Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


Zoo de Leipzig


Zoo Leipzig
Pfaffendorfer Strasse 29
04105 Leipzig
Allemagne

Tel :  +49 (0)341 59 33 500
Fax : +49 (0)341 59 33 303

www.zoo-leipzig.de


Logo du zoo de Leipzig
Zoo plan du zoo de Leipzig
Plan du zoo

Mes visites
: 07 et 08 août 2011; 09 et 10 septembre 2013; 06 et 07 mai 2018

Mise en ligne : 07 décembre 2011
Mise à jour : 28 septembre 2013; 3 juin 2018
Mini vue aérienne du zoo
Vue aérienne du zoo de Leipzig









Horaires d'ouverture 2018
Tarifs d'entrée 2018
Présentation du zoo
Les flamants roses et les lamas
Le vivarium et l'aquarium
La maison des singes et l'arche (Mise à jour 2018)
Les ours et les volières (Mise à jour 2018)
La maison des oiseaux
La maison des oiseaux 2018 (Mise à jour 2018)
Gondwanaland : le noctarium
Gondwanaland 1/2
Gondwanaland 2/2
Himalaya (Mise à jour 2018)
Dendrocygne
Dendrocygne - août 2011



Les volières et petits carnivores
L'Asie (Mise à jour 2018)
Les ours à lunette et l'Australie (Mise à jour 2018)
Pongoland (Mise à jour 2018)
La forêt et la savane africaine
Les carnivores africains
La vallée des rhinocéros (Mise à jour 2018)
L'ancien enclos des petits pandas et les oiseaux
La faisanderie, les grands fauves
La future zone sud américaine et la volière (Mise à jour 2018)
La mini ferme
La volière des flamants roses (Mise à jour 2018)
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2018 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)






Novembre à mars : 9h00 à 17h00
Avril et octobre :     9h00 à 18h00
Mai à Septembre :  9h00 à 19h00
Calao à cimier
Calao à cimier - août 2011



Flèche

Tarifs d'entrée 2018 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Macaque ouandérou
Macaque ouandérou - août 2011



Tarifs individuels en saison
(01/07 au 30/10)
     Adultes :                              21,00 €
     Enfants (4 à 14 ans) :           13,00 €
     Tarifs réduits :                      17,00 €
     Famille (adultes + enfants) :  51,00 €

Tarifs individuels en morte saison (01/01 au 01/07 et après le 30/10)
     Adultes :                               17,00 €
     Enfants (4 à 14 ans) :            10,00 €
     Tarifs réduits :                       14,00 €
     Famille (adultes + enfants) :   41,00 €

Le parc propose également des tarifs réduits 1h avant la fermeture
ainsi que des tarifs de groupe à partir de 20 personnes.



Flèche

Présentation du zoo


Le zoo de Leipzig a été fondé en 1878 par Ernst Pinckert et a
officiellement ouvert ses portes le 9 juin de la même année.
Initiallement M. Pinckert, un restaurateur, a voulu monter cette
ménagerie en vue d'offrir une attraction supplémentaire à son
affaire. Ce défi fou a su se développer notamment grace au
restaurant et trois ans après l'ouverture du parc, de nombreuses
espèces exotiques étaient présentées à Leipzig.

La collection privé de la famille Pinckert a ensuite été déve-
loppée pour s'étendre sur 3 hectares en 1883 puis sur 7 ha en
1907.

Le début des années 1900 marque également la construction
des bâtiments hitsoriques encore visibles aujourd'hui comme
l'aquarium (1910) ou la "Raubtierhaus" (maison des carnivores)
datant de 1901.




Sangliers des Visayas
Sangliers des Visayas - août 2011


Orang outan
Orang outan - août 2011
La ville de Leipzig se rend acquéreur du zoo en 1920 et poursuit
l'agrandissement de cette institution avec notamment l'accueil des
premiers éléphants en 1926.

En 1976, le parc s'étend sur 22,5 hectares et a été doté de la
maison des oiseaux (1969) et d'une école au zoo, d'une maison
des singes (1934).

A partir des années 1990, de nombreuses rénovations ont amené
le zoo à se restructurer et à s'organiser en biozones. Le zoo de
Leipzig poursuit sa transformation depuis 2000, date du début du
Masterplan. Ce dernier va s'étendre jusqu'en 2022.
Depuis 2016, c'est la troisième phase de ce masterplan qui est en
phase de réalisation avec notamment la section Sud américaine.

A ce jour, le parc s'étend sur 26 hectares et compte près de 800
espèces animales différentes.



Flèche

Visite du zoo

Après avoir franchit le porche historique du zoo de Leipzig, le
visiteur peut acquérir son droit d'entrée auprès de caisses plon-
gées dans la végétation et dans le bois. Les tourniquets mar-
quent le début de ce tour du monde.

Après l'entrée, le "Safari Büro" abrite une boutique qui vend,
outre les souvenirs classiques, des pieds de plantes exotiques
comme des caféiés ou encore des eucalyptus.

Derrière la boutique, le premier enclos se compose d'un bas-
sin peu profond, légèrement dissimulé derrière une petite haie
et accolé à une plage en terre. Une colonie de flamants rouges
(Phoenicopterus ruber) y cohabite avec des flamants du Chili
(Phoenicopterus chilensis).

En face des oiseaux, une prairie en herbe de taille moyenne
constitue l'enclos estival du lama "Horst" (Lama glama) et
de "Harry" l'alpaga (Lama paco).




Enclos des flamants roses
Enclos des flamants roses - août 2011
Enclos du phoque
Enclos du phoque - août 2011

A côté de la lagune des flamants, une installation dotée d'un grand
bassin bordé d'une plage en galets où ont été disposés quelques
rochers et plantées diverses essences, est occupé par une des es-
pèces les plus rares du parc, le phoque baïkal (Pusa sibirica). La
vieille femelle présentée à Leipzig est la dernière de son espèce
en Europe.

Le visiteur entre alors dans l'aquarium et vivarium du zoo, édifice
datant de 1910 et rénové en 1992.
Si l'on se place face à la batisse, l'aile droite est consacrée au viva-
rium et l'aile gauche, tout comme la partie centrale, compose l'aqua-
rium.






Mise à jour suite à mes visites de septembre 2013 :


Vera le dernier phoque baïkal d'Europe a été rejointe par la colonie
de manchots du Cap (Spheniscus demersus) avec qui elle partage
son bassin en durant la période de vide sanitaire de l'installation des
manchots.
Enclos des phoques et manchots
Enclos des phoques et manchots - septembre 2013


Ile des petits singes
Ile des petits singes - mai 2016

      
Mise à jour suite à ma visite de mai 2018

Après le transfert des flamants roses vers une nouvelle
volière située à proximité de la sortie, leur espace a été
totalement modifié et présente maintenant deux îles
bien végétalisées. Ces îles sont également traversées
de structures d'escalade en bois et en cordes et sont
reliées entre elles par des cordages.

On pourra y admirer des tamarins lions dorés
(Leontopithecus rosalia), des tamarins empereus
(Saguinus imperator subgrisescens) et des singes
hurleurs noirs (Alouatta caraya)
Ile des petits singes
Ile des petits singes - mai 2016
Ile des petits singes
Ile des petits singes - mai 2016




Flèche

La visite débute donc par le vivarium. Le mur situé sur la gauche du
couloir menant au vivarium, est percé d'un terrarium.  Ce dernier est
densément végétalisé et dispose d'une partie en eau. Des  dragons
d'Asgard (Shinisaurus crocodilurus) y cohabitent avec des  faux
néons (Tanichthys albonubes), des macropodes à dos rouge
(Macropodus erythropterus) et des macropodes de Chine
(Macropodus chinensis).

L'aile droite où le visiteur entre, est entourée de terrariums. Au cen-
tre de la pièce, se trouve un jardin tropical aménagé, composé
d'une plage en sable et d'un bassin où évoluent des caïmans nains
de Cuvier (Paleosuchus palpebrosus) et des tortues fluviales à
joues jaunes (Podocnemis unifilis).

Le premier vivarium situé sur la droite encastré dans le mur, dis-
pose d'une partie en vision sous marine et héberge des tortues
alligator (Macroclemys temminckii).




Place du vivarium
Place du vivarium - août 2011

Exemple d'aménagement d'un vivarium
Exemple d'aménagement d'un vivarium - août 2011
Le second terrarium est comparable à celui de la tortue alligator en
termes d'aménagements et accueille des tortues molles de Floride
(Apalone ferox).

Des espèces terrestres sont présentées dans un terrarium recréant
un milieu aride caractérisé par des rochers et quelques plantes gras-
ses. Concernant les espèces qui y sont présentées, il s'agit de tor-
tues crèpes (Malacochersus tornieri), de tortues articulées de
Bell (Kinixys belliana), des scinques à queue bleue (Mabuya
quinquetaeniata
) et des cordyles communs (Cordylus cordylus).

Un vivarium semi ouvert avec un sol en terre sur lequel poussent
quelques plantes à lianes, cette installation présente les reptiles de
Madagascar avec ses tortues radiées (Geochelone radiata), des
lézards à collier de Cuvier (Oplurus cuvieri) et des caméléons du
Yémen (Chamaeleo calyptratus).


Cette rangée possède encore 5 terrariums, tous consacrés à des ser-
pents. Chacun est agrémenté d'un sol en terre et de plantes tropicales.
On peut y observer respectivement des vipères du Gabon (Bitis
gabonica), des serpents mocassins à tête cuivrée (Agkistrodon
contortrix
), des couleuvres tigres (Spilotes pullatus), des cobras
cracheurs du Mozambique (Naja mossambica), et des ringhals ou
cobras cracheurs (Hemachatus haemachatus).

Au fond de la salle, sur le mur latéral, se trouve un grand vivarium
délimité par des baies vitrées, terrarium naturel disposant de 2
bassins avec vision sous marine. La plage en terre se poursuit en
une forêt tropicale. Des alligators du Mississippi (Alligator
mississippiensis), des tortues à tempes jaunes (Pseudemys
concinna) et des tortues du Mississippi (Graptemys kohni)
l'occupent.

Le premier terrarium de la rangée située sur la gauche du bâtiment,
dispose d'une plage en terre plantée de quelques végétaux tro-
picaux et est doublé d'un bassin, dans lequel évolue des anacondas
jaunes (Eunectes notaeus).




Installation des alligators
Installation des alligators - août 2011
Vivarium des juveniles
Vivarium des juveniles - août 2011




Le second terrarium, occupé par des pythons des canins (Corallus
caninus
), est densément végétalisé et des branchages ont été installés
en hauteur. A côté des pythons canins, vivent des pythons des arbres
(Chodropython viridis), dans un terrarium identique au précédent.

Sur la gauche de l'allée, dans une incursion de l'enclos des caimans, un
vivarium présente les jeunes reptiles nés au parc.

Des serpents ratiers à queue rouge (Gonyosoma oxycephalum) com-
plètent cette collection de serpents.




