de laquelle ont été installés
divers panneaux pédagogiques.

Au bout de ce sentier, le visiteur arrive au niveau
d'une terrasse bordée sur la gauche, par l'impo-
sante verrière de la gare centrale de la ville.


Adossées au mur d'enceinte, on découvre une
rangée de volières anciennes, séparées du
visiteur par de gros barreaux, et consacrées
aux rapaces.

Les volières sont assez dénudées, au sol en
sable, et  agrémentées de quelques troncs
d'arbres et branchages.

La première volière est occupée par des har-
fangs des neiges (Nystea scandiacus). La
volière suivante est le lieu de vie de caracaras
austraux (Phalcoboenus australis), espèce
représentée par une cinquantaine d'individus
en Europe.


Volière typique pour rapaces
Volière typique pour rapaces - septembre 2018


Volière des vautours
Volière des vautours - septembre 2018
Des chouettes à lunettes (Pulsatrix perspicillata)
s'ébattent dans la troisième volière de cette rangée.
L'installation qui suit est consacrée à des grands
ducs du Bengale (Bubo bengalensis).

Un couple de caracaras huppés (Polyborus plancus)
est présenté dans l'enclos qui suit. La dernière volière
de ce type est occupée par des
chouettes lapones
(Strix nebulosa).

Plus loin sur la gauche se dresse une imposante
volière au sol en herbe, agrémentée de quelques per-
choirs en bois et de rochers. Cette volière héberge des
vautours moines (Aegypius monachus) et des urubus à
tête rouge (Cathartes aura).



Flèche

En continuant la visite, le visiteur découvre, sur la
gauche de l'allée, une autre vaste volière au sol en
herbe, agrémentée de perchoirs en bois et de
hautes herbes. Un couple d'aigles bateleurs
(Terathopius ecaudatus).

Enfin, toujours dans le même style que les volières
précédentes, on peut observer une troisième im-
posante structure sur la gauche de l'allée. Cette
dernière accueille des vautours néophrons moines
(Necrosytes monachus).

Sur la droite, face aux vautours, s'alongent deux
volières de conception ancienne, grillagées, au
fond tapissé de carreaux. Des rochers et perchoirs
en bois agrémentent l'ensemble.


Volière des bateleurs
Volière des bateleurs - septembre 2018
Volière des kéas
Volière des kéas - septembre 2018
La première de ces volières est le lieu de vie de grands
ducs
des Verreaux (Bubo lacteus).
La seconde est quant à elle, consacrée à des kéas
(Nestor notabilis).

Au bout de la terrasse, le visiteur fait alors face à un
bâtiment, dans lequel, il est invité à entrer,
et qui abrite
un grand bassin , lieu de spectacle à certaines heures
de la
journée. Un groupe reproducteur d'otaries de
Californie (
Zalophus californianus) est présenté dans
cette installation.
Au sous sol, on pourra observer les pinnipèdes en

vision sous marine.
 A ce niveau, une porte nous conduit alors vers le
noctarium du zoo.



Flèche

Le visiteur entre dans le noctarium pour découvrir, 
sur la gauche, un enclos organisé en plusieurs ter-
rasses, au sol en terre et agrémenté de plantes
artificielles. Cette première loge est le lieu de vie
de chevrotains de Balabac (Tragulus nigricans) et
de loris grèles (Loris lydekkerianus nordicus),
une espèce que le zoo reproduit régulièrement.

Face aux loris, une grande vitre s'ouvre sur un en-
clos en terre, disposant de quelques rochers et de
troncs. Un couple d'oryctéropes du Cap
(Orycteropus afer) occupe cet endroit en com-
pagnie de lièvres sauteurs (Pedetes capensis).

De rares rats d'eau australiens (Hydromys
chrysogaster
) profitent d'un enclos creusé d'un
grand bassin et agrémenté de quelques troncs.


Loge des chevrotains
Loge des chevrotains - septembre 2018



Enclos des loris grêles
Enclos des loris grêles - septembre 2018
La loge qui suit est relativement grande et aménagée
de faux troncs, qui forment différentes terrasses en
terre. Des plantes artificielles apportent un peu de
verdures à l'ensemble et de nombreuses lianes ont
été accrochées au plafond.
Cette loge est consacrée à des loris grêles (Loris
lydekkerianus nordicus
)

Plus loin, dans un angle, on découvre une autre loge
de grande taille comparable à la précédente en ter-
mes d'aménagements. Cette loge est consacrée à
l'Amérique du Sud et voit cohabiter des paresseux
didactyles (Choloepus didactylus), des tamanduas
(Tamandua tetradactyla), des douroucoulis de
Humboldt (Aotus trivirgatus), et des roussettes
d’Egypte (Rousettus aegyptiacus)


Le vivarium compte encore une dernière loge
représentant une grotte avec ses stalactites,
ses rochers et ses recoins rocheux.
Cette loge est consacrée à des roussettes
géantes d’Inde (Pteropus giganteus).

Le visiteur traverse alors un parterre planté
avant d'emprunter un escalier et de revenir
à l'air libre pour déboucher au bas d'un en-
clos de grande taille, au sol en herbe, en
pente. Cet enclos qui était consacré aux
chameaux, héberge aujourd'hui des lions
(Panthera leo).
Enclos des lions
Enclos des lions - septembre 2018





Flèche

Le visiteur peut alors emprunter le sentier situé
sur la droite de l'enclos des lions, de sorte à
monter une pente et découvrir, sur la gauche du
sentier, un petit enclos en sable, agrémenté de
quelques souches et autres troncs. Cet espace
est le lieu de vie d'une colonie de suricates
(Suricata suricatta).

En continuant sur ce sentier, le visiteur
retrouve la falaise des takins. Face à l'enclos
des lions, en empruntant l'allée située sur la
gauche, nous rejoignons l'enclos des phoques.

Nous allons pour notre part laisser la plaine
des lions dans notre dos pour continuer la
découverte du zoo d'Anvers.



Fosse des tigres
Fosse des tigres - juillet 2009
Volière des panthères
Volière des panthères - septembre 2018
Là, sur la gauche, on découvre une première fosse,
séparée du visiteur par un grand fossé en eau, et
disposant d'une petite plage en terre plantée de
quelques herbes et de structures d'escalade en
bois. Un groupe de coatis bruns (Nasua nasua) est
présenté à cet endroit et a remplacé les tigres.

Le visiteur poursuit sa visite pour arriver au niveau
de grandes volières peu plantées, mais aménagées
avec des branchages. Auparavant, le visiteur
pouvait admirer quatre volières de surfaces plus ou
moins large. Les séparations ont été démolies, pour
ne former qu'une vaste volière au sol en terre, dis-
posant de diverses structures en bois et sont occu-
pées par des panthères de l'Amour (Panthera
pardus orientalis
).


Enclos des bongos
Enclos des bongos - juillet 2009
Fosse des lions
Fosse des lions - juillet 2009


Volières des genettes
Volière  des genettes - juillet 2009
Volière pour panthères
Volière pour panthères - juillet 2009


Nous continuons alors notre progression, pour observer
une seconde fosse. Le fossé en eau a été comblé et
l'ensemble, organisé autour d'un grand arbre, a été
planté de gazone et agrémenté de souches. Un groupe
de ratons laveurs (Procyon lotor) y vit.

Nous continuons alors notre avancée dans la zone des
carnivores, pour découvrir, sur la gauche, un double
enclos qui a été agrandit récémment. Entre les enclos,
un mur surmonté d'un escalier, permet de séparer les
deux espaces ou de les relier.

Chaque enclos est légèrement valloné, aménagé de
zones en herbe, de zones en écorces, de troncs, d'un
bassin, de buissons et de rochers.


Enclos des coatis
Enclos des ratons laveurs - septembre 2018
Enclos des ours et saimiris
Enclos des ours et saimiris - septembre 2018
Ces deux espaces sont consacrés à des ours à lunettes
(
Tremarctos ornatus), qui se reproduisent régulièrement.
Ces ours cohabitent avec un groupe de saïmiris (Saimiri
boliviensis).

L'escalier permet aux visiteurs de revenir au niveau de
l'entrée de la baie des otaries et du noctarium.

Au bout de l'allée, on retrouve l'enceinte du zoo et son
entrée principale. Là, un sentier en boucle, d'architec-
ture moderne. Ce chemin encercle un enclos en herbe,
planté de quelques bouleaux. Au coeur de cet espace
on peut admirer des petits pandas (Ailurus fulgens) et
des muntjacs de Chine (Muntiacus reevesi).
Comme l'escalier, cette rampe nous amène vers l'entrée
du noctarium.


Allée des petits pandas
Allée des petits pandas - septembre 2018
Enclos des petits pandas
Enclos des ours et saimiris - septembre 2018



Flèche

Nous allons alors revenir sur nos pas pour observer,
face aux ours, une rangée de volières relativement
anciennes. Toutes ces volières sont relativement
bien plantées et agrémentées de plusieurs per-
choirs en bois.

La première volière qui est aussi la moins végé-
talisée et la plus grande accueille des aras
hyachinthes (Anodorhynchus hyacinthinus).

Nous rejoignons alors la plus grande allée où
s'alignent les volières. La première de cette série
héberge des calaos de Van der Decken (Tockus
deckeni) et des étourneaux des pagodes (Sturnus
pagodarum).


Allée des volières
Allée des volières  - septembre 2018
Volière des becs droits
Volière des becs droits - septembre 2018

Un couple de garrulaxs du Père Courtois (Garrulax
courtoisi) s'ébat dans la volière qui suit. La
troisième structure de cette allée est le lieu de
vie de méliphages à oreillons bleus (Entomyzon
cyanotis).

Jouxtant les méliphages, on peut admirer des aras
de Coulon (
Primolius couloni) et des cardinaux
dominicains (Paroaria dominicana).
Un couple d'amazones lilacines (Amazona
autumnalis lilacina) vivent avec des léiothrix
jaunes (Leiothrix lutea) dans la cinquième volière
de cette allée.


La volière qui suit densément plantée accueille
des cardinaux rouges (Cardinalis cardinalis).
Dans le prolongement de ces oiseaux, se dresse
une volière plus dégagée, au sol en sable, agré-
mentée de quelques branches mortes. Des
podarges gris (Podargus strigoides) y sont pré-
sentés.

Les deux volières qui suivent sont plus grandes
et dispose d'une partie plantée de feuillus et
d'une autre plus dégagée où se dressent des
troncs morts. Au sein de cette structure des
colins de Californie (Callipepla californica)
cohabitent avec des perruches de Latham
(Lathamus discolor).


Volière des becs droits
Volière des becs droits - septembre 2018
Volière des becs droits
Volière des becs droits - septembre 2018
La seconde est occupée par des faisans d'Edwards
(Lophura edwardsi), des travailleurs à bec rouge
(Quelea quelea), des serins du Mozambique
(Serinus mozambicus) et des  moineaux dorés
(Passer luteus).

Enfin, des barbicans à tête rouge (Trachyphonus
erythrocephalus) s'ébattent dans la dernière
volière de cette allée.

Face au sentier, le visiteur retrouve l'arène en
herbe et en bambous des bongos.
Là, nous allons bifurquer sur la gauche, à 90
degrès de sorte à longer une autre façade de la
maison des oiseaux.



Flèche

Là encore, les anciennes volières ont été totalement
repensées pour ne former plus que trois vastes
structures. La première au sol en herbe, tapissé de
graminées, est agrémentée de quelques rochers,
falaises et autres branches. Elle est consacrée à la
faune européenne représentée par des rolliers
d'Europe (Coracias garrulus), des échasses blan-
ches (Himantopus himantopus), des étourneaux
roselins (Sturnus roseus), des oedicnèmes criards
(Burhinus oedicnemus), des huppes fasciées
(Upupa epops), des guêpiers d'Europe (Merops
apiaster), des tortues bordées (Testudo marginata),
des tortues d'Herman (Testudo hermani) et des
tortues grecques (Testudo graeca).

 
Volière européenne
Volière européenne - septembre 2018


Volière africaine
Volière africaine - septembre 2018




La seconde volière recréer une savane clairsemée
africaine. Cette installation est occupée par des
pintades huppées (Guttera verreauxi), des irrisors
moqueurs (Phoeniculus purpureus), des francolins
à cou jaune (Pternistis leucoscepus), de rares
tisserins noirs (Ploceus nigerrimus), des vanneaux
armés (Vanellus armatus), des spréos royaux
(Cosmopsarus regius), des tisserins gendarmes
(Ploceus cucullatus), des touracos à huppe
violette (Tauraco porphyreolophus), des étour-
neaux améthystes (Cinnyrinclinctus leucogaster).



Enfin, la dernière volière extérieure représente
un morceau de forêt tropicale sud américaine.
De nombreuses fougères verdissent un sol en
terre. Des arbres plus imposants apportent
également de l'ombre à cette volière au sein
de laquelle vivent des cardinaux rouges
(Cardinalis cardinalis), des agamis trompette
(Psophia crepitans) et de cassiques huppés
(Psarocolius decumanus).

Nous arrivons alors sur un autre angle de la
maison des oiseaux, pour retrouver la façade
et l'entrée de cette dernière.
Volière des agamis
Volière des agamis - septembre 2018



Flèche

La façade de la maison des oiseaux est ornée
de deux colonnes, de photographies d'oiseaux
et surmontée d'une impressionnante statue
d'aigle. A l'image du reste du zoo, cette
bâtisse a également subit un véritable lifting.

Une fois l'entrée franchie, nous pouvons nous
diriger sur la droite pour emprunter un couloir
qui borde une vaste loge vitrée. Cette dernière
dispose d'un sol en sable et de nombreux ar-
bres morts. Cet espace est le lieu de vie de
aras militaires (Ara militaris).

Face aux psittacidés, des photos et planneaux
pédagogiques recouvrent les anciennes loges.


Volière des aras
Volière des aras - septembre 2018
Section des estrilidés
Section des estrilidés - septembre 2018
Au bout du couloir, le visiteur entre dans une pièce
plongée dans l'obscurité. Sur la gauche de l'allée,
se trouvent plusieurs cadres illuminés, agrémentés
de branches, rochers, mousses et autres plantes
vertes. Chaque loge est occupée par de petits
granivores. Dans l'ordre de visite, on pourra y ob-
server des amadines cou-coupé (Amadina fasciata),
des diamants phaétons (Neochmia phaeton)
, des
diamants
mandarins (Poephila guttata), des
diamants à cinq couleurs (Neochmia temporalis)
,
ou encore des diamants de Gould (Cloebia
gouldiae
).

Nous ressortons alors de la pièce sombre, pour
gagner la dernière aile de la maison des oiseaux.


Cette aile beaucoup plus lumineuse que la pré-
cédente,
présente différentes loges aménagées.
Sur la gauche, la première loge est aussi la plus
volumineuse. Cette installation en forme de "L"
regroupe une zone densément plantée, une
zone rocailleuse et une partie centrale en sable.

Cette volière voit cohabiter des roulrouls
couronnés (Rollulus roulroul), des colombines
turverts (Chalcophaps indica), des irènes vierges
(Irena puella), des diamants mandarins
(Taeniopygia guttata), des lois coquets
(Charmosyna placentis), des gangas à ventre
brun (Pterocles exustus), des gallicolombes de
Barlett (Gallicolumba crinigera) et des grives
de Doherty (Geokichla dohertyi).


Loge des roulrouls
Loge des roulrouls - septembre 2018
Volière des garrulax
Volière des garrulax - septembre 2018
Perpendiculaire à cette vaste volière, se dresse une
autre volière, plus petite, densément plantée, re-
créant un écrin de verdure tropicale. Cet espace était
vide de tout oiseau et un panneau mettait en avant
les forêts silencieuses, en échos à la campagne
"Silent Forest".

Face à ces deux loges, se trouve une volière en
hauteur, agrémentée de multiples plantes vertes et
de quelques branches. Cette volière est le lieu de
vie de garrulax de l'Oméi (Liocichla omeiensis) et
de bengalis zébrés (Amandava subflava).

Dans le prolongement de la volière des bengalis,
s'allonge une autre longue vitrine, agrémentée de
lianes et de nombreuses plantes.



Flèche

Nous continuons alors notre découverte de la
maison des oiseaux, pour découvrir, sur la
gauche, une autre loge relativement grande.
Au fond, on distingue un temple inca, devancé
par plusieurs lianes, des branches, des rochers
et des plantes vertes complètent ces décors.

Cette volière est le lieu de vie de tangaras du
Brésil (Ramphocelus bresilius), des évêques
de Brisson (Cyanocompsa brissonii), des
colins de Californie (Callipepla californica),
des caurales soleil (Eurypyga helias) et des
araçaris verts (Pteroglossus viridis).


Ambiance dans la maison des oiseaux
Ambiance dans la maison des oiseaux - septembre 2018


Bengali rouge
Bengali rouge - septembre 2018

Perpendiculaire à la volière sud américaine, se dresse
une autre vitrine, de forme cubique, densément plan-
tée. Au sein de cette volières, s'ébattent deux espèces
dont une ciblée par la campagne Silent Forest, le merle
shama à croupion blanc (Copsychus malabaricus), qui
cohabite avec des bengalis rouges (Amandava
amandava
)
.

Face aux merles, on trouve une vitrine, de taille
moyenne qui est elle aussi densément plantée et
agrémentée de multiples branches. Un couple de
papes multicolores (Passerina ciris) y est présenté.


A la suite des papes multicolores, on peut ob-
server la dernière volière située sur la droite
du couloir. Cette volière bien plantée, au sol
où l'herbe alterne avec les écorces.
Plusieurs espèces asiatiques y sont accueillies
comme les mainates religieux (Gracula
religiosa), les bulbuls orphées (Pycnonotus
jocosus) et des gallicolombes
de Barlett
(Gallicolumba crinigera).

Sur la gauche, nous pouvons encore voir la
troisième grande loge, consacrée à l'Afrique.
Cette volière représente un milieu de savane
arborée. Une cascade coule en son centre.


Volière africaine
Volière africaine - septembre 2018


Volière des diamants
Volière des diamants - septembre 2018
Cette volière est occupée par des chardonnerets
élégants (Carduelis carduelis), des cossyphes à
calotte neigeuse (Cossypha niveicapilla), des
euplectes vorabés (Euplectes afer), des colious
à nuque bleue (Urocolius macrourus), des
pluvians fluviatiles (Pluvianus aegyptius) et des
râles à bec jaunes (Amaurornis flavirostra).

Enfin, avant de quitter la maison des oiseaux le
visiteur peut encore admirer une dernière volière
recréant un milieu désertique. Seules quelques
branches, des rochers et des graminées sèches
y ont été déposés. Cette installation est consa-
crée à des diamants psittaculaires (Erythrura
psittacea).


Le visiteur ressort alors de la maison des
oiseaux et se retrouve devant l'enclos des
manchots que nous avons observé au
début de la visite.

Nous allons nous diriger vers la gauche,
pour longer la lagune des flamants, puis
sur la gauche, la volière extérieure des
aras militaires (Ara militaris). Ces psitta-
cidés profitent d'une grande volière au
sol en sable, agrémentée de quelques
troncs et ombragée par de grands arbres.

Face à cette volière, se trouve le portail
de sortie du zoo. La visite s'achève en
pouvant passer par la boutique du zoo.
Maison des oiseaux
Maison des oiseaux - septembre 2018




Flèche


En conclusion le zoo d'Anvers a subi une véritable
transformation depuis ma dernière visite.
Les enclos sont de bonne facture et les dernières
nouveautés font appel aux dernières connaissances
en matière de zoologie.

Cette modernisation s'est cependant faite aux
dépens de la diversité de la collection, qui a été
réduite.

Le visiteur pourra cependant y passer une agréable
journée, tout en découvrant quelques espèces très
peu courantes.
Pénélope ahurri
Pénélope ahurri - juillet 2009


Copyright ©  -  2007-2018  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés