Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Vogelpark Niendorf


Vogelpark Niendorf
An der Aalbeek
23669 Timmendorfer Strand
Allemagne

Tel : +49 (0)4503 4740
Fax : +49 (0)4503 87332

www.vogelpark-niendorf.de


Logo Vogelpark Niendorf



Je tiens à remercier Klaus Langfeldt pour son accueil et l'ensemble du temps qu'il m'a consacré.
I would like to thank Klaus Langfeldt for his welcoming and all the time he gives me.

Ma visite : 24 septembre 2017
Mise à jour : 16 décembre 2017




Hiboux strié
Hiboux strié  - septembre 2017

Horaires d'ouverture 2017
Tarifs d'entrée 2017
Présentation du zoo
Zone des perroquets
Enclos des perruches et des flamants
Enclos des hérons goliaths et des ibis
Enclos des jabirus et des tantales
Volière des cigognes
Zone des grues
Volière des perroquets et des calaos 1/2
Les volières des calaos 2/2
Les enclos des casoars et des chouettes effraies
Allée des grands ducs
Volières des grands rapaces
Volières des petites chouettes et des geais
Conclusion





Horaires d'ouverture 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif et peuvent changer)





Ouvert tous les jours de l'année

durant l'été de 9h00 à 19h30

durant l'hiver de 10h00 à la tombée de la nuit
Casarca
Tadorne d'Australie - septembre 2017





Tarifs d'entrée 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif et peuvent changer)


Grand duc africain
Grand duc africain - septembre 2017



Ticket journalier
     Adulte : 9,50 €
     Enfant (3 à 15 ans) : 5,00 €

Tarif groupe (+15 personnes)
     Adulte : 8,00 €
     Enfant (3 à 15 ans) : 4,00 €

Carte annuelle :
     Personne : 40,00 €
     Couple : 70,00 €
     Famille (parents et leurs enfants) : 80,00 €





Présentation du parc




Le parc des oiseaux de Niendorf se situe
au bord de la mer Baltique, à environ une
heure au nord-est de Hambourg.

Ce parc s’étend sur une surface de 7
hectares
située au cœur d’une zone maré-
cageuse, a été repris et développé en
1983 par un passionné, Monsieur Klaus
Langfeldt, toujours à la tête du parc.

Un parcours de 2 kilomètres permet de se
promener au cœur de cette zone humide
et d’y découvrir les quelques 1 000
oiseaux peuplant cette oasis.
Petit duc indien
Petit duc indien - septembre 2017





Visite du zoo


Après avoir garé sa voiture sur le parking
du parc, le visiteur emprunte un sentier
bordé de saules, traversant une zone hu-
mide naturelle où paissent quelques vaches,
accompagnées, en fonction des saisons, de
grues cendrées (Grus grus), harles piettes
(Mergellus albellus) et autres hérons cen-
drés (Ardea cinerea), tous sauvages.

Au bout de ce sentier, le visiteur arrive devant
l’entrée du par le restaurant de ce dernier où
l’on pourra s’acquérir du droit d’entrée. Deux
parcours pédestres s’offrent alors à nous.
Nous allons démarrer la visite par le sentier
n° 1 et gagner la section consacrée aux becs
crochus.


Entrée du Vogelpark Niendorf
Entrée du Vogelpark Niendorf - septembre 2017
Allée des perroquets
Allée des perroquets - septembre 2017
Cette section se compose de plusieurs volières
alignées, formant un « L ».
Toutes les volières sont aménagées suivant le
même schéma à savoir un sol en sable, des
troncs horizontaux et verticaux faisant office de
perchoirs.

Chaque volière est complétée par un abri non
visible du public, situé à l’arrière des volières.
La première structure présente des gris du Gabon
(Psittacus erithacus erithacus), des cacatoès
rosalbins (Eolophus roseicapillus), des cacatoès
des Moluques (Cactua moluccensis) et des
amazones à lores rouges (Amazona autumnalis).





La seconde volière de cette section, tout aussi im-
posante, est le lieu de vie d’aras militaires (Ara
militaris
), d’aras araranas (Ara ararauna),
d’amazone à tête jaune (Amazona ochrocephala)
et de cacatoès à huppe jaune (Cacatua galerita).

La troisième volière de ce complexe est la plus
petite mais aménagée de la même façon que les
précédentes et héberge des grands eclectus
(Eclectus roratus) et un petit vasa (Coracopsis
nigra
). Enfin, l’allée des perroquets est complétée
par une dernière structure en forme de « L »,
agrémentée de branches et de souches.


Volière typique pour bec crochu
Volière typique pour bec crochu - septembre 2017


Enclos des flamants roses
Enclos des flamants roses - septembre 2017


Elle accueille des aras araraunas (Ara ararauna),
des amazones à front bleu (Amazona aestiva) ou
encore des aras militaires (Ara militaris). En quit-
tant la cité des becs crochus, le visiteur découvre
une pergola tout en verre, où sont exposés des
bibelots anciens.

De retour sur l’allée principale, nous allons bifur-
quer sur la gauche de sorte à longer un premier
étang, entouré de hautes herbes et doté d’une
cabane en bois, cet espace délimité par un gril-
lage de taille moyenne est le lieu de vie d’une
colonie de flamants roses (Phoenicopterus
roseus
) et de flamants rouges (Phoenicopterus
ruber
).


Volière typique pour perroquets
Volière typique pour perroquets - septembre 2017
Exposition de bibelots
Exposition de bibelots - septembre 2017







Dans le prolongement de l’étang, on découvre
un second point d’eau avec au centre une île
relativement grande, plantée de saules. Cet en-
clos est consacré à des cormorans
(Phalacrocorax carbo) et à des pélicans blancs
(Pelecanus onocrotalus).

Face à l’île des pélicans se dresse une volière
au sol en sable, agrémentée de multiples bran-
ches et à l’armature en bois.


Enclos des pélicans
Enclos des pélicans - septembre 2017


Volière des perruches
Volière des perruches - septembre 2017





Cette volière héberge plusieurs perruches parmi
lesquelles on peut citer : perruche ondulée
(Melopsittacus undulatus), perruche calopsitte
(Nymphicus hollandicus), perruche à collier
(Psittacula krameri), perruche de Bourke
(Neopsephotus bourkii), perruche royale
(Alisterus scapularis), perruche mélanure
(Polytelis anthopeplus) ou encore perruche
de Port Lincoln Barnardius zonarius).




Plus loin sur le sentier, le visiteur découvre
trois hautes volières contiguës, au sol en
sable, traversée de rondins faisant office de
perchoirs.

La première volière est occupée par des
hokkis blancs (Crossoptilon crossoptilon),
des aras araraunas (Ara ararauna) et des
aras militaires (Ara militaris).


Volières des aras
Volières des aras - septembre 2017


Volières des aras
Volières des aras - septembre 2017


La seconde volière voit cohabiter plusieurs
espèces africaines à savoir des youyous du
Sénégal (Poicephalus senegalus), un ara
noble (Diopsittaca nobilis) et des insépa-
rables à tête rose (Agapornis roseicollis).

Enfin, dans la dernière installation, on re-
trouve un couple d’aras militaires (Ara
militaris
) cohabitant avec des perroquets
vasas (Coracopsis vasa vasa) et des
hokkis bruns (Crossoptilon mantchuricum).





Nous continuons alors la découverte du
Vogelpark Niendorf en plongeant dans
la zone marécageuse. Sur la droite, l’al-
lée contourne le complexe des pélicans,
pour gagner un autre enclos composé
d’une zone en herbe, d’un point d’eau
central et d’une partie faite de joncs et
de hautes graminées.

Cet enclos est le lieu de présentation de
marabouts africains (Leptoptilos
crumeniferus
) et de cygnes noirs
(Cygnus atratus).


Enclos des marabouts
Enclos des marabouts - septembre 2017


Enclos des nettes et bihoreaux
Enclos des nettes et bihoreaux - septembre 2017
Dans la continuité de l’enclos des marabouts
se dresse un second enclos d même type au
sein duquel cohabitent des cigognes blanches
(Ciconia ciconia) et des tadornes du Paradis
(Tadorna variegata).

Face aux cigognes, un filet a été tendu au-
dessus d’un point d’eau de grande taille pour
former une vaste volière. Des branches et
autres perchoirs offrent des zones aériennes
et sèches à la colonie de bihoreaux
(Nycticorax nycticorax), aux fuligules moril-
lons (Aythya fuligula) et aux nettes rousses
(Netta rufina) qui y évoluent.



Une autre partie de cet étang a été cloturée,
englobant une zone en herbe. Cette section
est consacrée à un mâle héron goliath
(Ardea goliath), une espèce que le parc
reproduisait régulièrement par le passé.

Le sentier de visite forme alors un grand
virage pour contourner l’enclos des cigo-
gnes face auquel se dresse une petite
cabane en bois, abritant une volière oc-
cupée des paddas de Java (Padda
oryzivora
).


Enclos du héron goliath
Enclos du héron goliath - septembre 2017


Enclos des ibis et grues
Enclos des ibis et grues - septembre 2017

Nous continuons alors notre avancée pour
découvrir un enclos avec au premier plan
un bassin en eau tandis qu’à l’arrière
s’étend une plage enherbée jonchée de
quelques branches et de roseaux. Des grues
couronnées noires (Balearica pavonia) y
évoluent aux côtés d’une colonie d’ibis des
Moluques (Threskiornis moluccensis),
d’ibis cou de paille (Threskiornis spinicollis),
de cigognes d’Abdim (Ciconia abdimii) et
de tadornes d’Australie (Tadorna
tadornoides
).







A la suite des ibis, s’étend un vaste enclos,
doté d’une immense plage verdoyante et
d’un point d’eau de surface moyenne. Cet
espace héberge des grues couronnées
royales (Balearica regulorum), des tanta-
les indiens (Mycteria leucocephala), des
tantales africains (Mycteria ibis), des ibis
sacrés (Threskiornis aethiopicus), des
bernaches du Canada (Branta canadensis)
et une ouette à tête rousse (Chloephaga
rubidiceps
).


Prairie des tantales
Prairie des tantales - septembre 2017


Enclos des grrues royales
Enclos des grrues royales - septembre 2017
Face aux tantales, situés dans le prolonge-
ment de l’installation des cigognes, se
trouvent deux enclos disposant d’un point
d’eau, de plages en herbe et de quelques
saules offrant de la verdure aux oiseaux.

Le premier enclos est le lieu de vie de grues
royales (Balearica regulorum) ainsi que
des ouettes de l’Orénoque (Neopochen
jubata
) tandis que le second voit cohabiter
une cigogne maguari (Ciconia maguari),
une cigogne orientale (Ciconia boycina) et
un couple de kamichis à collier (Chauna
torquata
).


Avant d’emprunter un second lacet, nous
pouvons observer, sur la droite, légèrement
en retrait de l’allée de visite, une volière de
taille moyenne, au sol en herbe, consacrée à
des cariamas huppés (Seriama cristata), à
un faisan vénéré (Syrmaticus reevesii) et à
un serpentaire (Sagittarius serpentarius).

Le lacet que forme l’allée de visite, permet
d’avoir un point de vision général sur l’enclos
des tantales, situé sur la gauche, tandis que
sur la droite, un bras sec, agrémenté de pous-
ses de saules, de racines et de hautes herbes.


Volière des faisans vénérés
Volière des faisans vénérés - septembre 2017


Enclos des grues du Japon
Enclos des grues du Japon - septembre 2017


Cet enclos présente des grues de Manchourie
(Grus japonensis) et des casarcas roux
(Tadorna ferruginea).

A la sortie du virage nous empruntons un
sentier parallèle au précédent. Sur la gauche,
une haie de feuillus masque la vue sur l’enclos
des tantales tandis que sur la droite, s’étend
un autre enclos recréant un marécage. Ce
dernier organisé autour d’un petit étang en-
touré de roseaux et de plages en herbe est le
lieu de vie de jabirus du Sénégal
(Ephippiorhynchus senegalesis) et d’oies
d’Egypte (Alopochen aegyptiacus).
Maison d'hivernage typique du parc
Maison d'hivernage typique du parc - septembre 2017
Plaine des jabirus
Plaine des jabirus - septembre 2017








En continuant sur cette allée, le visiteur longe,
sur la gauche, une vaste volière relativement
haute et longue. Cette dernière encercle un
point d’eau de grande surface et quelques
arbres morts et autres troncs servant de per-
choirs permettant aux oiseaux de se mettre
au sec.


Volière des cigognes
Volière des cigognes - septembre 2017


Cigogne épiscopale d'Afrique
Cigogne épiscopale d'Afrique - septembre 2017



Cette grande volière accueille de nombreux
échassiers comme : cigognes noires (Ciconia
nigra
), cigognes épiscopales d’Asie
(Ciconia episcopus), le dernier couple de
cigognes épiscopales d’Afrique (Ciconia
microscelis
) présenté en Europe, le dernier
onoré rayé (Ardea lineatum) d’Europe,
crabiers malais (Ardeola speciosa), bec-
ouverts africains (Anastomus lamelligerus),
aigrettes garzettes (Egretta garzetta), ...







..., aigrettes à gorge blanche (Egretta gularis),
ibis hagedash (Bostrychia hagedash), ibis
rouge (Eudocimus ruber), spatules europé-
ennes (Platalea leucorodia), spatules
d’Afrique (Platalea alba) et talève sultane
(Porphyrio porphyrio).


Onoré rayé
Onoré rayé - septembre 2017


Marais des jabirus
Marais des jabirus - septembre 2017

La visite continue alors au milieu de la zone
marécageuse, pour emprunter un virage et
découvrir un autre enclos de grande taille,
composé d’un grand point d’eau à l’arrière
duquel s’étend une prairie parsemée de joncs.
Cet espace est occupé par un second mâle
héron goliath (Ardea goliath), des hérons
cendrés (Ardea cinerea) et un grand groupe
de tadornes de Belon (Tadorna tadorna).

Le sentier, enlace une partie de ce vaste en-
clos, pour nous conduire vers la section des
grues.








Là, le visiteur découvre un ensemble de 4
enclos situés de chaque côté de l’allée in-
tégré au cœur d’une zone humide. Chaque
enclos forme une prairie d’herbes hautes
herbes, plantée de quelques arbres, de
rochers et creusée d’un point. Chaque en-
clos dispose d’un abri en bois pour protéger
les oiseaux des grands froids.


Enclos des hérons goliaths
Enclos des hérons goliaths - septembre 2017


Enclos des grues de Paradis
Enclos des grues de Paradis - septembre 2017
Le premier enclos situé sur la gauche est le
lieu de vie d’un couple de grues royales
(Grus regulorum) et de leurs 3 jeunes. Le
second enclos de gauche, est occupé par
des grues du Canada (Grus canadensis),
des casarcas roux (Tadorna ferruginea),
des bernaches à cou roux (Branta
ruficollis
) et des bernaches nonnettes
(Branta leucopsis).

Le premier enclos sur la droite héberge des
grues à cou blanc (Grus virgo), tandis que
le second accueille des grues de Paradis
(Anthropoides paradisae).




Au bout de cette allée, un portail marque
l’entrée dans un enclos de contact. Ce
dernier est installé au cœur d’une forêt
clairsemée de feuillus, et légèrement inon-
dée. Au gré de la visite, on pourra y ad-
mirer des grues cendrées (Grus grus),
des grues de Mandchourie (Grus
japonensis
) ainsi que quelques poules
Phoenix (Gallus gallus domesticus).


Enclos de contact des grues
Enclos de contact des grues - septembre 2017


Enclos typique pour grues
Enclos typique pour grues - septembre 2017


Le sentier nous conduit alors à sortir de l’en-
clos de contact des grues, pour découvrir sur
la droite, un enclos en herbe, organisé autour
d’un bassin, présentant une grue du Japon
(Grus japonensis).

Jouxtant les grues, nous retrouvons alors
l’installation des pélicans blancs (Pelecanus
onocrotalus
).








Sur la gauche, face à l’étang des pélicani-
formes, se dressent 2 volières métalliques,
relativement longues, disposant d’un sol en
sable et de nombreux agrès en bois.

Au sein de la première structure on peut
voir cohabiter des lophophores resplen-
dissants (Lophophorus impejanus), des
caïques à tête noire (Pionites
melanocephalus
), des aras macaos
(Ara macao) et des amazones à front
bleu (Amazona aestiva).


Enclos des perroquets
Enclos des caiques - septembre 2017


Perroquet youyou
Perroquet youyou - septembre 2017
La seconde volière héberge pour sa part des
youyous du Sénégal (Poicephalus
senegalensis
), des amazones à front bleu
(Amazona aestiva), des caiques à ventre
blanc (Pionites leucogaster) et des perruches
royales (Alisterus scapularis).

Nous continuons la visite le long de la lagune
des flamants, face à laquelle s’alignent plu-
sieurs volières légèrement surélevées, au sol
en sable, plantées de quelques arbustes et
garnies de perchoirs en bois.
Toutes les volières disposent également d’un
petit bassin.



La première que l’on découvre présente un
couple de calaos à joues argentées
(Bycanistes brevis) et des faisans argentés
(Lophura nycthemera).
La seconde accueille des calaos à casque
noir (Ceratogymna atrata), leurs jeunes et
des tragopans satyres (Tragopan satyra).

Des faisans nobles (Lophura ignita nobilis) co-
habitent avec des calaos bicornes (Buceros
bicornis
) dans la troisième volière.


Volière typique des calaos
Volière typique pour calaos - septembre 2017


Allée des calaos
Allée des calaos - septembre 2017

Nous continuons alors la visite de la section
consacrée plus spécifiquement aux calaos,
pour arriver devant la volière qui suit pour y
admirer des calaos ondulés (Aceros
undulatus
) et des faisans de prélat (Lophura
diardi
).

La cinquième volière du complexe des calaos
héberge une autre « grande » espèce de ces
oiseaux, puisqu’on peut y voir un couple de
calaos rhinocéros (Buceros rhinoceros) qui
évolue aux cotés de faisans de Colchide
(Phasianus colchicus).





Cette allée compte encore trois volières, dont
les deux premières sont plus volumineuses que
les précédentes, mais tout aussi végétalisées.

Au cœur de la première, on pourra observer :
calaos à bec noir (Tockus nasutus), kooka-
bura géant (Dacelo novaeguineae), touraco
pauline (Tauraco erythrolophus), coq de
Laffayette (Gallus lafayettii), rollier à ventre
bleu (Coracias cyanogaster), vanneau du
Chili (Vanellus chinensis), de pirolles à bec
rouge (Urocissa erythrorhyncha), de geai
ou encore éperonnier de Palawan
(Polyplectron emphanum).


Volière des oiseaux exotiques
Volière des calaos - septembre 2017


Volière des oiseaux exotiques
Volière des oiseaux exotiques - septembre 2017
La seconde est le lieu de vie de calaos à bec
jaune (Tockus flavirostris), de gouras
couronnés (Goura cristata), de mainate
religieux (Gracula religiosa), de spréos
superbes (Lamprotornis superbus), de
choucadors iris (Lamprotornis iris), de
barbicans à tête rouge (Trachyphonus
erythrocephalus
), de touracos à joues
blanches (Tauroca leucotis) et d’œdic-
nèmes criards (Burhinus oedicnemus) et
de vanneaux armés (Vanellus armatus).

Enfin, la dernière volière, moins large que les
précédentes abrite un couple de faisans de
Swinhoe (Lophura swinhoe).




L’allée s’achève alors par un bassin entouré
de plages enherbées et végétalisées, où
s’ébattent des tadornes radjah (Tadorna
radjah
), des dendrocygnes fauves
(Dendrocygna bicolor), des harles piettes
(Mergellus albellus) et des pilets des
Bahamas (Anas bahamensis).

L’allée bifurque alors sur la droite, pour lon-
ger le bassin des anatidés, la terrasse du re-
staurant du parc et revenir vers la section
des perroquets.
Enclos des anatidés
Enclos des anatidés - septembre 2017





Là, face à nous, un petit pont en bois nous
conduit vers le second parcours de visite du
Vogelpark Niendorf.

En franchissant cette passerelle, nous pou-
vons observer, sur la gauche, un grand en-
clos en herbe, ombragé par quelques grands
arbres et bordé par un bras d’eau.
Cet espace est consacré à un casoar à
casque (Casuarius casuarius).

Au bout du pont, une volière octogonale gar-
nie de quelques branches mortes, est le lieu
de vie d’une colonie de diamants mandarins
(Taeniopyga guttata) et des canaris (Serinus
canaria domesticus
).


Enclos du casoar
Enclos du casoar - septembre 2017


Plaine des flamants nains
Plaine des flamants nains - septembre 2017
Au niveau de cette volière, nous allons em-
prunter le sentier situé le plus à gauche, de
sorte à longer l’enclos des casoars. Dans le
prolongement de l’installation des ratites et
séparé de ce dernier par une cabane en bois,
on découvre un autre enclos en herbe, oc-
cupé par des grues antigones (Grus antigone).

Face à ces imposants oiseaux, s’étend une prairie
entourant un large point d’eau peu profonde, le
tout étant planté de quelques saules. Cet espace
abrite une colonie de flamants nains
(Phoenicopterus minor), des grues demoiselles
(Anthropoides virgo), des ibis sacrés
(Threskiornis aethipicus) et des dindons bronzés
d’Amérique (Meleagris gallopavo).


L’allée se termine alors en cul de sac et le visiteur
revient sur ses pas jusqu’à la volière des canaris,
au niveau de laquelle nous allons bifurquer sur la
gauche, pour longer, d’une part une aire de jeux
et d’autre part, deux volières contiguës, au sol en
sable, agrémentées de conifères et de souches en
bois.

Ces volières marquent l’entrée de la zone con-
sacrée à l’impressionnante collection de rapaces
du parc de Niendorf. La première de ces volières
est le lieu de vie de chouettes effraies (Tyto alba
alba
), dont un individu relativement sombre, et de
faisans dorés (Chrysolophs pictus).


Volière des chouettes
Volière des chouettes - septembre 2017


Enclos des lapins nains
Enclos des lapins nains - septembre 2017
La seconde volière présente des faisans de Lady
Amherst (Chrysolophus amherstiae) et de
chouettes effraies à poitrine noire (Tyto alba
guttata
).

Le sentier, traverse alors une prairie pour arriver
devant une ancienne maison devant laquelle ont
été construits de petits enclos en sable consacrés
à des lapins nains (Oryctolagus caniculus
domesticus
).

Au fond de la prairie, le sentier traverse une forêt
clairsemée, tout en longeant sur la gauche, un en-
semble de volières s’étendant sur plusieurs cen-
taines de mètres.








Toutes ces volières sont consacrées à des rapaces
diurnes et nocturnes et sont toutes aménagées
selon le même schéma à savoir un sol recouvert
de sable et galets, planté de conifères et autres
thuyas. Des perchoirs en bois ont été disposés au
fond de la volière où un abri protège les oiseaux
des intempéries et au centre de la volière.


Volière typique pour hiboux
Volière typique pour hiboux - septembre 2017


Grand duc du Canada
Grand duc du Canada - septembre 2017




La première section de cette zone compte 5
volières. Dans l’ordre de visite on pourra y
voir des grands ducs du Canada (Bubo
virginianus subarcticus
) ; des chouettes du
Chaco (Strix chacoensis) cohabitant avec
un couple de chouettes mouchetées (Ciccaba
virgata
) ; des chouettes lapones (Strix
nebulosa
) ; grands ducs de Virginie (Bubo
virginianus virginianus
) puis des chouettes
leptogrammes (Strix leptogrammica).



Nous arrivons alors vers le second bloc de
volières, structures dont les aménagements
sont comparables à ceux observées précé-
demment mais dont la luminosité est plus
importante.

Ce bloc compte 3 volières présentant :
grand-duc africain (Bubo africanus) et
grand-duc du Népal (Bubo nepalensis) pour
la première ; kétupa malais (Ketupa ketupu)
pour la seconde ; et un très rare hiboux strié
(Asio clamator) pour la troisième.


Allée des volières des rapaces
Allée des volières des rapaces - septembre 2017


Volière des condors
Volière des condors - septembre 2017

Nous arrivons alors devant le troisième bloc
de volière de cette section. Ces dernières
sont beaucoup plus volumineuses que les
précédentes, disposent d’un sol en herbe,
creusées d’un bassin et sont dépourvues de
végétation.

Les deux premières volières de ce complexe
sont consacrées à des condors des Andes
(Vultur gryphus). Dans la seconde volière,
les condors cohabitent avec des crécerelles
d'Amérique (Falco sparverius).






Des vautours moines (Aegypius monachus)
évoluent aux cotés de buses (Buteo buteo)
dans la troisième volière.

Enfin, la dernière volière du complexe des
grands rapaces héberge des vautours de
l’Himalaya (Gyps himalayensis).

Plus loin, se trouve le quatrième et dernier
bloc de volière de cette allée qui compte
quatre installations identiques à celles des
chouettes que nous avons vu plus tôt lors
de cette visite.


Volière typique pour grands vautours
Volière typique pour grands vautours - septembre 2017


Allée des grands ducs
Allée des grands ducs - septembre 2017
Dans l’ordre de visite et à raison d’une es-
pèce par volière nous pouvons y admirer :
grand-duc de Sibérie (Bubo bubo
sibiricus
) ; grand-duc du Turkemen
(Bubo bubo omissus) ; grand-duc de
Virginie (Bubo virginianus) puis grand-
duc d’Europe (Bubo bubo bubo).

La visite se poursuit alors sur un sentier pa-
rallèle au précédent, entrant à l’ombre des
bosquets. Le long de ce sentier, on pourra
admirer, au fur et à mesure de notre avancée,
3 complexes rectangulaires, divisés en deux
volières chacun.



Toutes les volières disposent d’un sol recou-
vert de galets ou de sable, sont plantées de
conifères et disposent d’un bac d’eau et de
quelques perchoirs en bois.

Le premier complexe accueille des chouettes
effraies d’Amérique (Tyto alba prahincola)
et des chouettes de l’Oural (Strix uralensis),
le second bloc est le lieu de vie de chouettes
du Chaco (Strix chacoensis) et de chouettes
hulottes (Strix aluco).


Volière typique des chouettes
Volière typique des chouettes - septembre 2017


Grand duc ascalaphe
Grand duc ascalaphe - septembre 2017





Enfin, le dernier complexe de cette allée pré-
sente une cohabitation entre des grands-ducs
du Cap (Bubo capensis) et des grands-ducs
gris (Bubo cinerascens), tandis que la seconde
partie est occupée par un grand duc ascalaphe
(Bubo ascalaphus).





La visite se poursuit sur la troisième allée de
cette zone, toujours parallèle aux précédentes.
Là, nous longeons un ensemble de deux vo-
lières relativement récentes, au grillage à mail-
les fines. Ces volières au sol en sable, sont
relativement dégagées et disposent de quel-
ques rochers et arbustes offrant un décor
naturel aux oiseaux évoluant à ce niveau.

La première volière est consacrée à des geais
à face noire (Callocitta collei), des gouras
couronnés (Goura cristata), des touracos de
Livingstone (Tauraco livingstonii), des van-
neaux soldats (Vanellus miles) et des spréos
à longue queue (Lamprotornis caudatus).


Volière des geais
Volière des geais - septembre 2017
Allée des petits rapaces
Allée des petits rapaces - septembre 2017

La seconde volière héberge un couple de re-
producteur de phodiles (Phodilus badius) –
espèce que le parc fut un des premiers en
Europe à reproduire – des pénélopes à gorge
bleue (Pipile cumaensis) et des faisans nobles
(Lophura ignita nobilis).

Sur la droite de l’allée, se trouve un des
canaux en eau traversant le zoo. Plus loin,
nous replongeons à l’ombre des arbres,
pour y découvrir un autre ensemble de
volières, typiques des installations à ra-
paces.


La première d’entre elles, relativement
sombre. De nombreux arbres et conifères
offrent de multiples possibilités de cachettes
aux oiseaux évoluant dans cette structure.
On pourra ainsi y observer des chouettes
de Tengmalm (Aegolius funereus), des
petits indiens (Otus bakkamoena) et des
petits ducs de Horsfield (Otus lempiji).

Accolée à cette volière se dresse une seconde
volière du même type occupée par des che-
vêches des terriers (Athene canicularis), dont
le parc a par le passé réussi la reproduction à
de nombreuses reprises.


Volière pour petits rapaces
Volière pour petits rapaces - septembre 2017


Chevéchette perlée
Chevéchette perlée - septembre 2017





Au sol de cette volière évoluent quelques
vanneaux huppés (Vanellus vanellus).

Nous arrivons alors devant un autre bloc de
2 volières, comparables aux précédentes,
celle de gauche étant consacrée à des che-
vêchette perlées (Glaucidium perlatum),
tandis que celle de droite est le lieu de vie
de petits-ducs de Grant (Otus granti).
Au sol évoluent d’autres couples de van-
neaux huppés (Vanellus vanellus).



Nous continuons notre avancée pour gagner
un dernier bloc de volières, moins végétalisées
que les précédentes, qui hébergent respecti-
vement des petits ducs des montagnes (Otus
kennicottii
) tandis que la collection se termine
avec la présentation de chevêches d’Athéna
(Athene noctua).

Le visiteur peut alors, soit continuer le long de
cette allée pour entrer dans une forêt, franchir
un petit pont et revenir la volière des cigognes
épiscopales découverte dans le parcours 1,
soit revenir sur ses pas jusqu’à l’aire de jeux
des enfants et l’enclos du casoars pour franchir
la passerelle en bois pour achever sa visite et
quitter le parc.
Petit duc de Horsfield
Petit duc de Horsfield - septembre 2017








En conclusion, le Vogelpark Niendorf est un
petit parc peu connu du grand public mais
reconnu au niveau international pour sa col-
lection et ses nombreux succès de reprodu-
ction et entretenu par un amoureux des
oiseaux.

La découverte de ce parc peut se faire en 4
heures et offre une balade dans un cadre
naturel et verdoyant. La collection en elle-
même est large et compte de nombreux
rapaces et autres grands oiseaux.
Héron goliath
Héron goliath - septembre 2017


Copyright ©  -  2007-2018  -  J. Bordonné  - Tous droits réservés