La partie centrale, en forme de U, est occupée par divers aquariums
d'eau douce et d'eau de mer, tandis que la troisième salle accessible
par un couloir vitré offrant une large vision sur l'enclos du phoque,
est consacrée aux eaux douces. Un second étage présente une salle
ronde entourée d'un grand aquarium circulaire rempli d'eau salée.

Le visiteur ressort alors de l'aquarium pour regagner la place bor-
dant l'enclos des phoques et celui des alpagas.

La visite se poursuit face au vivarium, en direction d'un second
bâtiment historique du zoo, la maison des singes.
Exemple de terrarium
Exemple de terrarium - août 2011


Allée du vivarium
Allée du vivarium - août 2011
Aquarium des pacus
Aquarium des pacus - août 2011


Aquarium récifal
Aquarium récifal - août 2011
Aquarium circulaire des requins
Aquarium circulaire des requins - août 2011



Flèche

La maison des singes est entourée de cages extérieures voutées, mais
de taille réduite disposant pour seuls aménagements de quelques
branches. L'ensemble des cages est bétonné et arqué. Le nombre
d'espèces présentées dans cette maison a été considérablement réduit
afin d'offrir aux animaux des espaces plus grands.

Le visiteur entre alors dans cette maison pour évoluer dans un couloir
carrelé, bordé de part et d'autre par les cages intérieures des primates,
également bétonnées et dotées de structures en bois.

Les loges latérales sont occupées, pour celles de gauche, par un
groupe de cercopithèques brazza (Cercopithecus neglectus), alors
que des cercopithèques à tête de hiboux (Cercopithecus hamlyni)
sont présentés dans les cages de droite.

Au bout du couloir se trouve un enclos vitré, dans lequel ont été ins-
tallés, outre des morceaux de bois, des rochers et des céréales ger-
mées, qui est consacré à des tamarins pinchés (Saguinus oedipus) et à
des grands cobayes (Cavia magna).




Maison des singes
Maison des singes - août 2011



Ancienne maison des fauves
Ancienne maison des fauves - août 2011
Le visiteur ressort de la maison des singes, en face de laquelle, une place
accueille différentes statues en bois. La suite de la visite nous conduit sur
la droite en direction de l'ancienne maison des fauve qui a aujourd'hui été
réaménagée et transformée en salle d'exposition.

Face de à ce monument, une série de clapiers, présente divers races de
lapins domestiques (Oryctolagus cuniculus).

Au sein de la salle d'exposition, anciennement maison des fauves, on
découvre les différentes façon de vivre des tribus sud américaines,
africaines ou encore asiatiques.
Une cage à fauve a également été conservée et permet aux visiteurs de
se faire une idée des conditions de présentation des animaux dans les
ménageries du début du siècle.

Dans la partie sud américaine, se trouve également 2 vivariums humides
et densément végétalisés. Le premier est le lieu de vie de dendrobates
bleues (Dendrobates azureus) alors que le second présente des gre-
nouilles lichens (Theloderma corticale).


Enclos des tamarins
Enclos des tamarins - août 2011
Maison des singes
Maison des singes - août 2011
(cages des cercopithèques)





Mise à jour suite à mes visites de septembre 2013 :


La maison des singes n'est plus accessible aux visiteurs. L'ensemble
de la zone est en travaux en vue de rénover le palais des congrès.
Les barrières délimitant le chantier, sont ornées de banderoles
décrivant les projets futurs du zoo.
Frise reprenant les évènements du zoo
Frise reprenant les évènements du zoo - septembre 2013




Maison des koalas
Maison des koalas - mai 2016
Mise à jour suite à ma visite de mai 2018

Suite aux travaux de la maison des petits singes, la
bâtisse historique a été transformée en maison
Australienne. Les anciennes volières extérieures
accueillent désormais le sentier de visite. Le
visiteur franchit alors une porte pour se retrouver à
l'intérieur de la maison où s'étend une longue baie
vitrée.

Cette dernière délimite un espace garni de troncs
verticaux doublés de branches. Au fond, une forêt
d'Eucalyptus a été peinte en arrière plan.
Cette loge intérieure est le lieu de vie d'un mâle
koala (Phascolarctos cinereus) arrivé en 2016 du
parc Plackendael.

En sortant de la maison des koalas, le visiteur
gagne l'ancienne maison des fauves transformée
en centre pédagogique.


Maison des koalas
Maison des koalas - mai 2016
Maison des koalas
Maison des koalas - mai 2016



Flèche

Le visiteur ressort alors de la maison des fauves, pour revenir au niveau
de la place située devant l'aquarium.

Au niveau de cette place, le visiteur arrive dans la partie du zoo qui a été
rénovée au cours de ces dernières années. Au milieu d'une forêt de bam-
bous, le visiteur peut découvrir un premier enclos délimité par des parois
rocheuses. Ce plateau en herbe, traversé par quelques rivières et agré-
menté de structures en bois est le lieu d'une cohabitation originale entre
des ours lippus (Melursus ursinus) et des macaques rhésus (Macaca
mulatta). Un complexe de 2 enclos permet de séparer le mâle ours de
sa femelle en cas de besoin.

Après être sorti de la petite forêt de bambous et de retour sur le sentier
principal, le visiteur est amené à franchir un pont en bois pour faire face
à une série de volières consacrées à plusieurs espèces de becs crochus.

La première volière, faisant un angle, dispose d'un sol en herbe et est
agrémentée de nombreuses structures en bois et autres rochers. Un
groupe de kéas (Nestor notabilis) y est présenté.




Enclos des ours lippus
Enclos des ours lippus - août 2011


Volières typiques pour perroquets
Volières typiques pour perroquets - août 2011
Sur la droite, le visiteur longe une série de volières et sur la gauche, un
petit ruisseau traversant le zoo.
L'ensemble des volières, de conception ancienne, dispose d'un sol en
herbe, la végétation se développe anarchiquement. Des branches com-
plètent les aménagements et offrent des possibilités de perchoirs aux
oiseaux.
Dans l'ordre de visite, on peut y observer des amazones de Cuba
(Amazona leucocephala), des microglosses (Probosciger aterrimus),
des aras sévères (Ara severa), un second couple d'amazones de Cuba
(Amazona leucocephala), des cacatoès à huppe orange (Cacatua
sulphurea), des aras hyaciynthes (Anodorhynchus hyacinthinus), des
aras militaires (Ara militaris mexicanus), des calaos de Van den
Decken (Tockus deckeni) dont des jeunes sont nés en juillet 2011,
et des aras macaos.

Cette série se compose de plusieurs complexes successifs regroupant
2 volières chacun.
Une dernière volière arrondie, de grande taille, qu sein de laquelle
poussent des saules pleureus sous lesquels a été creusé un bassin. Une
colonie d'ibis rouge (Eudocimus ruber) vit à ce niveau.


Salle d'exposition de l'ancienne maison des fauves
Salle d'exposition de l'ancienne maison des fauves - août 2011
Volière des ibis rouges
Volière des ibis rouges - août 2011


Mise à jour suite à ma visite de mai 2018

Les ibis rouges (Eudocimus ruber) ont été rejoints par des ibis à face noire (Theristicus melanopis) et des faisans de Swinhoe (Lophura swinhoii).



Flèche

En face de la volière des aras macaos se trouve un petit jardin
sauvage au milieu duquel un cabanon en bois présente une
ruche.

Au bout de l'allée des volière, un bâtiment vitré constitué d'une
plage rocheuse et d'un bassin, est relié à un enclos extérieur en
sable, relativement escarpé dans sa partie arrière et disposant
d'un bassin séparant le visiteur du public. Cette installation hé-
berge un important groupe de manchots du Cap
(Spheniscus demersus) et d'eiders à duvet (Somateria
mollissima mollissima).

En face des manchots se trouve un bâtiment en briques rouges
qui correspond à la maison des oiseaux, où se poursuit la
visite.


Enclos des manchots
Enclos des manchots - août 2011


Maison des oiseaux
Maison des oiseaux - août 2011
En entrant dans cette maison, le sas d'entrée vitré, présente dif-
férentes espèces d'oiseaux. Cette installation est composée d'une
partie relativement dégagée en terre et d'une zone densément vé-
gétalisée. Des guit guit saïs (Cyanerpes cyaneus), des tangaras
du Mexique (Tangara mexicana brasilius), des organistes à
bec épais (Euphonia laniirostris) et des colombes versicolores
(Geotrygon versicolor) s'y trouvent.

La première pièce relativement sombre accueille divers enclos
vitrés présentant soit des oiseaux, soit de petits mammifères.
En face de la volière des colombes versicolores, se trouve une
grande loge densément végétalisée au sein de laquelle évoluent
des toucans tocos (Ramphastos toco).

Sur la droite de cette salle se trouve un autre terrarium tout en
longueur, agrémenté de lianes at autres structures d'escalade,
loge occupée par une famille de ouistitis pygmés à ventre blanc
(Callithrix pygmaea niveiventris).


Entre les loges des ouistitis et des toucans, une porte s'ouvre sur
une serre au sein de laquel plusieurs espèces d'oiseaux évoluent
en liberté dans un espace densément végétalisé. Parmis les es-
pèces présentées, on peut citer les irénés fées (Irena puella),
les bulbuls orphés (Pycnonotus jocosus), les shamas dayals
(Copsychus saularis), les léiothrix jaunes (Leiothrix lutea),
les bulbuls noirs (Hypsipetes leucocephalus), les sarcelles à
ailes bleues (Anas discors), les perdrix roulrouls (Rollulus
roulroul
), les pigeons de Nicobar (Caloenas nicobarica), les
bulbuls à ventre rouge (Pycnonotus cafer), les pigeons nobles
(Otidiphaps nobilis), les gouras de Sheepmacker (Goura
sheepmakeri
), les touracos paulines (Tauraco erythrolophus),
les colombes poignardées (Gallicolumba luzonica), les stour-
nes bronzés (Aplonis panayensis), les verdins de Hardwick
(Chloropsis hardwickii), les grèbes castagneux (Tachybaptus
ruficollis) et les chauves souris du Vietnam (Pteropus
hypomelanus condorensis), un mammifère peu courant en
captivité.




Zone de vol libre
Zone de vol libre - août 2011


Terrarium des ouistitis
Terrarium des ouistitis - août 2011
Avant de ressortir de la zone de vol libre, on peut observer une
volière où s'enchevêtrent plusieurs branchages, installation oc-
cupée par de rares rats de Cuming (Phloeomys cumingi),
présentés dans 6 parcs européens.

Le visiteur revient alors dans la première salle pour y découvrir
un terrarium en réfection.
Un second enclos vitré est le lieu d'une cohabitation entre des
verdins de Hardwick (Chloropsis hardwickii) et des zosté-
rops du Japon (Zosterops japonicus).

Sur la droite de la sortie, se trouvent 4 derniers terrariums, con-
sacré chacun à une espèce de mygales. Le premier est le lieu de
vie de mygales du Vénézuela (Psalmopoeus irminia), le second
héberge des mygales à croupe rouge (Brachypelma vagans).
Des mygales à poils blancs (Brachypelma albopilosa) vivent
dans le troisième vivarium tandis que le dernier est le lieu de vie
de mygales de Cuba (Phormictops spec).


Bordant la maison des oiseaux, un grand bassin qui se prolonge
en une plage rocheuse héberge un groupe d'otaries à fourrure
(Arctocephalus pusillus pusillus). Ce groupe, qui bénéficie
d'une installation relativement ancienne s'est reproduit en mai
2011.

Sur la droite des otaries, se trouve une plaine en sable au fond
de laquelle se trouve un bâtiment en bois. Cette plaine, séparée
du visiteur par un fossé en eau, est le lieu de présentation de
rhinocéros noirs (Diceros bicornis), qui se reproduisent parfois
à Leipzig et dont la femelle a fait la une de l'actualité zoologique
en juin 2011, après avoir blessé le vétérinaire du parc.

Le visiteur revient alors au niveau du bassin des manchots et
d'une grande place où se trouve des points de restauration ra-
pide. En face de cette place une grande allée débouche sur un
large temple. La visite se poursuit sur la droite de la place, en
direction de la grande nouveauté 2011 du zoo de Leipzig, la
serre "Gondwanaland".




Loge des pigeons de Jamaique
Loge des pigeons de Jamaique - août 2011
Bassin des otaries
Bassin des otaries - août 2011
Enclos des rhinocéros
Enclos des rhinocéros - août 2011



Mise à jour suite à mes visites de septembre 2013 :


Les anciennes volières des oiseaux ont été réaménagées. Sur la
droite, des tangaras du Brésil (Ramphocelus brasiliensis) ont
remplacés les ouistitis pygmés (Callithrix pygmaea niveiventris)
qui eux, ont été transférés dans la serre Gondwanaland.

Des araçaris grigris (Pteroglossus aracari) et des tatous à trois
bandes (Pteroglossus aracari) remplacent désormais les toucans.

Dans la volière du sas, les colombes versicolores partagent désor-
mais leur enclos avec des tangaras fourchus (Thraupis
bonariensis
).


Volière des tangaras du Brésil
Volière des tangaras du Brésil - septembre 2013


Volière des araçaris
Volière des araçaris - septembre 2013





Enfin, la volière en travaux en 2011 est occupée par des diamants
psittaculaires (Erythrura psittacea), tandis que les tangaras du
Mexique (Tangara mexicana brasilius) cohabitent avec des turnix
combattants (Turnix suscitator) en lieu et place des zostérops et
des verdins.



Flèche

Mise à jour suite à ma visite de mai 2018

Les manchots ont été transférés à l'entrée du
zoo
dans l'ancien bassin des phoques. Leur
espace
est occupé par quelques anatidés à
savoir :
eiders à duvet (Somateria mollissima
mollissima
); érismature à tête blanche (Oxyura
leucocephala
) ou encore fuligule nyroca
(
Aythya nyroca).

Sur cette place, un cabanon a également été
érigé
et présente une exposition sur l'évolution
du zoo
de Leipzig et les différentes phases du
masterplan.


Le visiteur entre alors dans la maison des
oiseaux.



Bassin des anatidés
Bassin des anatidés - mai 2018
Loge des oiseaux
Loge des oiseaux - mai 2018
La grande loge des tangaras héberge toujours les
mêmes hormis les organistes qui ont quitté le zoo.

Face aux tangaras, les toucans tocos (
Ramphastos
toco
) ont laissé leur place à des gonoleks de
Barbarie (Laniarius barbarus).

Sur la droiten les ouistitis pygmés à ventre blanc
(Callithrix pygmaea niveiventris) ont été transférés
dans la serre Gondwanaland. Leur loge est main-
tenant consacrée à des coryllis à tête bleue
(
Loriculus galgulus) et des cailles de Chine
(Coturnix
chinensis).



Sur la gauche de cette salle, le visiteur
découvre les deux loges occupées res-
pectivement par des gui-guits céruléens
(Cyanerpes caeruleus) pour la première.

Des astrilds queue de vinaigre (Estrilda
caerulescens
) évoluent aux cotés de
cailles de Chine (Coturnix chinensis).

Le visiteur entre alors dans la zone de
vol libre. La volière qui présentait des
rats de Cuming a été transformée et
de nombreux troncs y ont été plantés.


Maison des oiseaux
Maison des oiseaux - mai 2018


Loge des écureuils
Volière desécureuils - mai 2018


Elle héberge désormais de rares écureuils
géants de Ceylan (Ratufa macroura) - les
seuls représentants de leur espèce en
Europe.

Dans le reste de la serre, le visiteur pourra
observer en liberté : irénés fées (
Irena puella),
léiothrix jaunes (Leiothrix lutea), bulbuls noirs
(
Hypsipetes leucocephalus), perdrix roulrouls
(
Rollulus roulroul), gouras de Sclater (Goura
sclaterii
), touracos paulines (Tauraco
erythrolophus
), colombes poignardées
(
Gallicolumba luzonica), les stour-
nes bronzés (Aplonis panayensis), ...



..., dendrocygnes de Java (Dendrocygna
javanica
)
, éperonnier de Napoléon
(Polyplectron napoleonis), euplectes
vorabé (Euplectes afer), tangara évêque
(Thraupis episcopus), calliste diable en-
rhumé (Tangara mexicana brasiliensis),
tangara du Brésil (Ramphocelus
brasiliensis
), étourneau améthyste
(Cinnyricinclus leucogaster), garrulax
du Père Courtois (Garrulax courtoisi) et
chauves souris du Vietnam (
Pteropus
hypomelanus condorensis
).


Maison des koalas
Maison des koalas - mai 2016


Plateau des chevaux
Plateau des chevaux - mai 2018





Les rhinocéros noirs (
Diceros bicornis) ont
déménagé laissant leur plateau sableux
libre pour la présentation des chevaux de
Przewalski (Equus przawalski) du parc.



Flèche

Gondwanaland, une serre gigantesque dont la réflexion concernant
sa conception date de 1998 et dont les travaux, débutés le 28 no-
vembre 2007 se sont achevés en 2011. Cette structure qui s'étend
sur 2,7 hectares (27 000 m²), aura coûté 66,7 millions d'euros. Elle
recrée les forêts tropicales de 3 continents, l'Afrique, l'Asie et
l'Amérique du Sud. Pour reconstituer ces biotopes, ce ne sont pas
moins de 500 essences végétales différentes qui y ont été appor-
tées. Les animaux sont représentés pour leur part par près de 40
espèces.

Une passerelle en bois conduit le visiteur vers cette serre bordée
par de grands faux rochers. Après avoir passé l'entrée, le visiteur est
plongé dans les eaux troubles, représentées par plusieurs aquariums
imbriqués dans les murs.

Un premier aquarium planté de quelques algues, est le lieu d'une
cohabitation entre des perches soleils (Lepomis gibbosus), des
perches paons (Centrachus macropterus) et des lépisostés tac-
hetés (Lepisosteus oculatus).





Entrée de la serre Gondwanaland
Entrée de la serre Gondwanaland - août 2011



Vivarium des limules
Vivarium des limules - août 2011
Les rochers en arc de cercle sont également percés de trois aqua-
riums. Des poissons arc en ciel de Macculloch (Melanotaenia
maccullochi
), des poissons arc en ciel de Duboulay (Melanotaenia
duboulayi
), des dipneuses d'Australie (Neoceratodus forsteri) et
des tortues à long cou (Chelodina longicollis) occupent le premier
aquarium.
Le second bac est le lieu de vie de dipneuses sud américains
(Lepidosiren paradoxa), tandis que le troisième aquarium de cette
rangée, agrémenté de rochers uniquement, est le lieu de vie d'une
autre espèce de dipneuse, la dipneuse d'Afrique de l'Ouest
(Protopterus annectes).

La visite nous conduit vers une mine recréée. Sur la droite du couloir
encore illuminé, se trouve un vivarium dont la partie basse, en eau,
représente une mangrove où évoluent des limules des mangroves
(Carcinoscorpius rotundicauda).

La partie lumineuse de cette grotte se termine par un dernier enclos
en terre, agrémenté de quelques graminé, dans lequel vivent des
tinamous élégants (Eudromia elegans).




Le visiteur entre alors à proprement parler dans la mine, après
avoir sinué au milieu des rochers. Il peut découvrir le noctarium
du zoo qui compte 4 enclos vitrés.

Le premier, agrémenté de structures en bois, de bambous et de
graminés, est le lieu de vie d'une espèce unique en Europe, qui
s'est reproduite en 2011, le chat marsupial moucheté (Dasyurus
viverrinus). Les 3 couples sont arrivés en provenance du zoo
de Melbourne en Australie.

Le second enclos densément végétalisé, offre de nombreuses
possibilité d'escalade aux loris pygmés (Nycticebus pygmaeus)
qui y sont présentés, tandis que le troisième terrarium est oc-
cupé par des kowaris (Dasycercus byrnei), un animal héber-
gé dans 5 zoos européens.


Enclos des chats marsupiaux
Enclos des chats marsupiaux - août 2011



Terrasse du restaurant de la serre
Terrasse du restaurant de la serre - août 2011
Enfin, au détour d'un virage se trouve le dernier vivarium du
couloir, mais aussi le plus grand. Des rochers et du sable com-
posent les aménagements. Cette structure, devant laquelle
s'aglutinent les visiteurs, hébergeait jusqu'en octobre 2011, la
star du zoo de Leipzig, "Heidi", l'opposum de Virginie
(Didelphis virginiana).

Le visiteur arrive alors dans la forêt tropicale recréée. Une
grande place nue de végétation borde un grand bâtiment en
bois exotique qui abrite le restaurant de la serre ainsi qu'une
terrasse panoramique qui offre une vue d'ensemble sur cette
vaste végétation.
A côté du restaurant, des bambous forment un couloir d'at-
tente pour l'accès vers un embarcadaire faisant le tour des
canaux de la serre. A noter que cette balade en barque est
payante.

Des tubes transparents passent au dessus de la file d'attente et
sont reliés à une souche percée d'une vitre. Une colonie de
fourmis (Atta spec.) y évolue.


Aquarium des dipneuses
Aquarium des dipneuses - août 2011
Tunnel de la mine menant au noctarium
Tunnel de la mine menant au noctarium - août 2011




Mise à jour suite à mes visites de septembre 2013 :


Le terrarium des tinamous a été transformé suite au départ
des oiseaux vers les volières extérieures. Des varans de
Komodo (Varanus komodensis) y ont pris place.

Les opposums de Virginie ne sont plus présentés à Leipzig
et leur enclos est aujourd'hui occupée par une partie du
groupe de chat marsupial moucheté (Dasyurus
viverrinus).
Terrarium des varans
Terrarium des varans - septembre 2013



Flèche

Avant d'emprunter le bateau, nous allons suivre la traversée pédes-
tre de la serre. La visite de Gondwanaland débute par la partie sud
américaine. Après avoir pénétré au coeur d'une végétation luxu-
riante, le visiteur traverse un pont éléctrifié, pour entrer sur le terri-
toire des saïmiris (Saimiri sciureus).

Une fois revenu sur le sentier principal, le visiteur traverse un pont
passant au dessus de la rivière, bras d'eau qui entoure une île en
herbe, agrémentée de quelques structures en bois. Cette installation
présente une cohabitation entre des tamanduas (Tamandua
tetradactyla), des paresseux à deux doigts (Choloepus didactylus)
et des agoutis d'Azara (Dasyprocta azarae).
Leur habitation tendue d'arbres morts et de lianes est également
densément végétalisée.

Le sentier contourne cette île et bifurque sur la gauche, en direction
d'une grotte. Un cercle formé par les faux rochers, est recouvert d'un
filet. Cette structre où la végétation est importante est consacrée à
des ocelots (Leopardus pardalis).




Partie de l'enclos des saimiris
Partie de l'enclos des saimiris - août 2011


Enclos des loutres géantes
Enclos des loutres géantes - août 2011
Au centre de la grotte, un enclos doté dont la partie arrière est agré-
mentée de palmier et se poursuit sur une plage en sable où a été in-
stallé un tronc d'arbre, plage qui débouche sur un grand bassin.
Des iguanes verts (Iguana iguana) occupent la partie terrestre,
tandis que le bassin, visible dans la grotte, est le lieu de vie de
tortues tartarugas (Podocnemis expansa), d'arapaimas
(Arapaima gigas), de poissons chats à queue rouge
(Phractocephalus hemioliopterus), de plécos noirs
(Pseudodoras niger), de pacus (Colossoma macropomum) et
de poissons chats tigres (Pseudoplatystoma fasciatum).

Différents panneaux pédagogiques ont été installés à ce niveau.
La suite de la visite nous conduit vers une large vitre s'ouvrant
sur un grand bassin recréant un bras de l'amazone. Ce bassin
se transforme ensuite en une plage densément végétalisée. Un
couple de loutres géantes (Pteronura brasiliensis). A l'instar
du zoo de Dortmund, un aquarium séparé a été construit dans le
bassin des loutres et accueille des piranhas rouges (Pygocentrus
nattereri).


C'est par cette vue sur le bassin des loutres que se termine la grotte,
laissant place à une terrasse bordant l'île des tamanduas . Le sentier
de visite monte alors vers la canopée, passant au dessus de l'enclos
des loutres et longeant l'installation des iguanes.

Le sentier de visite traverse alors une zone densément végétalisée,
vierge de tout enclos où évoluent en liberté, des sakis à face blan-
che (Pithecia pithecia) et des ouistitis argentés (Callithrix
argentata
).

Des rochers bas offrent une vue globale sur la serre et marquent la
fin de la partie sud américaine. C'est en Afrique que se poursuit
notre incursion dans la jungle. Un porche rocailleux marque l'ar-
rivée sur le continent noir.

Sur la droite, une première volière bien plantée est consacrée à
des servals (Leptailurus serval).



Ile des tamanduas
Ile des tamanduas - août 2011


Enclos des hippopotames
Enclos des hippopotames - août 2011
En face des petits félidés, un pont suspendu conduit le visiteur vers
un tronc d'arbre placé au milieu de la serre et entouré de terrasse,
offrant une vision à 360° de la serre.

La fin de ce parcours en hauteur débouche sur une petite incursion
rocheuse, transformée en point dobservation sur 2 enclos. Le pre-
mier, sur la droite, une volière plantée de bambous et d'autres pa-
pyrus, abrite une cohabitation entre des dik-diks de Kirk
(Madoqua kirkii) et des cercopithèques à tête de hiboux
(Cercopithecus hamlyni).

Le second enclos, une grande volière, est densément végétalisé
dans la partie bordant la vitre. L'arrière de l'enclos peu visible à ce
niveau est entièrement bétonné. Des hippopotames pygmés
(Hexaprotodon liberiensis) occupent la partie non végétalisée
alors que des cercopithèques dianes (Cercopithecus diana) ont
accès à l'ensemble de la structure. Un peu plus loin sur le sentier,
on peut observer le bassin des hippopotames, ainsi qu'une partie
de l'enclos bétonné.


Embarcadaire de la serre
Embarcadaire de la serre - août 2011
Enclos des dik diks
Enclos des dik diks - août 2011



Flèche

Après l'Afrique, c'est au tour du dernier continent, l'Asie, d'offrir
ses richesses.
L'entrée dans cette zone est marquée par une grande chute d'eau.
Le sentier surplombe et longe ensuite le plus grand enclos de la
serre, en herbe, au milieu duquel ont été plantés quelques bos-
quets non accessibles aux animaux. Un couple de tapirs malais
(Tapirus indicus) y évolue.

Sous la cascade, une vitre marque un espace dans les parois
rocheuses, vitre qui délimite un vivarium densément végétalisé
où vivent des grenouilles aux yeux rouges (Agalychnis
callidryas).

En face des tapirs, dans une partie bien plantée, se trouve un
alignement de trois enclos dont une volière. L'ensemble de ces
structures sont fortement plantées et agrémentées de bois, roc-
hers et d'un bassin.



Enclos des tapirs
Enclos des tapirs - août 2011
Enclos des loutres naines
Enclos des loutres naines - août 2011
Le premier enclos est occupé par des chats pêcheurs (Prionailurus
viverrinus). Le second enclos dont le bassin est doté d'une vision
sous marine est le lieu d'une cohabitation entre des loutres naines
(Aonyx cinereus) et des tortues fluviales de Bornéo (Orlitia
borneensis).

Enfin, une volière bien plantée présente un couple de calaos à cas-
que rouge (Aceros corrugatus) et des tortues forestières brunes
(Manouria emys emys).

Le sentier borde un jardin indonésien, et commence à redescendre
vers la place du restaurant. Au détour d'un virage, un grand enclos
en pente, au sol en sable et en terre, agrémenté de plantes, dont la
partie basse est en eau, est le lieu de vie de varans de Komodo
(Varanus komodoensis).


Sur la dernière partie longiligne du sentier se trouve 2 enclos
chacun composé d'un grand bassin et d'une plage en sable.
Des faux gavials de Malaisie (Tomistoma schlegelii) coha-
bitent avec des tortues à tête jaune (Hieremys annandalii)
dans le premier tandis que le second héberge des faux
gavials (Tomistoma schlegelii) en compagnie d'ophiocép-
hales (Channa micropeltes), de barbus diamants (Puntius
pierrei), de labéos noirs (Labeo chrysophekadion) et de
poissons chats thailandais géants (Pangasius sanitwongsei).

Le visiteur poursuit sa descente vers la place du restaurant,
la sortie se trouve sur le côté droit de la visite et marque
la fin de Gondwanaland.

Avant de sortir, le visiteur peut également faire un tour en
bateau, tour qui débute dans l'ombre, avec des projections
sur écran d'eau, retraçant les différentes phases de l'évolution,
des dinausaures à aujourd'hui. Les bateaux sillonent ensuite
entre les enclos des varans, tapirs, saimiris et tamanduas.


Enclos des faux gavials
Enclos des faux gavials - août 2011


Mise à jour suite à mes visites de septembre 2013 :

Les servals ont quittés le parc et ont été remplacé par des
otocyons (Otocyon megalotis).
Plusieurs espèces ont également été introduites dans la
serre et y vivent en totale libertée. On peut ainsi citer  :
les dragons d'eau verts (Physignatus cocincinus), les
iguanes verts (Iguana iguana),anolis de Cuba (Anolis
sagrei), les geckos diurnes (Phelsuma madagascariensis
grandis), les dendrobates rayées (Phyllobates vittatus),
les grenouilles de Cuba (Eleutherodactylus planirostris),
les dendrobates jaunes et bleues (Dendrobates tinctorius),
les rainettes de White (Litoria caerulea), les dendrocygnes
bicolores (Dendrocygna bicolor), les amazonettes du
Brésil (Amazonetta brasiliensis brasiliensis), ...


Enclos des tapirs
Enclos des tapirs - septembre 2013
Vue générale sur Gondwanaland
Vue générale sur Gondwanaland - septembre 2013


..., les jacarinis noirs(Volatinia jacarina), les foudis de
Madagascar (Foudia madagascariensis), les vanneaux
soldats (Vanellus miles), les caurales soleil (Eurypyga
helias
), les pigeons de Nicobar (Caloenas nicobarica),
les perdrix roulrouls (Rollulus roulroul), les étourneaux
des pagodes (Sturnus pagodarum), les bulbuls orphés
(Pycnonotus jocosus), les touracos de Hartlaub (Tauraco
hartlaubi
), les merles shamas (Copsychus malabaricus),
les sporophiles petit-chanteurs (Tiaris canorus) et  les
carpophages bicolores (Ducula bicolor).



Flèche

Après avoir quitté cette gigantesque serre, le visiteur se retrouve
sur la place devant laquelle se situe l'enclos des otaries.
La visite le conduit sur la droite, vers des enclos en arc de
cercle. Ces deux anciennes fosses, qui auraient pu accueillir des
fauves, ont aujourd'hui été comblées et plantées de quelques
arbres et bambous. La première est le lieu de vie de chiens de
prairie (Cynomys ludovicianus) alors que des coatis roux
(Nasua nasua) sont présentés dans le second enclos.

Au bout du sentier se dresse une grande volière, en herbe, ac-
colée à une paroie rocheuse, plantée de quelques arbes. Des
vautours fauves (Gyps fulvus fulvus) y cohabitent avec des
tantales ibis (Mycteria ibis), des ibis chauves (Geronticus
eremita) et des vautours papes (Sarcoramphus papa).

Le visiteur se trouve alors à l'extrémité de l'allée menant au
temple indien.



Enclos des coatis
Enclos des coatis - août 2011
Enclos central des anatidés
Enclos central des anatidés - août 2011
Au centre de cette allée, un bassin tout en longueur bordé de bri-
ques rouges, est conçu selon les codes des jardins à l'Italienne. De
petites cabanes en bois ont été disposées au niveau de cette éten-
due d'eau reliée de part et d'autre à des berges enherbées. Plu-
sieurs espèces d'anatidés évoluent sur cette marre. On peut ainsi
y observer des canards mandarins (Aix galericulata), des sar-
celles du Cap (Anas capensis), des sarcelles d'hiver (Anas
crecca
crecca), des canards des Philippines (Anas luzonica),
des dendrocygnes d'Eyton (Dendrocygna eytoni), des fuligules
de Baer (Aythya baeri), espèce non présentée en France, et des
harles piettes (Mergus albellus).

Sur la gauche de cette allée, en face de la volière des vautours, se
trouve une second volière au sein de laquelle le visiteur est invité à
entrer...


...   Cette structure, densément végétalisée est le lieu de vie de
hérons de Gray (Ardeola grayii), d'aigrettes garzettes (Egretta
garzetta), de vanneaux soldats (Vanellus miles), d'ibis falcinelles
(Plegadis falcinellus), de bihoraux (Nycticorax nycticorax), de
faisans du Népal (Lophura leucomelanus harmiltoni) et de ca-
nards aux ailes blanches (Cairina scutulata).

Sur la gauche de la volière, une zone naturelle et humide, se pro-
longe jusqu'au fossé en eau des rhinocéros. Cette zone naturelle
est le lieu de vie d'autres anatidés parmi lesquels on peut obser-
ver des oies armées de Gambie (Plectropterus gambiensis
gambiensis), des nettes brunes (Netta erythroophthalma), des
sarcidiornes (Sarkiodrnis melanotus), des erismatures à tête
blanche (Oxyura leucocephala), des canards à bec jaune (Anas
undulata), des dendrocygnes veufs (Dendrocygna viduata), des
canards à bec rouge (Anas erythrorhyncha), des cygnes de
Bewick (Cygnus columbianus bewickii), des nettes rousses
(Netta rufina), des tadornes de Belon (Tadorna tadorna), des
sarcelles à faucilles (Anas falcata) et des sarcelles du Cap (Anas
capensis).





Zone naturelle des anatidés
Zone naturelle des anatidés - août 2011
Volières des aigrettes et ibis
Volières des aigrettes et ibis - août 2011
Volières des vautours
Volières des vautours - août 2011



Flèche

Mise à jour suite à ma visite de mai 2018

Les chiens de prairie (Cynomys ludovicianus) ont
rejoints un enclos en devanture de l'aquarium.
Les coatis (Nasua nasua) sont amenés à rejoindre
la nouvelle zone sud américaine.

En lieu et place de leurs anciens enclos a été
créée une nouvelle zone géographique consacrée
aux montagnes de l'Himalaya.
Après avoir franchit le porche de cette section, le
visiteur découvre sur la droite, un double enclos
délimité par une baie vitré.

Ce dernier, en légère pente, dispose d'un sol en
herbe et est agrémenté de nombreux rhododen-
drons et de pins. Des plateformes en bois com-
plètent les décors.


Entrée de la zone Himalayenne
Entrée de la zone Himalayenne - mai 2018

Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - mai 2018
Cette installation est le lieu de vie de pandas roux
(Ailurus fulgens).

La suite de la visite nous amène vers un imposant
complexe de faux rochers, représentant les mon-
tangnes abruptes d'Asie. Ces faux rochers, recouverts
d'un filet, encerclent deux vastes volières au sol
rocailleux et escarpé. Ces deux enclos sont plantés
de quelques graminées et de pins.  Ils accueillent
tous deux des panthères des neiges (Panthera uncia).

Jouxtant le second enclos se dresse une maison en
pierre s'ouvrant sur l'enclos des panthères, abritant
une exposition pédagogique et offrant un point
de vision sur la volière des vautours fauves (Gyps
fulvus) au sein de laquelle le visiteur est invité à
entrer pour clore la visite de l'Himalaya.


Volière des panthères des neiges
Volière des panthères des neiges - mai 2018
Volière des panthères des neiges
Volière des panthères des neiges - mai 2018


Volière des panthères des neiges
Enclos des petits pandas - mai 2018
Chalet de découverte
Enclos des petits pandas - mai 2018



Flèche

Après être revenu entre les deux volières des ibis et des vautours, la
visite nous conduit à emprunter un escalier de grande largeur, nous
amenant en Inde.
Un vaste bâtiment à l'architecture typique de cette région du monde,
est devancé par un enclos de grande taille en terre et en sable. Ce
complexe est consacré à un des plus gros animaux du zoo, l'éléphant
d'Asie (Elephas maxima).
Leur complexe extérieur se compose de 3 enclos dont un, situé à
l'extrémité droite, est consacré au mâle reproducteur. Les 2 autres
enclos, de grande taille, peuvent être séparés ou reliés entre eux.
Chacun bénéficie d'un bassin en eau, dont le plus grand est bordé
par une pagode aux couleurs chatoyantes, faisant office de point
d'observation.

Au détour d'un virage, un passage sous terrain, traverse l'enclos des
éléphants, pour déboucher dans le Temple de Ganesh.



Temple des éléphants
Temple des éléphants - août 2011
Enclos des pangolins
Enclos des pangolins - août 2011


Une fois dans la partie basse du temple, zone sombre, le visiteur dé-
couvre, sur la doite, une vaste vitre bleue, qui permet de voir en
vision sous marine, le bassin intérieur des éléphants, où a lieu 2 fois
par jour, une animation.
Cette vue originale est très peu courante en parc zoologique pour ne
pas dire unique.

En face du bassin des éléphants se trouvent deux enclos délimités par
des baies vitrées. Des copeaux d'écorces recouvrent le sol dans le-
quel ont été plantés des arbres morts et quelques bambous ont été
ajoutés à l'ensemble. Cette installation présente, pour chacune, un
individu d'une espèce unique en Europe, le pangolin à queue courte
(Manis pentadactyla pentadactyla), arrivés en 2007 du zoo de
Taipeh.
Bassin éxtérieur des éléphants
Bassin éxtérieur des éléphants - août 2011
Enclos du male éléphant
Enclos de l'éléphant mâle - août 2011


Au bout de l'allée, se trouve une volière relativement haute, également
agrémentée de branchages et de quelques hauts arbres. Cette volière
accueille des diamants psittaculaires (Erythrura psittacea), des galli-
colombes à poitrine d'or (Gallicolumba rufigula), des tourterelles à
tête grise (Streptopelia tranquebarica) et de rares colombars
giouannes, hebergés dans seulement 5 zoos européens.

Un escalier remonte le long de la volière vers la partie haute et éclairée
du temple.
A ce niveau, le visiteur bénéfiie d'une vision sur la zone supérieure de
la volière, en face de laquelle s'ouvre l'enclos intérieur en sable des
éléphants.

Avant de quitter le temple des éléphants, le visiteur découvre une der-
nière volière intérieure reliée à un petit enclos extérieur, volière qui était
en travaux lors de ma visite.
Le sentier traverse alors une forêt de bambous, pour revenir sur une
des rives du lac principal dont une partie était visible au niveau de l'en-
clos des rhinocéros.




Volière intérieure des oiseaux
Volière intérieure des oiseaux - août 2011


Taiga des tigres
Taiga des tigres - août 2011
Des panneaux pédagogique ont été disposés tout au long de cette
traversée alors qu'une zone dégagée offre une dernière vision sur
l'enclos des éléphants.

Sur la droite, une terrasse bordant le lac, permet d'observer la
colonie de pélicans frisés (Pelecanus crispus) du zoo.

En face des pélicans, une bifurcation nous conduit vers un enclos
en retrait et vers une maison en bois. Cette maison marque le point
d'observation sur la taiga des tigres de Sibérie (Panthera tigris
altaica), qui se compose de 2 enclos disctincts placés côte à côte.

Le grenier de la maison où se trouve les visiteurs, a été complété
d'un terrarium, dans lequel vivent des rats des moissons
(Micromys minutus).

Un dernier enclos complète ce complexe, cage dans laquelle étaient
disposés de nombreux arbres. Des plaques opaques cachaient cet
enclos.


Grenier de la maison des tigres
Grenier de la maison des tigres - août 2011
Intérieur du temple des éléphants
Intérieur du temple des éléphants - août 2011




Mise à jour suite à mes visites de septembre 2013 :


Des étourneaux de Bali (Leucopsar rotschildii) sont main-
tenant hébergés dans la volière située à la sortie du temple
asiatique.

La volière située dans la hutte de la taiga des tigres est oc-
cupée par des écureuils de Swinhoe (Tamiops swinhoei).
Volière des écureuils de Swinhoe
Volière des écureuils de Swinhoe - septembre 2013


Volière des tatous
Volière des tatous - mai 2018
Mise à jour suite à ma visite de mai 2018

La volière des oiseaux a  été scindée en deux partie.
En partie basse, le sol a été recouvert d'écorces et
quelques souches et autres branches y ont été
disposées. Des tatous à trois bandes (Tolypeutes
matacus
) animent le sol.

En partie haute, au milieu de la végétation, on
pourra observer des diamants psittaculaires
(Erythrura psittacea) et des colombars giouannes
(Treron vernans).

La seconde volière de la maison des éléphants
présente pour sa part des étourneaux de Bali
(Leucopsar rotschildii).



Flèche

Le visiteur regagne alors le sentier principal pour découvrir une
bâtisse en bois entourée de 3 enclos. Le premier, situé le long
de la façade, dispose d'un sol en terre agrémenté de quelques
souches d'arbre et de troncs. Un petit groupe de sangliers des
Visaya (Sus cebifrons) y est présenté. Dans les 2 autres en-
clos, qui disposent chacun d'une partie enherbée, vivent
des anoas des plaines (Bubalus depressicornis). Cette es-
pèce, dont le zoo gère le programme d'élevage européen
(EEP), est représenté par 7 individus à Leipzig.

Au bout de l'enclos des anoas se trouve un carrefour. Sur la
gauche, le visiteur se dirigera vers le second enclos des anoas
à côté duquel se trouve l'installation des rhinocéros noirs.
Le sentier de face nous conduit vers un ancien cirque, const-
ruit en pierres rouges. Organisé en arc de cercle, on trouve
quelques 5 enclos composés de terrasses. Ces installations
qui peuvent comuniquer entre elles sont consacrée aux ours
à lunettes (Tremarctos ornatus).




Enclos des sangliers des Visayas
Enclos des sangliers des Visayas - août 2011
Enclos australien
Enclos australien - août 2011
Le visiteur revient alors au niveau du sentier principal pour
emprunter la dernière possibilité, une bifurcation sur la droite,
en direction d'un des plus grand complexe du zoo.

Avant de se diriger vers ce secteur, un sentier bifurque sur la
gauche vers un enclos de contact qui alterne zones en sable
rouge, parties enherbées et zones plantées. Cette installation
est consacrée à l'Australie et présente des kangourous roux
(Macropus rufus), des wallabies de Bennett (Macropus
rufogriseus), des émeus (Dromaius novaehollandiae) et
des oies semi palmées (Anseranas semipalmata).

Le visiteur ressort de la plaine australienne, pour se diriger
vers le grand complexe inauguré en 2001 qui s'étend sur
30 000 m² soit 3 hectares.


Enclos des anoas
Enclos des anoas - août 2011
Enclos des ours à lunettes
Enclos des ours à lunettes - août 2011




Mise à jour suite à mes visites de septembre 2013 :


Les fosses des ours ne sont plus accessibles et les ours ont quittés
le zoo. Un panneaux indique aux visiteurs que cette partie du parc
va être transformée en aire de jeux.

En face de l'enclos australien, une zone de travaux composera la
nouveauté qui consiste en un nouveau complexe 500 m² environ
destiné aux panthères de l'Amour.
Futur complexe des panthères de l'Amour
Futur complexe des panthères de l'Amour - septembre 2013


Mise à jour suite à ma visite de mai 2018

La zone des ours malais a été totalement
transformée et constitue maintenant une
aire de jeux pour les enfants.

Après avoir contourné les enclos des tigres,
le sentier plonge dans une forêt de feuillus.
Sur la droite, une première vitre s'ouvre sur
un enclos entouré de faux rochers, au sol
naturel et densément planté. Quelques sou-
ches complètent les décors de cet espace
occupé par des panthères de l'Amour
(Panthera pardus orientalis).


Aire de jeux à l'emplacement des fosses
Aire de jeux à l'emplacement des fosses - mai 2018


Chalet des panthères
Chalet des panthères - mai 2018
Face aux deux points de vision sur l'enclos
des panthères, le visiteur peut observer une
volière agrémentée de charmes et de
bouleaux. Des chouettes de l'Oural (Strix
uralensis
) s'ébattent à ce niveau.

La visite se poursuit avec sur la droite un
second puis un troisième enclos consacré
aux panthères de l'Amour (Panthera pardus
orientalis
).

Avant de quitter cette zone, le visiteur tra-
verse un chalet en bois permettant d'obser-
ver le troisième enclos des panthères mais
abritant également une salle pédagogique.









L'enclos australien de contact a été légèrement

remodelé et voit cohabiter des wallabies de
Bennett (Macropus rufogriseus) et des munt-
jacs de Chine (Muntiacus reevesi).
Zone pédagogique
Zone pédagogique - mai 2018

      
Volière des panthères
Volière des panthères - mai 2018


Volière des panthères
Volière des panthères - mai 2018  
Volière des panthères
Volière des panthères - mai 2018
Volière des chouettes
Volière des chouettes - mai 2018



Flèche

La zone "Pongoland" présente les 4 espèces de grands singes. Avant
d'entrer à proprement parler dans leur territoire, le visiteur traverse
une forêt de bambous. Un camion a été construit à ce niveau et pro-
pose, moyennant 1 €, un cinéma dynamique aux visiteurs.

Au détour d'un virage se trouve la première île du complexe. Cette
île, de grande taille, entièrement enherbée et plantée de quelques
grands arbres et de rochers, est visible grace à un point d'observation
en hauteur. Cette île est consacrée aux gorilles (Gorilla gorilla
gorilla
).
Un peu plus loin, une seconde structure en herbe, tendue de nomb-
reux cordages, est le lieu de vie d'un premier groupe de chimpanzés
(Pan troglodytes verus).

Un ponton en bois sillonnant entre ces 2 îles nous amène tout droit
vers le bâtiment des singes, d'une surface de 3 250 m².

Au coeur de la maison, se trouvent plusieurs essences d'abres tro-
picaux. Les enclos intérieurs des singes disposent d'un sol en terre
et en herbe.





Entrée de Pongoland
Entrée de Pongoland - août 2011

Ile des chimpanzés
Ile des chimpanzés - août 2011
Des troncs d'arbre morts ont été érigés dans chaque enclos et
sont reliés entre eux par des cordes, des cages individuelles
non visibles du public permettent de séparer les animaux la nuit.
La loge intérieure des gorilles est la première située sur la gauche.
En face des gorilles se trouve l'installation des chimpanzés.
Une volière vitrée est consacrée à la présentation de la famille
des bonobos (Pan paniscus). Les deux dernières loges sont
occupées par les orangs outans (Pongo pygmaeus abelii)
pour celui de gauche et par un second groupe de chimpanzés
pour celui de droite.

Différentes espèces d'oiseaux évoluent en liberté dans la serre.
On peut ainsi citer les alectos à tête blanche (Dinemellia
dinemellia), les bulbuls des jardins (Pycnonotus barbatus
layardi), les rares zostérops du Sénégal (Zosterops
senegalensis), les sénégalis sanguins (Spermophaga
haematina
), ...


Plan de Pongoland
Plan de Pongoland - août 2011
Safari truck Cinéma Dynamique
Safari truck Cinéma Dynamique - août 2011


..., les spréos superbes (Lamprotornis superbus), les touracos
violets (Musophaga violacea), les étourneaux caronculés
(Creatophora cinerea), les coulious rayés (Colius striatus) et
les euplectes monseigneurs (Euplectes hardeaceus).

Le visiteur ressort alors de la maison des singes, pour découvrir,
sur la droite, un enclos doublé de quelques structures en bois et
de divers buissons, consacré au second groupe de chimpanzés.
Sur la gauche, une autre île de grande taille et fortement boisée
est consacrée aux orangs outans qui y cohabitent avec des gib-
bons à favoris roux (Nomascus gabriellae).

Au bout du ponton, se trouve la mini ferme gastronomique du
zoo. Il s'agit en fait d'un vollage africain recréé où sont vendu
divers plats de restauration rapide.
Sur la droite, un petit enclos de contact délimité par des ron-
dins de bois présente des chèvres de Damara (Capra hircus).




Loge intérieur pour grands singes
Loge intérieur pour grands singes - août 2011
Ile typique pour grands singes
Ile typique pour grands singes - août 2011
Ile des orang-outans
Ile des orang-outans - août 2011


Les grands singes de Leipzig en 2012

Chimpanzés (groupe 1)

Robert, mâle né à Rijswijk (NL) le 01/12/1975
Corry, femelle
née à Rijswijk (NL) le 09/12/1976
Fraukje,
femelle née à Rijswijk (NL) le 06/04/1976
Ulla,
femelle née à Rijswijk (NL) le 08/06/1977
Riet, femelle née à Rijswijk (NL) le 11/11/1977
Natascha,
femelle née à Rijswijk (NL) le 28/03/1980
Dorien,
femelle née à Rijswijk (NL) le 22/10/1980
Sandra,
femelle née à Rijswijk (NL) le 09/06/1993
Patrick, mâlé né
à Rijswijk (NL) le 08/06/1997
Frodo, mâle
né à Rijswijk (NL) le 28/11/1993
Pia,
femelle née à Rijswijk (NL) le 16/09/1999
Swela, femelle née à Bâle (CH) le 19/10/1995
Lome,
mâle né à Leipzig le 11/08/2001
Tai, femelle née à Leipzig le 12/08/2002
Lobo, mâle né à Leipzig le 24/04/2004
Kara, femelle née à Leipzig le 23/06/2005
Kofi, mâle né à Leipzig le 07/07/2005
Bangolo, mâle né à Leipzig le 05/07/2009




Gorilles

Gorgo, mâle né à Krefeld (D) le 28/06/1981
Bébé, femelle née en Afrique en 1979
Viringika, femelle née à Zurich (CH) le 23/03/1995
Kibara, femelle née à Leipzig le 13/01/2004
Zola, femelle née à Leipzig le 15/04/2008
Bonobo

Joey, mâle né à Anvers (B) le 13/12/1982
Ulindi, femelle née à Frankfort (D) le 10/10/1993
Kuno, mâle né à Stuttgart (D) le 26/11/1996
Yasa, femelle née à Twycross (GB) le 27/08/1997
Luiza, femelle née à Leipzig le 27/01/2005
Fimi, femelle née à Leipzig le 28/07/2008
Loto, mâle né à Leipzig le 02/09/2009
Bokela, femelle née à Twycross (GB) le 14/10/2003
Jasongo, mâle né à Twycross (GB) le 02/08/1990
Orang-outans de Sumatra

Bimbo, mâle né à Duisburg (D) le 20/09/1980
Pini, femelle née à Leipzig le 30/06/1988
Dokana, femelle née à Desden (D) le 31/01/1989
Padana, femelle née à Leipzig le 18/11/1997
Kila, femelle née à Leipzig le 02/06/2000
Raja, mâle né à Leipzig le 26/09/2003
Maia, femelle née à Leipzig le 07/12/2007
Suaq, mâle né à Leipzig le 14/05/2009
Thana, femelle née à Leipzig le 16/06/2009
Batak, mâle né à Leipzig le 30/10/2009





Chimpanzés (groupe 2)

Jahaga, femelle née à Rijswijk (NL) le 06/01/1993
Fifi, femelle née à Leipzig le 12/05/1993
Gertruida, femelle née
à Rijswijk (NL) le 20/05/1993
Annet, femelle
née à Rijswijk (NL) le 28/08/1999
Alexandra, femelle née
à Rijswijk (NL) le 30/08/1999
Loge typique pour grands singes
Loge typique pour grands singes - août 2011


Les grands singes de Leipzig en 2018

Chimpanzés (groupe 1)

Robert, mâle né à Rijswijk (NL) le 01/12/1975
Corry, femelle née à Rijswijk (NL) le 09/12/1976
Fraukje, femelle née à Rijswijk (NL) le 06/04/1976
Maja, femelle née à Hannovre (DE) le 01/05/1986

Riet, femelle née à Rijswijk (NL) le 11/11/1977
Natascha, femelle née à Rijswijk (NL) le 28/03/1980
Dorien, femelle née à Rijswijk (NL) le 22/10/1980
Sandra, femelle née à Rijswijk (NL) le 09/06/1993
Frodo, mâle né à Rijswijk (NL) le 28/11/1993

Swela, femelle née à Bâle (CH) le 19/10/1995
Lome, mâle né à Leipzig le 11/08/2001

Tai, femelle née à Leipzig le 12/08/2002
Lobo, mâle né à Leipzig le 24/04/2004
Bambari, mâle né à Ostrava le 08/12/2000
Kisha, femelle née à Osnabrück le 04/03/2003
Azibo, mâle né à Leipzig le 14/04/2015
Ohini, mâle né à Leipzig le 25/03/2016


Gorilles


Abeeku, mâle né à Rotterdam (NL) le 05/05/1999
Kumili, femelle née à Chessington (UK) le 23/01/2004
Kibara, femelle née à Leipzig le 13/01/2004
Diara, femelle née à Leipzig le 11/03/2014
Kianga, femelle née à Leipzig le 04/12/2016
Kumilis, mâle né à Leipzig le 06/12/2017
Bonobo

Joey, mâle né à Anvers (B) le 13/12/1982
Kuno, mâle né à Stuttgart (D) le 26/11/1996
Yasa, femelle née à Twycross (GB) le 27/08/1997
Lexi,
femelle née à Jacksonville (USA) le 13/09/1999
Luiza, femelle née à Leipzig le 27/01/2005
Gemena, femelle née le 07/11/2005
Jasongo, mâle né à Wuppertal (DE) le 02/08/1990
Kasai, mâle né à Leipzig le 09/01/2013
Yaro, mâle né à Leipzig le 18/04/2013
Tayo, mâle né à Leipzig le 22/07/2016
Amira, femelle née à Leipzig le 15/05/2017


Orang-outans de Sumatra

Bimbo, mâle né à Duisburg (D) le 20/09/1980
Pini, femelle née à Leipzig le 30/06/1988
Dokana, femelle née à Desden (D) le 31/01/1989
Padana, femelle née à Leipzig le 18/11/1997
Raja, mâle né à Leipzig le 26/09/2003
Suaq, mâle né à Leipzig le 14/05/2009
Martok, mâle né à Leipzig le 25/03/2017
Sari, femelle née à Leipzig le 05/08/2017
Chimpanzés (groupe 2)

Jeudi, mâle né en Afrique en 1966
Frederike,
femelle née en Afrique en 1974
Daza, femelle née en Afrique en 1986
Hope, femelle née à Jérusalem le 14/12/1990
Zira, femelle née à Ostrava (CZ) le 03/07/1997
Alex, mâle né à Plaisance du Touch (FR) le 10/03/2001





Flèche

En quittant le village africain, le visiteur emprunte un sentier au coeur
d'une forêt. Sur la gauche, en arrière plan on peut encore observer
l'île des orangs outans. Sur la droite, plusieurs enclos alignés, de type
forestiers, présentent différentes espèces. Le premier est ainsi oc-
cupé par des grues de Mandchourie (Grus japonicus) et par des
portes musc (Moschus moschiferus), une espèce qui reste peu cou-
rante en captivité, puisque présentée dans 6 espaces zoologiques en
Europe. Le zoo de Leipzig héberge la plus grande population et rep-
roduit chaque année ces individus.

L'enclos central est pour sa part consacré à une petite harde de
cerfs d'Eld (Cervus eldi thamin), tandis qu'une seconde cohabitation
existe entre des portes musc (Moschus moschiferus) et des grues à cou
blanc (Grus vipio).

En face de ces 2 derniers enclos, se trouve une installation forestière
au sein de laquelle la végétation naturelle se développe anarchique-
ment.

Enclos des grues et portes muscs
Enclos des grues et portes muscs - août 2011


Enclos forestier des okapis
Enclos forestier des okapis - août 2011
Des barrières en bois délimitent cette structure dont le seul amé-
nagement "humain" consiste en une hutte.
Cet enclos est le lieu de vie d'un okapi (Okapia johnstoni).

Le visiteur se dirige alors sur la gauche, sur un sentier, bordant
d'un côté l'enclos des okapis et sur l'autre, lîle des orang-outans.
La suite de la visite nous amène à découvrir 2 autres enclos de
type forestier, consacrés aux okapis, mais également à des cé-
phalophes de Natal (Cephalophus natalensis).

En face du complexe des okapis se trouve une petite île au cen-
tre de laquelle se dresse un grand arbre et où évoluent des makis
cattas (Lemur katta).

Le long de ce sentier, le visiteur bénéficie encore de 3 points de
vision sur l'île des bonobos puis sur celle des gorilles.
La visite se poursuit en Afrique, plus spécifiquement dans la sa-
vane africaine.


La zone "Savane Africaine" de Leipzig se compose d'une vaste plaine
enherbée entourée de fossés en eau, plantés de joncs. En arrivant
devant la plaine, le visiteur découvre une petite lagune où est présen-
té une grande colonie de flamants nains (Phoenicopterus minor).
Le sentier bifurque sur la droite, longeant cette lagune en direction
d'un bâtiment précédé de la loge d'hiver des flamants, loge vitrée.

Le bâtiment, au sein duquel se poursuit la visite, constitue le bâtiment
des girafes de Rotschild (Giraffa camelopardalis rotschildi), ces
animaux disposent d'une grande loge et de 3 boxes d'isolement.

Sur la droite du couloir de visite, un terrarium en sable, agrémenté
de rochers et de plantes grasses, est occupée par des macroscélides
(Macroscelides proboscideus). Des rats obèses (Psammomys
obesus) vivent dans un vivarium en sable où des rochers forment des
terrasses. Un dernier enclos vitré, situé au centre de la pièce, est le
lieu de vie de rats taupes d'Ansell (Cryptomys anselli).




Lagune des flamants nains
Lagune des flamants nains - août 2011

Plaine africaine
Plaine africaine - août 2011
Le visiteur revient alors au niveau de la lagune des flamants et pour-
suit sa visite sur la gauche de l'entrée empruntée auparavant, en
direction du lodge qui abrite un restaurant où sont proposés des
plats typiques du continent noir. Ce lodge et sa terrasse bordent la
plaine africaine au coeur de laquelle les girafes cohabitent avec des
gazelles de Thomson (Gazella thomsoni), des oryx algazelles
(Oryx dammah), des zèbres de Grévy (Equus grevyi) et des au-
truches (Struthio camelus).

Le visiteur traverse la terrasse du restaurant bordant la plaine afri-
caine pour découvrir cette vaste étendue d'herbe au fond de la-
quelle se trouve un grand bassin.
Sur la gauche du restaurant se trouve un aquarium d'intérieur, oc-
cupé par des cichlidés africains, à savoir des duboisis (Tropheus
duboisi), des cypris (Cyprichromis leptosoma) et des cichlidés
noirs (Tropheus karamba).


Terrarium pour petits mammifères
Terrarium pour petits mammifères  - août 2011
Loges intérieures des girafes
Loges intérieures des girafes - août 2011





Mise à jour suite à mes visites de septembre 2013 :


Des cobes de Mrs Gray (Kobus megaceors) ont rejoint les
autres herbivores de la plaine.
Rat taupe d'Ansell
Rat taupe d'Ansell - septembre 2013



Flèche

Le visiteur redescend alors de la terrasse du restaurant, pour con-
tinuer son périple africain. Au détour d'une allée, un enclos légè-
rement en pente, en herbe, parsemé de rochers et de quelques
buissons. Cette installation, visible à partir de plusieurs points de
vision différents est occupée par des lions d'Angola (Panthera
leo bleyenberghi).

Les lions disposent d'une grande loge intérieure, visible à partir
d'une grotte de faux rochers. La grotte abrite également un se-
cond vivarium aménagé de nombreuses branches, lieu de vie
d'une multitude de souris épineuses du Nil (Acomys cahirinus
cahirinus).

En face de la grotte, le sentier débouche sur une petite place au
centre de laquelle se trouve un enclos en sable, délimité par des
faux rochers interrompus par des vitres. Cette structure en sable
au sein de laquelle poussent quelques plantes grasses est consa-
crée à la présentation de suricates (Suricata suricatta).




Enclos des lions
Enclos des lions - août 2011

Enclos des hyènes
Enclos des hyènes - août 2011
Sur la gauche de la place, on peut observer, en arrière plan, une partie
de la plaine africaine. Au premier plan se trouve un enclos en terre,
parsemé de buissons, où vivent des hyènes tachetées (Crocuta
crocuta). L'absence de barrière et de clotures electriques visibles, lai-
sse penser que les hyènes ont accès à l'ensemble de la plaine.

Le visiteur se situe alors à l'arrière du complexe en briques rouges des
ours à lunettes, où se trouvent plusieurs enclos.
Le premier, fait de faux rochers, est le lieu de vie de chèvres naines
(Capra hircus). A côté des chèvres, 3 enclos grillagés, au sol naturel,
agrémentés de buissons, sont consacrés à de rares wallabies d'Eu-
génie (Macropus eugenii) pour le premier et par des anoas de plaines
(Bubalus depressicornis) pour les deux autres.

Une zone de forêt, au milieu de laquelle a été installé un petit train éléc-
trique marque une pause dans la présentation des animaux.


Loge intérieure des lions
Loge intérieure des lions - août 2011
Enclos des suricates
Enclos des suricates - août 2011


La présentation reprend ensuite par un enclos en terre au fond
duquel une bâtisse a été peinte de couleur vive. Le premier en-
clos qui est aussi le plus grand, est consacré à des vaches af-
ricaines (Bos primgenius), alors que le second héberge des
chèvres de Damara (Capra hircus).

Un grand temple en briques rouges se dresse alors, et se com-
pose de 2 enclos. Le premier, agrémenté de faux rochers, est
consacré à une famille de babouins hamadryas (Papio
hamadryas). Le second enclos agrémenté de branches est
pour sa part le lieu de vie de macaques ouandérous (Macaca
silenus).

La visite se poursuit dans la partie la plus ancienne du zoo de
Leipzig, pour y découvrir, dans un premier temps, une série
de volières.
Enclos des chèvres naines
Enclos des chèvres naines - août 2011



Flèche

Mise à jour suite à ma visite de mai 2018

Au coeur de la maison des lions, une autre loge
a été creusée. Cette loge dispose d'un sol en
écorces et plusieurs arbres morts y ont été in-
stallés offrant des perchoirs aux calaos cafres
(Bucorvus leadbeateri).

Les babouins hamadryas (Papio hamadryas)
ont quittés le zoo.

Les enclos des wallabies de Parme, des portes
muscs et des anoas qui entouré la zone des ours
malais ont été détruits. En lieu et place ont été
construites plusieurs huttes africaines dont cer-
taines sont entourées de barrières en bois.
Le plus grand enclos est un enclos de contact
et présente des chèvres de Nubie (Capra hircus
nubicus).


Loge des calaos
Loge des calaos - mai 2018
Premier parc des rhinocéros
Premier parc des rhinocéros - mai 2018
Un second enclos au sol en herbe héberge des poules
naines Bielefeld (Gallus gallus).

La savane des girafes a été prolongé, par 3 plaines en
herbes. Chaque plaine dispose d'un bassin et est om-
bragée par quelques arbres. Ce complexe d'enclos est
consacré aux rhinocéros noirs du parc (Diceros bicornis).

La première plaine des mastodontes est séparée de
celle des girafes par des rondins entre lequels des inter-
stices permettent aux gazelles de Thomson (Gazella
thomsoni
) et aux cobes de Mrs Gray (Kobus megaceros)
de cohabiter avec les rhinocéros.


La seconde plaine en herbe est entourée de
faux rochers. Elle est le lieu de vie de la
femelle reproductrice rhinocéros noir
(Diceros bicornis) et de grues royales
(Balearica regulorum).

Enfin, de hauts murs de faux rochers percés
de vitres entourent le troisième enclos de ce
complexe. Des bosquets d'arbres accessibles
via des cordages et de hauts rochers ont été
disposés dans l'ensemble du parc offrant des
refuges aux guépards (Acinonyx jubatus) et
aux patas (Erythrocebus patas) qui évoluent
aux cotés d'un autre rhinocéros noir
(Diceros bicornis).


Enclos des guépards et des rhinocéros
Enclos des guépards et des rhinocéros - mai 2018



Enclos des porcs épics
Enclos des porcs épics - mai 2018
Plus loin, le sentier longe, sur la droite des
faux rochers percés de vitres s'ouvrant sur
une volière en herbe, agrémentée de buis-
sons et de branches. Elle permet d'isoler les
patas (Erythrocebus patas) en cas de besoin.

Sur la gauche, le visiteur bifurque légèrement
pour évoluer aux milieux de la roche représen-
tant les Kopjes. Des palissades vitrées entou-
rent un vaste enclos au sol en sable et enroché.
Une colonie de mangoustes naines (Helogale
parcula) y vit aux cotés de porcs épics africains
(Hystrix africaeustralis).

Le visityeur contourne alors la presqu'ile des
rhinocéros pour découvrir quelques cabanes
pédagogiques et gagner la future extension du
zoo.


Enclos des chèvres
Enclos des chèvres - mai 2018
Ambiance dans la zone africaine
Ambiance dans la zone africaine - mai 2018


Zone pédagogique des rhinocéros
Zone pédagogique des rhinocéros - mai 2018
Second enclos des rhinocéros
Second enclos des rhinocéros - mai 2018



Flèche



Enclos des petits pandas
Enclos des petits pandas - août 2011
Les 2 premières volières, au sol en terre et en herbe, disposent de
perchoirs en bois et accueillent, pour la première, des loris arc en
ciel (Trichoglossus haematodus moluccanus) alors que la se-
conde héberge des amazones à front rouge (Amazona autumnalis).

Un peu plus loin sur le sentier, une autre série de 2 volières à
oiseaux, présente des perroquets de Meyer (Poicephalus meyeri)
pour la première et des rolliers à ventre bleu (Coracias
cyanogaster
).

En face des oiseaux, se trouve un enclos circulaire densément végé-
talisé, où poussent de grands arbres, enclos consacré à des petits
pandas (Ailurus fulgens).

A l'arrière des petits pandas, se trouvent encore 2 volières. L'une
de structure métallique, agrémentée de résineux est le lieu de vie de
chouettes lapones (Strix nébulosa), la seconde, de grande taille,
en bois, est occupée par des tragopans de Temminck (Tragopan
temminckii) et par des conures veuves (Myiopsitta manochus).


Volières des chouettes
Volières des chouettes - août 2011
Volière des perruches moines
Volière des perruches moines - août 2011






Mise à jour suite à mes visites de septembre 2013 :


Les lamas (Lama paco) ont rejoint un enclos herbe situé à
l'extrémité de la plaine africaine.
Enclos des lamas
Enclos des lamas - septembre 2013



Flèche

La visite se poursuit sur une large allée, bordée sur la droite,
par la faisanderie du zoo et sur la gauche, par les cages à félins.

Les cages à fauves, de taille réduite, sont agrémentées d'un sol
en sable et de quelques rochers et troncs d'arbre. Des coni-
fères composent pour leur part la végétation.
Des couloirs grillagés relient l'ensemble des 6 cages entre elles.
Deux espèces de grands félins sont présentées dans ce com-
plexe, les panthères des neiges (Uncia uncia) et les panthères
de l'Amour (Panthera pardus orientalis).

Les volières de la faisanderie de taille correcte, disposent
également d'un sol en sable, agrémenté de quelques petits ar-
bres.
Des faisans de Swinhoe (Lophura swinhoii) vivent dans la
première installation. La seconde héberge pour sa part des
tragopans de Temminck (Tragopan temminckii) qui co-
habitent avec des chevêches d'Athéna (Athene noctua).




Volière des panthères
Volière des panthères - août 2011

Enclos des chevaux de Przewalski
Enclos des chevaux de Przewalski - août 2011
La troisième volière est le lieu de vie de chouetes épervières (Surnia
ulula), tandis que la dernière volière de la faisanderie est le lieu de
présentation entre des pirolles à bec rouge (Urocissa
erythrorhyncha
).

Le chemin de visite contourne alors un plateau en sable dans lequel
évoluent des chevaux de Przewalski (Equus przewalskii).

En face des chevaux de Przewalski, se trouve 3 anciens enclos dé-
limités par de grosses grilles. Les 2 premiers sont aménagés d'amas
de branches de conifères. Des chevreuils (Capreolus capreolus)
sont présentés dans le premier alors que le second héberge des
muntjacs de Chine (Muntiacus reevesi).

Le dernier enclos au sol en sable, au fond duquel se dresse un
monticule rocheux est le lieu de vie de rares mouflons de Dall
(Ovis dalli).


Volières des conures
Volières des conures  - août 2011
Enclos des macaques ouandérous
Enclos des macaques ouandérous - août 2011


Volière typique de la faisanderie
Volière typique de la faisanderie - août 2011
Enclos des mouflons de Dall
Enclos des mouflons de Dall - août 2011



Flèche

Mise à jour suite à ma visite de mai 2018

Toute la zone décrite ci dessus à partir des petits
pandas a été totalement démolie.

Après avoir contourné l'enclos des guépards, le
visiteur gagne la zone sud américaine. Sur la
gauche, un enclos en terre est consacré à des
lamas (Lama glama).

Sur la droite, se dresse le grand restaurant qui
faisait face à la fosse des petits pandas.

Face au restaurant a été inaugurée, le 17 mai
2018, la première phase de la section sud
américaine.


Enclos des lamas
Enclos des lamas - mai 2018
Zone en travaux pour le futur enclos
Zone en travaux pour le futur enclos - mai 2018

Cette première phase compte 3 enclos. Le visiteur
franchit cet espace en empruntant une passerelle
en bois qui traverse le Pantanal, la Pampa puis la
Patagonie. Ce dernier lieu devrait ouvrir d'ici à 2020
et sera consacré à des manchots de Humboldt
(Spheniscus humboldti), à des nandous de Darwin
(
Rhea pennata) et à des guanacos.

Pour l'heure, le visiteur découvre un vaste enclos
en herbe, entouré d'un fossé en eau, de rochers et
de bosquets de bambous. Des arbres morts sont
reliés au sol par des échelles en cordes.




Cette plaine du Panatanal est consacrée à des maras

(Dolichotis patagonum), des cabiais (Hydrochaerus
hydrochaeris), des guanacos (Lama guanicoe) et des
nandous
de Darwin (Rhea pennata).

Le second enclos, agrémenté de quelques souches
et d'abres morts est le lieu de vie de pécaris du
Chaco (Catagonus wagneri) et de coatis bruns
(Nasua nasua). Cette dernière espèce peut
également se rendre sur la plaine des cabiais.


Plaine des capybaras
Plaine des capybaras - mai 2018


Enclos des coatis
Enclos des coatis - mai 2018


Enfin, cette première phase compte encore un enclos

en herbe, agrémenté de quelques buissons, souches,
branches et massifs de bambous. Cet espace est le
lieu d'une cohabitation originale entre des fourmiliers
géants (Myrmecophaga tetradactyla) et des renards
à crinière (Chrysocyon brachyurus).

La suite de la visite conduit le visiteur vers la secon-
de phase du projet sud américain avant de gagner la
mini ferme du zoo.



Flèche

A côté des mouflons se trouve la mini ferme du zoo, marquée par
de nombreuses cabanes en bois aux couleurs chatoyantes. Chaque
maison abrite des boxes paillés consacrés à un type d'espèce et
est doublé d'un petit enclos en sable.
La première cabane a été transformée en poulailler ou le visiteur
peut découvrir des poules naines (Gallus gallus domesticus), les
couveuses et les poussins, des dindons (Meleagris gallopavo).

Les cabanes qui suivent hébergent des moutons (Ovis aries)
"Skudde", pour le premier, des moutons de Somalie (Ovis aries
orientalis
) pour le second.
Les cabanes d'en face abritent respectivement des cochons nains
(Sus scorfa domesticus), des ânes nains (Equus asinus), des
oies grises (Anser anser domesticus) et des chèvres naines
(Capra hircus).

Avant de quitter la mini ferme, le visiteur peut encore admirer un
clapier où vivent des lapins (Oryctolagus cuniculus) et des co-
bayes (Cavia porcellus).




Mini ferme
Mini ferme - août 2011



Loge d'hiver des canards
Loge d'hiver des canards - août 2011
Un second clapier présente des souris blanches (Mus musculus).
En face des rongeurs se trouvent une grande volière au sein de
laquelle s'ébattent des perruches ondulées (Melopsittacus
undulatus
).

Le visiteur ressort de la mini ferme en passant devant l'enclos de
contact des chèvres.

En revenant sur le sentier principal, le visiteur fait face à une piste
ronde où des ballades à dos de poneys sont proposées. Au
fond de cette piste se trouve le bâtiment d'hivernage des anatidés
doté de 3 loges ayant chacune un bassin propre.
Seule la première loge était occupée par des sarcelles marbrées
(Marmaronetta angustrirostris), des sarcelles hottentotes (Anas
hottentota) et des sarcelles de Laysan (Anas laysanensis).

Sur la gauche du sentier, un dernier enclos enherbé, situé à l'om-
bre de nombreux arbres, où vit une famille de loups à crinière
(Chrysocyon brachyurus).
Un petit pont ramène le visiteur au niveau de l'enclos des flamants
et de la boutique qui marque la fin de la visite du zoo de Leipzig.


Enclos des loups à crinière
Enclos des loups à crinière - août 2011
Poulailler de la mini ferme
Poulailler de la mini ferme - août 2011



Mise à jour suite à mes visites de septembre 2013 :


Les bâtiments d'hivernage des canards ainsi que la piste des
chameaux, ont été démolis et sont aujourd'hui en chantier.
A partir de 2014, une nouvelle volière pénétrante, représen-
tant une lagune accueillera la colonie de flamants du zoo.

Une nouvelle sortie sera également construite à cet endroit.
Plan de la volière des flamants
Plan de la volière des flamants - septembre 2013



Flèche

Mise à jour suite à ma visite de mai 2018

Face à l'ancienne prairie des loups à crinière,
une porte nous invite à entrer dans une vaste
volière de contact, traversée par l'allée de
visite.

Sur la droite, s'étend un grand plan d'eau, en-
touré de plages en sable et en herbe, de quel-
ques arbres, de murs de faux rochers.
Sur la gauche du sentier, un petit point d'eau
devance une zone densément plantée de
hauts arbres et de buissons.

Cette volière est consacrée à l'Amérique du
Sud.


Volière des flamants
Volière des flamants - mai 2018
Bus des photos
Bus des photos - mai 2018
On pourra y admirer des flamants du Chili
(Phoenicopterus chilensis), des ibis rouges
(Eudocimus ruber), des spatules roses
(Platalea ajaja), des ibis à face noire
(Theristicus melanopis), des nettes peposacas
(Netta peposaca), des sarcelles à collier
(Callonetta leucophrys), des siffleurs du Chili
(Anas sibilatrix), des sarcelles de la Puna
(Anas puna) ou encore des dendrocygnes veufs
(Dendrocygna viduata).

Le visiteur traverse alors la boutique du zoo et
peut acquérir des photos dans un bus aux
couleurs chatoyantes, avant de quitter le parc.


Volière des flamants - mai 2018
Volière des flamants - mai 2018
Volière des flamants
Volière des flamants - mai 2018



Flèche

En conclusion, le zoo de Leipzig a depuis quelques années, subit de
nombreuses transformations et modernisations, qui l'ont conduit à
s'organiser en biozones. La dernière phase de cette restructuration
devrait se terminer en 2014 avec la création du secteur sud améri-
cain.
La serre Gondwanaland, inaugurée en 2011, reste une installation
surprenante de part sa taille gigantesque.

Les installations sont relativement correcte et les espèces présen-
tées composent un plan de collection original où alternent les es-
pèces courantes et les animaux peu représentés en captivité.

Une journée complète est nécessaire à la découverte de ce parc
qui a su allier bien être de ses pensionnaires et décors transpor-
tant le visiteur dans les pays lointains.

Pangolin
Pangolin - aoît 2011


Copyright ©  -  2007-2018  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés