Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens



Zoo Augsburg



Zoo Augsburg
Brehmplatz 1
86161 Augsburg
Allemagne

Tel : +49 (0)82 15 67 14 90

www.zoo-augsburg.de




Logo Zoo Augsburg

Plan zoo Augsburg
Plan zoo Augsburg




Mes visites : 14 juin 2010; 29 mai 2017
Mise en ligne : 10 octobre 2010
Mise à jour : 20 aout 2017

Je tiens à remercier Manon, qui m'a accompagné lors de ma première visite.





Aigrette noire
Aigrette noire - juin 2010




Horaires d'ouverture 2017
Tarifs d'entrée 2017
Les lions, singes, ongulés et la maison des oiseaux
La maison des oiseaux (Mise à jour 2017)
Les manchots et volières européennes
La volière européenne et les singes (Mise à jour 2017)
Les phoques, grues et anatidés
Les oiseaux d'eau, castors, ours et ongulés (Mise à jour 2017)
La plaine africaine, les caprinidés et les éléphants
La maison des éléphants
Le vivarium
Le nouveau vivarium (Mise à jour 2017)
La mini ferme et les fauves (Mise à jour 2017)
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)




Mars et Octobre :               9h00 à 17h00
Avril, Mai et Septembre :    9h00 à 18h00
Juin à Aout :                        9h00 à 18h30
Novembre à Février :          9h00 à 16h30
Rhinocéros blanc
Rhinocéros blanc - juin 2010



Flèche

Tarifs d'entrée 2017 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)

Souimang de Bouvier
Souimanga de Bouvier - juin 2010

Ticket individuel

     Adulte :                    10,00 €  (8,00 € en hiver1)
     Enfant (3 à 15 ans) :  5,00 €  (4,00 € en hiver1
     Tarif réduit* :            9,00 €  (7,00 € en hiver1)
     Chien :                     3,00 €  (3,00 € en hiver1)
    
Carte familiale (jusqu'à 4 adultes et 6 enfants) : 54,50 €

Ticket groupe (plus de 15 personnes)
     Adulte :                    9,50 €  (7,50 € en hiver1)
     Enfant (3 à 15 ans) : 4,50 €  (3,50 € en hiver1)
     Tarif réduit* :           8,50 €  (6,50 € en hiver1)

 1 : du 1 novembre au 29 février
* : écolier à partir de 16 ans, étudiants, handicapés, séniors (plus de 65 ans)



Flèche

Présentation du parc

Le zoo d'Augsburg est un petit parc allemand situé à proximité de la ville de Munich. Le parc se trouve au coeur de la ville et présente une collection de taille moyenne mais dont certaines espèces sont peu courantes en captivité. Les installations sont de bonnes qualités, même si certaines sont relativement anciennes.


Après avoir franchit l'entrée, le visiteur découvre le premier enclos du zoo,
plateau en herbe agrémenté de quelques buissons et séparé du visiteur par
un fossé en eau. Cette installation est occupée par un couple de lions
(Panthera leo).
Le visiteur débute alors sa visite sur la droite, longeant, à gauche, l'enclos
des lions et, à droite, la boutique du zoo, en direction d'un enclos en sable
séparé du visiteur par un bassin en eau. Ce grand plateau qui était con-
sacré à la présentation de rhinocéros blancs (Ceratotherium simum), a
aujourd'hui été agrémenté de nombreux agrès en bois et est consacré à
la présentation d'une troupe reproductrice de babouins hamadryas
(Papio hamabryas). Cet enclos de 1160 m², rénové entre septembre
2008 et mars 2009 suite à la mort des rhinocéros, devrait accueillir une
cohabitation entre les babouins et des buffles nains (Syncerus caffer
nanus
). Sur la gauche du sentier de visite, mitoyen à l'enclos des lions,
se trouve une volière dont l'intérieur est visible à travers des baies vitrées.
Cette volière au sol en herbe, fortement végétalisée et agrémentée de
rochers et troncs d'arbre, est le lieu de vie de chats du Bengale
(Prionailurus bengalensis euptilura).




Enclos des babouins hamadryas
Enclos des babouins hamadryas - juin 2010

Enclos des onagres
Enclos des onagres - juin 2010
En face des chats du Bengale, un autre plateau en sable, venant en prolongement
de celui des hamadryas est occupé par un groupe reproducteur d'onagres
(Equus hemionus onager), âne sauvage d'Asie qui reste peu courant en captivité.
En face du plateau des onagres, accolé à la volière des chats du Bengale, se
trouve le dernier enclos du complexe des fauves. Cette installation au sol en herbe
se situe dans une petite forêt de pins, des cabanes en bois complètent l'enrichis-
sement de l'enclos qui est consacré à la présentation de hyènes rayées (Hyaena
hyaena). En face des hyènes, un second enclos en herbe, agrémenté de buis-
sons et d'un bassin est le lieu de vie d'un couple de tigres de Sumatra (Panthera
tigris sumatrae).
Le visiteur quitte alors la zone des fauves pour entrer dans une partie du zoo
consacrée plus particulièrement aux oiseaux.
Sur la droite du sentier, une première volière présente la faune aviaire sud
américaine. On peut y observer des sternes incas (Larosterna inca), des
huitriers pies (Haematopus ostralegus), des ibis rouges (Eudocimus ruber),
des aigrettes noires (Egretta gularis) et des sarcelles à faucilles (Anas
falcata
).


Volière des chats du Bengale
Volière des chats du Bengale - juin 2010
Volière des sternes incas
Volière des sternes incas - juin 2010






Mise à jour suite à ma visite de juin 2017 :


Des savacous huppés (Cochlearius cochlearius) ont
rejoint la volière des ibis rouges.
Plateau des lions
Plateau des lions - juin 2010



Une seconde volière sud américaine, plantée de quelques arbres
et massifs de bambous est le lieu de vie de spatules roses (Platalea
ajaja), de spatules blanches (Platalea leucorodia), d'aigrettes
garzettes (Egretta garzetta), de hérons garde boeufs (Bubulcus
ibis), d'ombrettes (Scopus umbretta) de cigognes noires (Ciconia
nigra
), d'ibis sacrés (Threskiornis aethiopicus), de vanneaux hup-
pés (Vanellus vanellus), de sarcelles à ailes bleues (Anas discors),
de sarcelles de Bernier (Anas bierneri) et de sarcelles du Cap
(Anas capensis).
Le visiteur tombe alors sur un bâtiment dans lequel il est invité à
entrer pour poursuivre sa visite. Ce bâtiment correspond à la
maison des oiseaux du zoo d'Augsburg. Cette maison présente
diverses volières, chacune recréant un biotope particulier. La pre-
mière volière située sur la droite de l'entrée, est agrémentée de
branchages et dispose d'un bassin. Il s'agit de la loge de nuit des
spatules et des hérons.


Volière sud américaine
Volière sud américaine - juin 2010


Loge intérieure des spatules
Loge intérieure des spatules - juin 2010


La seconde volière, visible à travers un grillage à mailles fines est plantée de
nombreux hibiscus et est consacrée aux petits oiseaux, représentés par des
rossignols du Japon (Leiothrix lutea), des diamants de Gould (Chloebia
gouldiae
), des zosterops du Japon (Zosterops japonicus), des zoztérops
orientaux (
Zosterops palpebrosus), de panures à moustaches (Panurus
biarmicus
), de verdins à tête jaune (
Chloropsis cochinchinensis), de
colombes poignardées (
Gallicolumba luzonica) et des cailles de Chine
(Coturnix chinensis).
Le visiteur arrive alors vers une troisième volière densément végétalisée et
consacrée à la faune asiatique, représentée par des roulrouls couronnées
(Rollulus roulroul), des bulbuls orphées (Pycnonotus jocosus), des bulbuls
à tête blanche (Hypsipetes leucocephalus), des mainates à gros bec
(Scissirostrum dubium) et des ptilopes superbes (Ptilinopus magnificus).
Le visiteur arrive alors à l'extrémité de la maison des oiseaux où se trouvent
deux volières côte à côte. Enfin, une dernière volière comparable à celle des
bulbuls, est occupée par des troupials à tête rouge (Amblyramphus
holosericeus), des geais verts (Cyanocorax yncas) et des colins de Virginie
(Colinus virginianus).


La première, sur la droite, est consacrée aux milieux secs d'Afrique. Une
colonie de coulious rayés (Colius striatus) y cohabite avec des euplectes
vorabés (Eplectes afer), des euplectes monseigneurs (Euplectes
hordeaceus
), des travailleurs à bec rouge (Quela quela), des tisserins
bruns (Ploceus rubiginosus), des tisserins de Taveta (Hyphantornis
castaneiceps
), des pigeons de Guinée (Columba guinea), des spréos
superbes (Spreo superbus), des gravelots à collier interrompu
(Charadrius alexandrinus) et des perdrix rouges (Alectoris rufa).
La volière de gauche pour sa part, reconstitue une forêt humide
d'Afrique, représentée par des zostérops du Kilimandjaro (Zosterops
poliogastrus eurycricotus
), des cossyphes à calotte blanche
(Cossypha albicapilla), des merles améthystes (Cinnyricinclus
leucogaster
), des loriot à oreillons noirs (Oriolus auratus) et des
oedicnèmes du Cap (Burhinus capensis).
Volière des zostérops
Volière des zostérops - juin 2010




Maison des oiseaux

Maison des oiseaux - juin 2010

Le visiteur continue alors sa visite avec une nouvelle volière consacrée
aux forêts africaines. Cette installation est occupée par des spréos
royaux (Cosmopsarus regius), des cossyphes à tête blanche
(Cossyphus niveicapilla), des irrisors moqueurs (Phoeniculus
purpureus), des ptilopes superbes (Ptilinopus magnificus), des sar-
celles du Cap (Anas capensis), des souimangs de Bouvier
(Cinnyris bouvieri), de choucadors iris (Lamprotornis iris) et de
vanneaux à ailes blanches (Vanellus crassirostris).
Quelque peu en avant se trouve une nouvelle volière occupée par
d'autres espèces originaires des forêts tropicales Sud Américaine.
On peut y voir des chardonnets rouges (Carduelis cucullata),
de rares amazilies à tête bleue (Amazilia cyanocephala), des jaca-
nas noires (Jacana jacana), des parulines à joues grises
(Vermivora ruficapilla), des touis du Mexique (Forpus
cyanopygius
), des parulines à croupion jaune (Dendroica
coronata
), des sporophiles petit chanteur (Tiaris canora), des
amazonettes du Bresil (Amazonetta brasiliensis) et des tangaras
noirs (Tachyphonus rufus).


Le visiteur arrive alors au niveau d'une volière faisant l'angle de la pièce.
Cette volière, plantée de quelques arbres et agrémentée de nombreuses
branches, dispose d'un sol en terre et accueille des tangaras du Brésil
(Ramphocelus carbo), des pigeons gris - bleus (Claravis pretiosa),
des colins de Virginie (Colinus virginianus), des sarcelles à ailes bleues
(Anas discors), de rares arianes à couronne violette(Amazilia violiceps),
des
échasses du Mexique (Himantopus mexicanus) et des jacarinis
noirs (
Volatinia jacarina).
Le visiteur débouche dans un couloir sur la droite duquel se trouvent
2 volières. La première est le lieu de vie de gouras de Victoria (Goura
victoria) et de martins de Rotschild (Leucospar rotschildi).
La dernière est consacrée à plusieurs couples d'eclectus (Eclectus
roratus).
Sur la gauche, il peut observer quatre terrariums. Le premier est le lieu
de vie de phasmes cuirassés (Eurycantha calcarata), le second est
occupé par des grenouilles du Vietnam (Theloderma corticale). Les
deux derniers, situés côte à côte présentent respectivement des dend-
robates bleues (Dendrobates azureus) qui cohabitent avec des dend-
robates jaunes et bleues (Dendrobates tinctorius), et des dendroba-
tes jaunes (Dendrobates leucomelas) avec des dendrobates vertes
(Dendrobates auratus).


Terrarium pour phasmes
Terrarium pour phasmes - juin 2010
Volière des gouras
Volière des gouras - juin 2010
Salle des couveuses
Salle des couveuses - juin 2010



Flèche

Mise à jour suite à ma visite de juin 2017 :

Volière 1   Australie : diamant à queue
rousse (Neochmia ruficauda); diamant
de Gould (Chloebia gouldiae); diamant
de Bichenow (Stizoptera bichenowi);
zostérops à flancs marrons (Zosterops
erythropleurus) et caille peinte de
Chine (Coturnix chinensis).

Volière 2 Asie :  ptilope porphyre (Ptilinopus
porphyrea); roulroul couronné (Rollulus
roulroul); bulbul à joues blanches (Pycnonotus
leucogenys) et scissirostre des Célèbes
(Scissirostrum dubium).


Volière asiatique
Volière asiatique - mai 2017
Volière sud américaine
Volière sud américaine - mai 2017
Volière 3  Afrique désertique :  coulious à nuque
bleue (Colius macrourous); travailleurs à bec
rouge (Quela quela); tourterelle du Sénégal
(Streptopelia senegalensis); inséparable à face
rose (Agapornis roseicollis); astrild ondulé
(Estrilda astrild); astrild cordon bleu à joues
rouges (Uraeginthus bengalus) et pluvier plâtre
(Charadrius pecuarius).

Volière 4 Afrique savane : cossyphes à calotte
blanche (Cossypha albicapilla), merles amét-
hystes (Cinnyricinclus leucogaster), spréo
royal (Cosmopsarus regius) et oedicnèmes du
Cap (Burhinus capensis).


Volière 5 Afrique équatoriale : choucadors iris
(Lamprotornis iris); vanneaux à ailes blanches
(Vanellus crassirostris); caille arlequin
(Coturnix delegorguei); foudi de Madagascar
(Foudia madagascariensis); colombine waalia
(Treron waalia); zostérops du Kikuyu
(Zosterops poliogastrus kikuyensis); spréo
superbe (Lamprotornis superbus) et euplectes
à épaules blanches (Euplectes albonotatus).

Volière 6 Mixte : étourneau de Bali (Leucopsar
rotschildii); barbican à tête rouge (Trachyphonus
erythrocephalus); araguira rougeatre
(Coryphospingus cucullatus) et caille peinte de
Chine (Coturnix chinensis).


Zostérops  à flancs roux
Zostérops  à flancs roux - mai 2017
Tangara noir
Tangara noir - mai 2017


Volière 7  Amérique du Sud : chardonnets rouges
(
Carduelis cucullata), touis du Mexique (Forpus
cyanopygius
), sporophiles petit chanteur (Tiaris
canora
), tangaras noirs (Tachyphonus rufus),
guit guit céruleen (Cyanerpes caeruleus); tangara
du Mexique (Tangara mexicana) et caurale soleil
(Eurypiga helias).

Volière 8  Amérique du Sud : tangara du Brésil
(Ramphocelus carbo); conure soleil (Aratinga
solstitialis); colibri topaze (Chrysolampis
mosquitus) et jacarini noir (Volatinia jacarina).




Volière 9 Indonésie
: goura victoria (Goura
victoria); colombine turvert (Chalcophaps
indica); diamants mandarins (Poephila
guttata) et diamants à longue queue
(Poephila acuticauda).

Volière 10 : Asie : grand eclectus (Eclectus
roratus).
Euplecte à épaules blanches
Euplecte à épaules blanches - mai 2017




Flèche

Le visiteur ressort alors de la maison des oiseaux et fait face à un enclos déli-
mité par un muret en pierre. Cette installation se compose d'un bassin de
taille moyenne et d'une plage en béton blanc. Un groupe d'otaries à fourrure
d'Afrique du Sud (Arctocephalus pusillus pusillus) est présenté à ce niveau.
Mitoyen aux bassin des otaries, un grand enclos naturel,  est le lieu de
cohabitation d' une colonie de manchots de Magellan (Spheniscus
magellanicus
), espèce peu courante en captivité et de canards vapeurs
(Tachyeres  patachonicus).
En face de l'enclos des  manchots, on peut voir une  volière où cohabitent des
cardinals rouges (Cardinalis cardinalis), des bergeronnettes des ruisseaux
(Motacilla cinerea), des colombes turverts (Chalcophaps indica) et des
gravelots pâtres (Charadrius pecuarius).
Le sentier de visite entre alors dans une zone ombragée. Sur la droite, on
trouve une série de 5 volières consacrées aux espèces européennes.
Chacune d'entre elle dispose d'un sol en sable, et  de plusieurs
arbustes. La première volière est le lieu de vie de gorge bleus à miroir
(Luscinia svecica), des blongios nains (Ixobrychus minutus), des
panures à moustaches (Panurus biarmicus) et des râles des genêts
(Crex crex).




Bassin des otaries
Bassin des otaries - juin 2010
Volière typique pour oiseaux européens
Volière typique pour oiseaux européens - juin 2010


La seconde volière est occupée par des bruants jaunes (Emberiza
citrinella
), des pinsons des arbres (Fringilla coelebs), des fauvettes
à tête noire (Sylvia atricapilla), des étourneaux (Sturnus vulgaris),
des merles noirs (Turdus merula), des colombes lophotes
(Ocyphaps lophotes) et des vanneaux huppés (Vanellus vanellus).
Des étourneaux à tête blanche (Sturnus sericeus), des perdrix rouges
(Alectoris rufa), des tourterelles des bois (Streptopellia turtur),
des pinsons des arbres (Fringilla coelebs), des chardonnets élégants
(Carduelis carduelis), des linottes mélodieuses (Carduelis
cannabina
) et des moineaux domestiques (Passer domesticus) vivent
dans cette installation.
Enfin, la dernière volière des oiseaux européens est occupée par des
becs croisés des sapins (Loxia curvirostra), des serins cini (Serinus
serinus
), des tarins des aulnes (Carduelis spinus) et des sittelles
torchepots (Sitta europaea).


Enclos des manchots
Enclos des manchots - juin 2010
Volière pour oiseaux européens
Volière pour oiseaux européens - juin 2010



Flèche

Mise à jour suite à ma visite de juin 2017 :

Adossée à la maison des oiseaux se dresse une an-
cienne volière qui a été tendue de cordes et de
branches. Cette dernière est le lieu de vie d'écureuils
de Swinhoe (Tamiops swinhoei).

Face aux manchots, otaries et phoques, l'ensemble des
volières des oiseaux européens ont été démolies.
A leur place se dresse une vaste volière de contact au
sein de laquelle nous somme invité à entrer. Cette
dernière est traversée par un ruisseau qui se jette dans
un bassin relativement grand.
Le reste de la volière se divise en zone en herbe
dégagée et en zone plus arborées, plantées de saules
et autres végétaux des rivages.



Loge des tamiops
Loge des tamiops - mai 2017
Intérieur de la volière européenne
Intérieur de la volière européenne - mai 2017

Au sein de cette volière on pourr observer des hérons
bihoreaux (Nycticorax nycticorax), des cigognes
d'Abdim (Ciconia abdimi), des combattants variés
(Philomachus pugnax), des chevaliers gambettes (Tringa
totanus), des avocettes élégantes (Recurvirostra
avocetta), des échasses (Himantopus himantopus), des
barges à queue noire (Limosa limosa), des courlis
cendrés (Numenius arquata), des oedicnèmes criards
(Burhinus oedicnemus), des huitriers pies (Haematopus
ostralegus), des vanneaux huppés (Vanellus vanellus), ...


..., des huppes fasciées (Upupa epops), des
sarcelles d'hiver (Anas crecca), des sarcelles
d'été (Anas querquedula), des sarcelles à
ailes bleues (Anas discors), des sarcelles
marbrées (Marmaronetta angustirostris),
des fuligules nyrocas (Aythya nyroca), des
sarcelles baikal (Anas formosa), des
tragopans satires (Tragopan satyra), des
sternes inca (Larosterna inca) et des grèbes
à cou noir (Podiceps nigricollis).

Le visiteur ressort alors de la volière pour
découvrir une autre structure récente.


Intérieur de la volière européenne
Intérieur de la volière européenne - mai 2017


Volière des capucins
Volière des capucins - mai 2017


Au sein de cette volière s'enchevêtrent de nombreuses
branches en bois et quelques rochers. Un groupe de
capucins bruns (Cebus apella) évolue à ce niveau.

Jouxtant l'enclos des singes, se dresse un bâtiment
percé de vitres et doublé d'une volière extérieure au
sol en sable. Ce complexe agrémenté de multiples
pierres, rochers et autres branches est le lieu de vie
de dègues (Octodon degus). Ces rongeurs occupent
l'ancienne volière des ouistitis pygmés.



Flèche

En face des deux dernières volières, on trouve  un bassin de grande taille,
accolé à une plage bétonnée. Cette nouvelle installation, comparable à celle
des otaries, est occupée par des phoques veaux marins (Phoca vitulina).
Une construction en bois, datant de 1922, a été conservée, et sert, aujourd'hui,
de point d'observation. Le "Goggelesbrücke" (pont de Goggel) a été bati sur
l'emplacement d'un ancien barrage hydraulique. Destiné à la démolition,
ce pont a été sauvé par la Fondation des Amis du Zoo, et intégré à l'enclos
des phoques rénové en 2005.
En face de l'enclos des phoques, le zoo construit une nouvelle volière .
Un groupe de capucins (Cebus sp.) devrait prendre place dans cette
installation dont l'inauguration est prévue pour octobre - novembre 2010.
A coté de la zone de travaux, une volière provisoire en bois, agrémentée de
branches feuillues, est consacrée à un petit groupe de ouistitis pygmés
(Callithrix pygmaea).


Enclos des phoques et Goggelesbrücke
Enclos des phoques et Goggelesbrücke - juin 2010


Enclos des flamants roses
Enclos des flamants roses - juin 2010
Sur la droite du sentier, un bâtiment bordé, à sa gauche par une volière agré-
mentée de quelques branchages, est occupée par une colonie de perruches à
tête de prune (Psittacula cyanocephala). Mitoyen à la volière, une autre loge
de nuit, également agrémentée de branchages, est consacrée aux coatis bruns
(Nasua nasua) du parc. Ces petits carnivores sud-américains ont également
accès à un enclos extérieur, séparé du visiteur par une palissade de verre. Cet
enclos, au sol en herbe, est aménagé de cabanes en bois, de troncs d'arbres et
de rochers.
En face des coatis, un grand lac, au milieu duquel se trouvent deux îles plantées
de saules pleureurs. Ces îles accueillent une colonie de flamants roses
(Phoenicopterus roseus), une colonie de flamants rouges (Phoenicopterus
ruber) et une colonie de flamants du Chili (Phoenicopterus chilensis).
Différents anatidés vivent également en liberté sur ce lac. Ainsi, on peut y ob-
server des tadornes de Belon (Tadorna tadorna), des tadornes casarcas
(Tadorna ferruginae), des bernaches nonettes (Branta leucopsis), des
cygnes noirs (Cygnus atratus), des dendrocygnes de Cuba (Dendrocygna
arborea
), des dendrocygnes veufs (Dendrocygna viduata), des dendro-
cygnes d'Eyton (Dendrocygna eytoni), ...


..., des canards colverts (Anas platyrhynchos), des pilets d'Europe
(Anas acuta), des souchets d'Europe (Anas clypeata), des
canards chipeaux (Anas strepera), des harles bièvres (Mergus
merganser), des garrots albéoles (Bucephala albeola), des gar-
rots à oeil d'or (Bucephala clangula),des canards siffleurs (Anas
penelope) et des gallinules poule d'eau (Gallinula chloropus).
Sur le coté droit de l'allée, un second enclos en herbe, situé dans
une forêt, agrémenté de nombreux buissons et autres rochers, est
consacré à la présentation d'un couple de loups à crinière
(Chrysocyon brachyurus).
Enfin, à coté des loups, un petit enclos, parcouru par un ruisseau
et planté de saules, au sol en terre, présente des grues de Mandchourie
(Grus japonensis) et de bernaches nénés (Branta sandidvicensis).
Enclos des loups à crinière
Enclos des loups à crinière - juin 2010


Volière des ouistitis pygmés
Volière des ouistitis pygmés - juin 2010
Enclos des coatis
Enclos des coatis - juin 2010



Flèche

Le visiteur se dirige alors vers un  enclos de grande taille, au milieu
duquel se trouve un lac. On peut y observer diverses espèces d'anatidés
et d'échassiers, parmis lesquels des erismatures roux (Oxyura
jamaicensis
), des fuligules morillons (Aythya fuligula), des fuligules
nyrocas (Aythya nyroca), des eiders à duvet  (Somateria mollissima),
des canards colverts (Anas platyrhynchos), des harles bièvres (Mergus
merganser), des harles couronnées (Mergus cucullatus), des canards
à front blanc (Anas americana), des sarcelles à ailes bleues (Anas
discors
), des hérons cendrés (Ardea cinerea), des cigognes blanches
(Ciconia ciconia), des grues cendrées (Grus grus) et des cygnes
trompettes (Cygnus buccinator).
En face des anatidés se trouvent deux enclos. Le premier, au sol en
sable, agrémenté d'un bassin en eau et de quelques rochers, est oc-
cupé par des buffles d'Asie (Bubalus bubalis). Le second, au sol
en herbe planté de quelques arbres, est consacré à la faune australienne
représentée par des wallabies de Benett (Macropus rufogriseus), des
émeus (Dromaius novaehollandiae) et des oies céréopses (Cereopsis
novaehollandiae
).




Enclos pour anatidés et pour grues
Enclos pour anatidés et pour grues - juin 2010

Enclos des castors
Enclos des castors - juin 2010
La visite de poursuit sur le sentier qui se divise pour contourner un enclos
vallonné en pierre, recréant une montagne.
Un groupe reproducteur de bouquetins des Alpes (Capra ibex ibex) est
présenté à ce niveau. En empruntant le sentier de droite, le visiteur gagne
un  enclos parcouru par un ruisseau. Cette installation peut se diviser
en deux zones, la première bétonnée, la seconde au sol en herbe et agré-
mentée de quelques rochers et arbustes. Cet enclos peut être relié ou sé-
paré de celui des grues cendrées. Lors de ma visite, il était occupé par
des bernaches du Canada (Branta canadensis) et des paons bleus (Pavo   cristatus).
A l'extrémité gauche de l'enclos, une séparation délimite une installation
composée d'un bassin et d'une plage de terre accolée à une maison visible
à travers une baie vitrée. Des castors (Castor canadensis) vivent dans cet
enclos.
Le visiteur arrive  à l'extrémité de l'enclos des bouquetins des Alpes,
Il le contourne pour se diriger vers deux enclos recréant une montagne, ag-
rémentée de rochers, de parties bétonnées, de parties en herbe.


Enclos des buffles d'Asie
Enclos des buffles d'Asie - juin 2010
Enclos des bouquetins
Enclos des bouquetins des Alpes - juin 2010


Le premier enclos est le lieu de vie d'un troupeau de bouquetins du
Caucase (Capra ibex cylindricornis), le second est occupé par des
markhors (Capra falconeri). Après avoir longé ces deux enclos, le
visiteur revient au niveau des grues cendrées et retourne sur ses pas
jusqu'à l'enclos des castors, où la visite se poursuit en direction
d'une zone forestière.
Sur la droite, un enclos, traversé par un ruisseau, est consacré à la
présentation de canards mandarins (Aix galericula), de canards carolins
(Aix sponsa), de siffleurs du Chili (Anas penelope),de  cigognes noires
(Ciconia nigra), des grues demoiselles (Anthropoides virgo) et de
cormorans (Phalacrocorax carbo).
En face des cormorans, une fosse ,aménagée, agrémentée de nombreuses
structures d'escalade en bois, au sol en herbe, est occupée par des mandrills
(Mandrillus sphinx). Elle hébergeait, antérieurement, des babouins hamadryas .


Enclos des markhors
Enclos des markhors - juin 2010

Enclos des mandrills
Enclos des mandrills - juin 2010
A l'arrière du bâtiment des mandrills, un espace en travaux devrait ac-
cueillir un groupe de makis catta (Lemur catta) en présentation libre.
L'enclos sera traversé par une rivière, disposera d'un sol en herbe, et
des buissons et troncs d'arbre viendront compléter l'aménagement.
Cet enclos de contact a été ouvert au public au cours du mois de sep-
tembre 2010. En face des singes, un  bâtiment carré a été construit en
2008. Il abrite les loges de plusieurs espèces qui occupent une vaste plaine
que le visiteur découvrira plus tard.
La suite de la visite amène le visiteur à longer, sur la droite, un grand
enclos composé d'un grand bassin, d'un bâtiment en verre et d'une plage
ombragée par de grands arbres. Un groupe de pélicans frisés
(Pelecanus crispus) y cohabite avec des pélicans roses (Pelecanus
onocrotalus
).
Mitoyen à celui des pélicans, un  enclos naturel est planté de quelques
arbres, agrémenté de buissons, avec un sol en herbe et un bassin. Cet
enclos est consacré aux ours bruns (Ursus arctos) du zoo d'Augsburg.
Bien que de taille moyenne, il convient parfaitement à cette espèce .


Enclos des ours bruns
Enclos des ours bruns - juin 2010
Enclos des ours bruns
Enclos des ours bruns - juin 2010


Enclos des pélicans
Enclos des pélicans - juin 2010
Maison des pélicans
Maison des pélicans - juin 2010


Mise à jour suite à ma visite de juin 2017 :

A l'emplacement de l'ancien enclos des castors se dresse
un bâtiment recouvert de bois entouré de deux enclos en
herbe, "Wasserleben" (La vie aquatique).

Le premier enclos situé sur la droite de la maison, dis-
pose d'une plage en herbe, plantée de quelques arbres,
sur laquelle ont été disposés rochers et souches. Le
tout s'ouvre sur un grand bassin et accueille des loutres
d'Europe (Lutra lutra).

Nous entrons dans la maison aquatique pour y découvrir
le terrier des loutres fait de faux rochers et de quelques
mousses. Le couloir est pour sa part longé de divers
aquariums.



Enclos des loutres et maison de l'eau
Enclos des loutres et maison de l'eau - mai 2017
Aquarium d'eau douce
Aquarium d'eau douce - mai 2017

Le premier bac dispose pour seuls aménagements d'un sol
recouvert de galets. Ce bac est le lieu de vie de chevesnes
(Leuciscus cephalus), de hotus (Chondrostoma nasus)
et de tanches (Tinca tinca).

Le second aquarium héberge des saumons du Danube
(Hucho hucho) et des grands brochets (Esox lucius)
qui évoluent dans un décor de racines et de plantes
aquatiques.

Sur la gauche du couloir, on peut observer une autre hutte
totalement en bois, à la lumière tamisée.



Cette hutte est reliée à un enclos extérieur que l'on
pourra observer en ressortant de la maison aqua-
tique.

cete enclos se compose d'un grand bassin et d'une
plage jonchée de bois mort. Cet espace est con-
sacré aux castors (Castor canadensis).

Le visiteur revient alors sur le sentier principal pour
gagner un autre enclos de contact, celui des lému-
riens.  Cet espace se trouve à l'arrière de l'enclos
des mandrills.


Enclos des castors
Enclos des castors - mai 2017


Enclos de contact des lémuriens
Enclos de contact des lémuriens - mai 2017

Le territoire des lémuriens que l'on traverse est légè-
rement valloné, traversé par un petit ruisseau, agré-
menté de nombreux arbres morts, branches et autres
cordes. Plusieurs buissons complètent les décors.

Au sein de cet enclos, le visiteur pourra observer des
lémurs cattas (Lemur catta), des lémurs macacos
(Eulemur macaco) et des tadornes à tête grise
(Tadorna cana).

Le visiteur ressort alors de l'enclos des lémuriens
pour se retrouver devant la maison des rhinocéros.



Flèche

En face des ours, on peut observer, accolé au bâtiment neuf, un parc
en sable, ainsi qu'un enclos de grande taille. Cette étendue herbeuse est
consacrée à la faune africaine. La plaine africaine du zoo se compose
d'un complexe de trois enclos, séparés par des fossés en eau  non visibles
du visiteur, qui a l'impression d'observer un enclos unique.
La première partie, reliée au bâtiment, est occupée par quatres rhino-
céros blancs (Ceratotherium simum simum, dont les femelles ont été
importées d'Afrique du Sud), par un groupe reproducteur d'hippotrages
noirs (Hippotragus niger), par un groupe de watussis (Bos taurus
primigenius), et par un troupeau de moutons du Cameroun (Ovis aries).
Le visiteur longe cette plaine, séparée du sentier de visite par un fossé
en eau, et se dirige vers deux volières côte à côte. Toutes deux sont for-
tement végétalisées, et agrémentées de rochers et de troncs d'arbre. Elles
sont consacrées à la présentation de rapaces, respectivement  des hiboux
grands ducs (Bubo bubo) et par des harfangs des neiges (Nyctea scandiaca).


Bâtiment des rhinocéros
Bâtiment des rhinocéros - juin 2010

Enclos des suricates
Enclos des suricates - juin 2010
Le visiteur arrive face à un petit enclos en herbe, au milieu duquel se
trouve un petit bassin. L'ensemble de cette installation est relié à une mai-
son en verre. Une colonie de flamants nains (Phoenicopterus minor) est
présenté à ce niveau.
Le visiteur découvre,  sur la gauche du sentier, les loges intérieures
des antilopes africaines, avant d'arriver à un grand bâtiment en verre.
Cette structure est consacrée aux girafes de Rotschild (Girafa
camelopardalis rotschildi). Ces grands mammifères disposent de trois
boxes. Un autre enclos en sable a été construit à l'intérieur de la maison,
il s'agit d'un enclos consacré à une colonie de suricates (Suricata
suricatta). Ces petits carnivores ont également accès à un enclos ex-
térieur en sable et planté de quelques arbustes.
Le visiteur poursuit sa visite en direction d'un enclos de grande longueur.
Une butte se dresse en son milieu, et des orties complètent les aménagements.
Cette installation, qui semble laissée à l'abandon, est le lieu de vie d'un groupe
de chèvres des montagnes (Oreamnos americanus).


Enclos des chèvres de montagne
Enclos des chèvres de montagne - juin 2010
Plaine africaine
Plaine africaine - juin 2010


Enclos des flamants nains
Enclos des flamants nains - juin 2010
Volière pour rapaces
Volière pour rapaces- juin 2010


Le sentier bifurque alors sur la gauche, pour atteindre la troisième
partie de la savane africaine. Cette partie, située sur la gauche du sentier
de visite, est consacrée à la présentation de zèbres de Grévy (Equus
grevyi).
En face des équidés, une vaste étendue en herbe est agrémentée d'amas
de rochers. Cette installation, séparée du visiteur par un fossé en eau,
est le lieu de vie d'un groupe reproducteur de takins (Budorcas
taxicolor taxicolor), composé de 6 individus. Cette espèce de bovidés,
originaire d'Asie, est peu représentée en captivité.
Mitoyen à l'enclos des takins, un petit parc, au sol en écorce, planté de
conifères, est occupé par un trio de muntjacs de Chine (Muntiacus
reevesi) et leur jeune né en 2010. Les muntjacs ont également accès
à la plaine des takins avec lesquels ils cohabitent. Lors de ma visite, le
mâle muntjac était en liberté dans le zoo.
A coté des muntjacs, un enclos, dont la taille est comparable à celui des takins ,
est laissé à l'abandon depuis le départ des cerfs de Duvaucel (Cervus duvaucelii)
qui y étaient présentés.



Enclos des takins
Enclos des takins - juin 2010

Enclos des éléphants
Enclos des éléphants - juin 2010
Sur la gauche du sentier, le visiteur longe toujours  la plaine africaine.
A son extrémité , un enclos à l'herbe haute, était occupé par des bisons
d'Amérique (Bison bison). Suite à leur décès, ils ont été remplacés par
des chevaux (Equus caballus)..
Le visiteur longe l'enclos des rhinocéros, et découvre, sur sa droite, un  enclos
en sable, agrémenté d'un bassin et de quelques jouets.
Cette installation, de petite taille, est consacrée à la présentation des éléphants
du zoo. Les deux espèces de pachydermes, à savoir l'éléphant d'Afrique
(Loxodonta africana) et l'éléphant d'Asie (Elephas maximus), cohabitent
au sein de cette installation.
Un des grand projet du zoo réside dans l'extension de cette zone. En effet,
il est prévu d'agrandir l'installation des éléphants, en rénovant leur enclos et
en y intégrant les enclos des bisons et des cerfs. Ceci permettra de tripler
la surface de cet enclos.



Flèche

Au bout de l'enclos des éléphants, le visiteur découvre un bâtiment en
béton dans lequel il est invité à entrer. Dans le sas, on découvre deux
vivariums. Celui de droite, recréant un habitat désertique est occupé
par des macroscélides à oreilles courtes (Macroscelides
proboscideus). Le terrarium de gauche représente, pour sa part, la
forêt tropicale humide, et est le lieu de présentation d'agames dragons
(Gonocephalus chamaeleontinus), de crapauds de Leschenault
(Bufo guttatus) et de rainettes bleu du Vietnam (Rhacophorus
dennysii
).
Le visiteur entre dans le bâtiment pour observer, sur la droite, les
loges intérieures des éléphants. Sur la gauche, une loge de grande taille,
est agrémentée de nombreux cordages et structures d'escalade en bois.
Cette installation est occupée par des chimpanzés (Pan troglodytes).
Au fond de la maison, un noctarium, parsemé de branchages, héberge
une des espèces phares du zoo, les nycticèbes (Nycticebus coucang).


.

Loges intérieures des éléphants
Loges intérieures des éléphants - juin 2010
Loge intérieure des chimpanzés
Loge intérieure des chimpanzés - juin 2010


Le visiteur ressort  de la maison des éléphants pourt observer l'enclos extérieur
des chimpanzés. Lesol est enherbé et garni d'un grand tronc d'arbre.


Les grands singes d'Augsburg
                                              

Chimpanzés

Coco né à Augsburg le 04/10/1988
Nicky, née au Siera Leone, arrivée à Augsburg en 1994
Akemo, né à Augsburg le 10/06/1994




Enclos des loris paresseux
Enclos des loris paresseux - juin 2010
Enclos des chimpanzés
Enclos des chimpanzés - juin 2010


Nycticèbe ou lori parsseux
Nycticèbe ou lori parsseux - juin 2010



Flèche

A coté de la maison des éléphants, un second bâtiment, relativement
ancien, invite le visiteur à voir le vivarium du zoo. Différents petits terrariums
sont encastrés dans les murs et au centre de la maison. Ces terrariums
recréent des habitats secs ou des habitats humides,selon les espèces
présentées.
Les premiers vivariums, situés sur le mur de droite, accueillent respec-
tivement des pythons arboricoles (Morelia viridis), des  boas de Mada-
gascar (Sanzinia madagascarensis). Le visiteur  peut  découvrir, au travers
d'une porte vitrée, la station d'élevage des reptiles.
Sur un autre mur se dresse un vivarium en sable, occupé par des
serpents rois (Lampropeltis pyromelana woodini). Les deux vi-
variums suivants, qui recréent une forêt tropicale pour le premier,
une région désertique pour le second, sont occupés par des pythons
arboricoles (Morelia viridis) et par des iguanes à collier  (Crotaphytus
collaris
).



Vivarium du zoo d'Augsburg
Vivarium du zoo d'Augsburg - juin 2010
Ancien bassin des alligators
Ancien bassin des alligators - juin 2010
En face des pythons, un grand enclos, constitué d'un bassin et d'une plage
en béton, est en travaux suite au départ de ses occupants. En effet, par
manque de place, le zoo a transféré les alligators du Mississipi (Alligator
mississipiensis
) vers le CERZA  et sa nouvelle serre tropicale, en France.
Le visiteur arrive alors au niveau d'un mur de la maison sur lequel s'alignent
13 terrariums sur 2 étages. Les espèces présentées à ce niveau sont : de
droite à gauche, des anolis à lèvres blanches (Anolis coelestinus), des acan-
thosaures verts (Acanthosaura crucigera), des litories bleues (Litoria
caerulae), des geckos de Madagascar (Phelsuma madagascarensis), des
serpents rois de Durango (Lampropeltis mexicana greeri), des agames à
yeux de sang (Calotes versicolor), des platysaures (Platysaurus gutalos),
des iguanes à casques (Corytophanes cristatus), des iguanes à masque
(Leiocephalus personatus), des geckos jaunes (Gekko ulikowski), des
dendrobates dorés (Dendrobates aureus), des basilics rayés (Basilicus
vittatus) et des  cordyles nains (Cordylus tropidostemum).


Enfin, le visiteur arrive au niveau du quatrième mur de la pièce où
l'on découvre encore des pythons tigres (Python molurus bivittatus),
des pythons rois (Python regius) et des boas constricteurs (Boa
constrictor).
Les deux derniers terrariums sont occupés par des basilics couron-
nés (Laemanctus longipes) et par des serpents rois de Sinaloa
(Lampropeltis triangulum sinaloae).
Le visiteur ressort  de la maison des reptiles, pour refaire  face à la plaine
des rhinocéros, et se dirige vers trois vivariums  extérieurs consacrés
aux reptiles de nos régions. Chaque vivarium  est garni de mousse, de
racines,de rochers et de graviers. Le premier est occupé par des coronelles
lisses (
Corunelle austriaca). Des couleuvres à collier (Natrix natrix)
vivent dans le second,
alors que des vipères communes (Vipera berus)
sont présentées dans le dernier.
Terrarium des reptiles européens
Terrarium des reptiles européens - juin 2010


Terrarium typique des milieux secs
Terrarium typique des milieux secs - juin 2010
Terrarium des serpents rois
Terrarium des serpents rois - juin 2010


Enclos des makis en travaux
Enclos des makis en travaux - juin 2010
Terrarium des reptiles européens
Terrarium des reptiles européens - juin 2010



Flèche

Mise à jour suite à ma visite de juin 2017 :

Le vivarium a été totalement reconstruit et forme
maintenant une maison en bois de forme ronde.

La colone centrale est aménagée de 4 vivariums.
Chaque terrarium est agrémenté de plante tro-
pical et de branches. Dans l'ordre de visite on
pourra y admirer des rainettes de White (Litoria
caerulea) puis de jeunes pythons verts (Morelia
viridis).

Le troisième vivarium présente des geckos néons
(Phelsuma klemmeri) tandis que le dernier est le
lieu de vie de geckos verts des Hauts (Phelsuma
borbonica).



Nouveau vivarium
Nouveau vivarium - mai 2017
Vivarium typique pour Phelsuma
Vivarium typique pour Phelsuma - mai 2017


Le long des murs se dressent également plusieurs vivariums
plus ou moins vastes. Les deux premiers sont mitoyens et
agrémentés de nombreuses racines, mousses et autres
plantes tropicales représentant une forêt humide. Celui de
droite héberge de jeunes pythons verts (Morelia viridis)
évoluant aux cotés de geckos de Mondorava (Phelsuma
hielscheri) tandis que celui de gauche voit cohabiter des
dendrobates bleues (Dendrobates azureus) et des den-
drobates mysétrieux (Excidobates mysteriosus).

Suite à ces bacs on peut obsevrer un grand terrarium
densément planté et agrémenté de nombreuses branches.
Ce dernier est occupé par des boas de Madagascar
(Sanzinia madagascariensis).


La visite continue alors vers un vaste terrarium aux
murs verts, traversé de nombreuses branches ver-
ticales et horizontales. Un sol recouvert d'écorces,
sur lequel poussent quelques plantes vertes et des
rochers rendent l'ensemble très naturel. Des hy-
drosaures de Weber (Hydrosaurus weberi).

A la szuite des hydrosaures, se dressent deux
autres vivariums comparables en termes d'amé-
nagements bien que plus petits en taille. Ces der-
niers sont occupés respectivement par des basi-
lics à cornes (Basiliscus plumifrons) puis par
des iguanes des Fidjis (Brachylophus fasciatus).


Loge des hydrosaures
Loge des hydrosaures - mai 2017



Vivarium typique des milieux secs
Vivarium typique des milieux secs - mai 2017
Sur la dauche de la maison, accolés au mur, s'alignent
trois terrariums consacrés aux milieux secs. Ces der-
niers disposent tous d'un sol en sable, d'un fond tapissé
de faux rochers, agrémenté de quelques rares plantes
grasses et de branche. Le premier est le lieu de vie de
fouettes queues ornés (Uromastyx ornata), le second
présente des serpents rois des montagnes Huachuca
(Lampropeltis pyromelana woodini). Enfin, le ter-
rarium accueille des cordyles du Mozambique
(Cordylus mossambicus) et des lézards à queue
épineuses (Cordylus tropidosternum).

Avant de quitter la maison des reptiles, on peut en-
core observer un vaste enclos intérieur traversé par
des troncs, des rochers et quelques plantes. Des
boas constrictors (Boa constrictor).



En ressortant du vivarium, le visiteur retrouve les terrariums
extérieurs des vipères.
Un peu plus, loin, un autre ensemble de trois bacs a été
érigé. Ces bacs disposent tous d'un fond en eau, de quel-
ques plantes et de racines. Le premier est occupé par des
rainettes vertes (Cordylus tropidosternum), le second
est consacré à des tritons alpestres (Triturus alpestris)
tandis que des sonneurs à ventre jaune (Bombina
variegata) vivent dans le dernier bac.

La visite continue alors pour repasser devant l'enclos
des lémuriens, des rhinocéros et gagner les plaines sud
américaines.
 Vivariums extérieurs des batraciens
Vivariums extérieurs des batraciens - mai 2017


Ambiance dans le vivarium
Ambiance dans le vivarium - mai 2017
Ambiance dans le vivarium
Ambiance dans le vivarium - mai 2017



Flèche

Le visiteur arrive ensuite à un carrefour, à la gauche duquel se
trouve la maison des rhinocéros. En face, le futur enclos de con-
tact des makis cattas. La visite se poursuit sur la droite.
Une première plaine en herbe, plantée de quelques arbres, est
consacrée à la faune sud américaine, représentée par des nan-
dous (Rhea americana) et par des alpagas (Lama guanicoe).
A coté des nandous, une seconde plaine en herbe, agrémentée
de rochers et de branchages, est le lieu de présentation d'un
groupe de nilgaus (Boselaphus tragocamelus) et de calaos de
Leadbeater (Bucorvus leadbeateri). Ces deux espèces cohabi-
tent à Augsburg, bien qu'elles ne soient pas originaires du même
continent.
Le visiteur peut alors se diriger sur la droite pour entrer dans
une zone du zoo construite en 2006: la mini ferme et l'aire de
jeux du zoo.


Plaine des nilgaus
Plaine des nilgaus - juin 2010

Aire de jeux
Aire de jeux - juin 2010
Les maisons et les enclos aux couleurs vives  entourent des jeux en bois
et des bacs à sable. Les enclos sont configurés de façon à ce que les
enfants puissent toucher les animaux, ou entrer dans les parcs de présentation.
Dans l'ordre de visite, on peut découvrir: des lapins nains (Oryctolagus
cuniculus
), des cochons d'Inde domestiques (Cavia porcellus), des
ânes nains (Equus asinus), des poules domestiques (Gallus gallus), des
poneys shetland (Equus caballus). ILs cohabitent avec des vaches naines
de Dahomey (Bos primigenius) et des moutons (Ovis aries).
Le dernier enclos de la mini ferme ouvert aux visiteurs est le lieu
de vie de chèvres naines (Capra hircus aegagrus).
Le visiteur quitte  la mini ferme pour revenir au niveau de la plaine des
nilgaus.
A coté des nilgaus, une granve volière, densément végétalisée, est agré-
mentée de nombreux troncs d'arbres. Un couple de panthères de l'Amour
(Panthera pardus orientalis) occupe cet espace.
En face des panthères, un petit train permet aux enfants d'ajouter une occupation
ludique à leur visite.


Enclos des lapins
Enclos des lapins - juin 2010
Bâtiment de restauration de la mini ferme
Bâtiment de restauration de la mini ferme - juin 2010


Enclos des vaches
Enclos des vaches - juin 2010
Volière des panthères de l'Amour
Volière des panthères de l'Amour - juin 2010


Accolé à la volière des panthères se dresse un grand bâtiment en verre.
Ce bâtiment accueille, outre les loges intérieures des fauves, deux autres
installations. Sur la droite de la maison, on découvre deux loges carrelées,
consacrées aux tigres de Sumatra (Panthera tigri sumatrae). Un premier
enclos, visible à travers de larges baies vitrées, au sol en terre et agrémenté
de troncs d'arbres, de branchages, et de plantes tropicales, est le lieu de vie
d'un groupe d'ouistitis de Goeldi (Callimico goeldii), d'accouchis
(Myoprocta pratti) et des colins de Virginie (Colinus virginianus).
A coté de cette installation, on découvre les loges des panthères de l'Amour.
Enfin, une dernière loge, dont l'aménagement est comparable à celui des
accouchis, est le lieu de vie d'un groupe de phalangers volants à queue courte
(Petaurus breviceps).


Loge des outistitis de Goeldi
Loge des outistitis de Goeldi - juin 2010




Loge intérieure des fennecs
Loge intérieure des fennecs - juin 2010
A ce niveau devrait également être présenté, prochainement, la seconde
espèce phare du parc, à savoir les nycticèbes nains (Nycticebus
pygmaeus), espèce peu courante en captivité, maintenu dans les coulis-
ses pour le moment.
Le visiteur ressort alors de la maison et découvre à nouveau l'enclos ex-
térieur des tigres, et celui des hyènes rayées.
L'enclos des hyènes est également relié à un bâtiment en verre dans le-
quel se poursuit la visite.
Sur la gauche de la maison, on découvre les loges sableuses des hyènes,
ainsi que les loges intérieures des lions.
Sur la droite, une autre installation en sable, agrémentée de cactus et de
rochers, recréer un milieu désertique, et est occupé par des fennecs
(Vulpes zedra) qui se sont reproduits en mai 2010. Ces renards coha-
bitent avec des calaos trompette (Bycanistes bucinator). Ces animaux
ont accès à un enclos extérieur en herbe, planté de quelques arbustes.
Le visiteur quitte alors la maison des lions et contourne le plateau exté-
rieur de cette dernière espèce avant de quitter le zoo.


Loge intérieure typique pour grands fauves
Loge intérieure typique pour grands fauves - juin 2010
Enclos intérieur des hyènes
Enclos intérieur des hyènes - juin 2010


Mise à jour suite à ma visite de juin 2017 :

La maison des tigres et des panthères a été agrandie. Les
accouchis (Myoprocta pratti) et les colins de Virginie
(Colinus virginianus) ont quitté le parc. Les ouistitis de
Goeldi (Callimico goeldii) cohabitent maintenant avec
des agoutis d'Azara (Dasyprocta azarae) et des ouistitis
pygmés (Callithrix pygmaeus).

Au fond de la pièce, un noctarium a été ajouté. Ce der-
nier compte trois loges intérieures en lumières inversées.
Chaque loge est agrémentée de nombreuses structures
en bois et en cordes. On pourra y admirer, à raison d'une
espèce par enclos, des nycticèbes nains (Nycticebus
pygmaeus), des phalangers volants à queue courte
(Petaurus breviceps) puis des galagos du Sénégal
(Galago senegalensis).

Vivarium des phalangers
Vivarium des phalangers - mai 2017



Flèche





En conclusion, le zoo d'Augsburg est un petit parc, qui présente néan-
moins, une collection intéressante, notamment des oiseaux et des primates,
avec de nombreuses espèces peu courantes en captivité.
Le parc a entamé de nombreux travaux, mais les financements sont 
véritablement un frein à son développement.
Les anciens enclos sont réaménagés petit à petit, et les projet du parc
sont nombreux.
Dans cette optique, le parc a décidé de se séparer de certaines es-
pèces "communes" au profit d'espèces menacées et peu représentées
dans les parcs européens.
Une visite de 4 heures permet de visiter le  parc dans son intégralité.
Amazilie à tête bleue
Amazilie à tête bleue - juin 2010

Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés