Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens



Best'Zoo


Best'zoo
Broekdijk 15
 5681 PG Best
Pays-Bas

Tel :
+31 499 371 706

www.bestzoo.nl
Logo Best 'zoo


Ma visite : 30 octobre 2016
Mise en ligne : 19 février 2017





Ecureuil du Japon
Ecureuil du Japon - octobre 2016
Tarifs d'entrée 2016
Horaires d'ouverture 2016
Les petits singes et les oiseaux tropicaux
Les rapaces, échassiers et becs crochus
La mini ferme, les oiseaux d'Europe
La ferme, les tatous et les suricates
Les grands fauves
Les muntjacs et tortues
La zone des primates
Les kangourous et félins de taille moyenne
Les volières de contact et les lémuriens
Les petits carnivores et les maras
Les saimiris, les pélicans et le vivarium
Conclusion



Flèche

Tarifs d'entrée 2016 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)






Tarif individuel :

     Adulte (+ 12 ans) : 11,00 €
     Enfant (3 à 11 ans) : 9,50 €
     Sénior (+ 65 ans) : 10,00 €

Pass annuel :
     Adulte (+ 12 ans) : 25,00 €
     Enfant (3 à 11 ans) : 21,00 €
     Sénior (+ 65 ans) : 23,00 €
Martin pêcheur
Martin pêcheur - octobre 2016



Flèche

Horaires d'ouverture 2016 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Pirolle verte
Pirolle verte - octobre 2016





Mai à septembre : 9h30 à 18h00
Octobre à avril : 10h00 à 17h00



Flèche

Visite du zoo


Le visiteur franchit l’entrée boutique du parc
et trouve directement face à lui, un bassin de
petite taille, entouré de galets et de bambous,
occupé par des carpes koïs (Cyprinus
carpio
).

Nous allons alors démarrer la visite sur la
droite, en direction d’une série de volières.
La première structure que no
us découvrons

est une petite volière circulaire, recouverte
d’un toit métallique. Cette volière est traver-
sée par de nombreuses branches et agré-
mentée de quelques nichoirs. Elle héberge
des écureuils du Japon (Sciurus lis).


Ecureuil du Japon
Ecureuil du Japon - octobre 2016


Volière des pirolles
Volière des pirolles - octobre 2016


Nous allons alors emprunter une longue

allée bordée de part et d’autres par des
alignements de volières. La première
volière que nous pouvons observer sur la
droite dispose d’un sol en écorces, est
agrémentée de nombreux massifs de bam-
bous et de rochers. Cette installation est le
lieu de vie de pirolles vertes (Cissa
chinensis
) et d’œdicnèmes du Cap
(Burhinus capensis).


Sur la gauche, on peut admirer un chalet en
bois entouré de deux volières extérieures.
Chaque volière dispose d’un sol en sable,
de branches, troncs, conifères et est traver-
sée de multiples cordes. La première stru-
cture est consacrée à des tamarins pinchés
(Saguinus oedipus) cohabitant avec des
faisans du Vietnam (Lophura hatinhensis).

Une famille de tamarins lions à tête dorée
(Leontopithecus chrysomelas) évolue
dans la seconde volière. En continuant
notre avancée, nous pouvons observer un
second complexe composé d’un chalet
entouré de deux volières.


Volière typique pour petits singes
Volière typique pour petits singes - octobre 2016
Volière des faucons
Volière des faucons - octobre 2016


Ces dernières sont comparables aux pré-

cédentes en termes d’aménagement. La
première voit cohabiter des faisans prélats
(Lophura diardi) et des martins chasseurs
géants (Dacelo novaeguineae), tandis que
la suivant héberge des faucons crécerelles
d'Amérique (Falco sparverius) et des
éperonniers chinquis (Polyplectron
bicularum
).



Flèche

Sur la droite, la petite volière des pirolles
laisse place à une succession de 3 vastes
volières relativement longues et hautes.
Chaque volière dispose d’un sol naturel en
terre, est plantée de conifères, bambous et
autres feuillus et est aménagée de plusieurs
rochers.

Dans l’ordre de visite, on pourra y admirer
des harfangs des neiges (Nyctea scandiaca)
dans la première, des chouettes lapones
(Strix nebulosa) dans la seconde. La troi-
sième et dernière volière s’étend sur une
dizaine de mètre et présente des vautours
papes (Sarcoramphus papa) et des calaos
terrestres de Leadbeater (Bucorvus
leadbeateri
).



Volière des harfangs
Volière des harfangs - octobre 2016
Volière des ibis
Volière des ibis - octobre 2016


Sur la droite, à la suite de l’installation des
faucons, un sentier bifurque sur la gauche
et longe une volière « tunnel ». Cette der-
nière se compose d’un sol en terre, planté
de saules et entouré de fossés en eau.

On pourra y observer des ibis rouges
(Eudocimus ruber), de rares ibis à face
blanche
(Plegadis chichi), des ibis man-
dores (Theristicus caudatus), des
canards mandarins (Aix galericulata)
de forme sauvage et de mutation blanche,
des vanneaux masqués (Vanellus miles)
et de hérons garde bœufs (Bubulcus ibis).
Volière des vautours papes
Volière des vautours papes - octobre 2016
Bassin des capres koïs
Bassin des capres koïs - octobre 2016



Nous allons alors revenir vers le sentier des

volières, contourner la structure des ibis
pour continuer la progression dans le Best
Zoo.

Après avoir traversé un couloir végétal,
nous faisons face à une volière en bois
relativement récente, agrémentée de
structures d’escalade en bois. Cette vo-
lière est le lieu de vie d’un autre groupe
d’écureuils du Japon (Sciurus lis).


Volière des écureuils
Volière des écureuils - octobre 2016


Volière des eclectus
Volière des eclectus - octobre 2016
Mitoyen à la structure des rongeurs, on
peut observer une vaste volière tunnel,
disposant d’un sol en sable, plantée de
massifs de bambous et agrémentée de
quelques rochers. Cette installation est
consacrée plus spécifiquement à la faune
de Nouvelle Guinée.

On pourra ainsi y admirer des grands
eclectus (Eclectus roratus), une armée
de vanneaux masqués (Vanellus miles)
et de rares dorcopsis de Hagen ou
dorcopsis à raies blanches (Dorcopsis
hageni
).



Flèche




La visite continue alors sur la droite de la

volière des écureuils, pour découvrir, sur
la gauche, un vivarium installé dans un
autre chalet. Ce vivarium se compose d’un
bassin central, de plages en terre plantées
de palmiers et accueille des crocodiles nains
(Osteolaemus tetraspis).


Vivarium des crocodiles nains
Vivarium des crocodiles nains - octobre 2016


Enclos de la mini ferme
Enclos de la mini ferme - octobre 2016


Dans le prolongement de l’installation des

crocodiliens, on peut observer un grand
enclos au cœur duquel le visiteur peut en-
trer. Cet espace constitue l’enclos de con-
tact du zoo et héberge des grues royales
(Balearica regulorum), des chèvres
naines (Capra hircus), des pintades do-
mestiques (Numida meleagris) et diver-
ses races de poules domestiques (Gallus
gallus domesticus
).


Face à la mini ferme, on peut observer une
rangée de 4 volières, ombragées par les
grands arbres alentours. Les deux volières
des extrémités sont beaucoup plus longues
que celles situées au centre de cette série.

La première volière, au sol en terre, est
agrémentée de quelques perchoirs en bois.
Sur l’une des largeurs, une falaise rocheuse
percée de trous offre des possibilités de
nidification à la colonie de guêpiers
d’Europe (Merops apiaster) qui s’ébat à
ce niveau.


Volière des guêpiers
Volière des guêpiers - octobre 2016


Volière des huppes fasciées
Volière des huppes fasciées - octobre 2016

Les deux petites volières sont composées

d’amas rocheux et plantes de quelques feuil-
lus. Un aquarium en hauteur présente quel-
ques poissons de petite taille, composant le
menu des martins pêcheurs (Alcedo atthis)
vivant ici.

Enfin, la dernière volière, est plantée d’im-
posants lauriers, et agrémentée d’une ruine.
Un couple de huppes fasciées (Upupa
epops
) cohabite avec des blongios nains
(Ixobrychus minutus) et des lophophores
resplendissants (Lophophorus impejanus).



Flèche


Le sentier bifurque alors sur la gauche, pour

contourner l’enclos des chèvres et border
un autre vaste espace en terre et en herbe,
creusé d’un bassin et ombragé par des
grands arbres. Ce dernier est le lieu de vie
de cigognes blanches (Ciconia ciconia), de
grues demoiselles (Anthropoides virgo),
de moutons d’Ouessant (Ovis aries), d’al-
pagas (Lama pacos), de chèvres de Nubie
(Capra hircus) ou encore de dindons
(Meleagris afropavo).


Enclos des cigognes
Enclos des cigognes - octobre 2016


Enclos des cochons laineux
Enclos des cochons laineux - octobre 2016
Une porte permet d’entrer dans ce second
enclos de contact. Au fond de la mini ferme,
on pourra voir un enclos boueux consacré à
des cochons laineux (Sus scofra
domesticus
) et un pigeonnier présentant des
pigeons queue de paon (Columbia livia
domesticus
).

Le visiteur ressort alors de la mini ferme et
fait face à une imposante maison en bois.
Sur la droite de cette dernière, un petit en-
clos en herbe accueille des lapins domes-
tiques (Oryctolagus caniculus) et un se-
cond présentant des cochons d’Inde
(Cavia porcellus domesticus).




En entrant dans la maison, nous pouvons

observer sur la droite, le boxe des co-
chons d’Inde, tandis que sur la gauche se
trouvent deux loges intérieures en sable,
agrémentées de palmiers artificiels, de
branches et de quelques rochers. Ces
loges peuvent être séparées l’une de
l’autre ou au contraire être mises en
commun et hébergent des tatous velus
(Chaetophractus villosus).


Loge des tatous
Loge des tatous - octobre 2016


Enclos des suricates
Enclos des suricates - octobre 2016


Le visiteur ressort alors de la grange,

pour découvrir l’enclos situé sur la
gauche de cette dernière. Cet espace
en sable, entouré de palissade en bois
est traversé par un petit tunnel en vitré
accessible aux enfants. Des rochers et
des souches complètent les décors du
territoire des suricates (Suricatta
suricatta
).



Flèche


Nous revenons alors sur la centrale, pour

découvrir sur la gauche, une haute, au sol
en sable, plantée de massifs de bambous
et agrémentées de structures d’escalade
en bois et de plateformes en hauteur.
Cet enclos est le lieu de vie de pumas
(Puma concolor).

Après un virage à angle droit, on peut ob-
server une seconde structure comparable
à celle des pumas, bien que plus petite,
installation occupée par des panthères du
Sri Lanka (Panthera pardus kotiya).


Volière des pumas
Volière des pumas - octobre 2016


Volière des panthères
Volière des panthères - octobre 2016





Enfin, un dernier enclos dans le même es-

prit est jonché de gros rochers et présente
des jaguars (Panthera onca), clôturant
ainsi la zone des grands félins.

Face aux fauves s’étend la terrasse de
restauration, bordée par un aquarium à
ciel ouvert dans lequel nagent de nom-
breuses carpes koïs (Cyprinus carpio).




Nous allons alors continuer la visite vers la

dernière extension du parc. Sur la droite,
on découvre une grange en pierre, devan-
cée par un enclos délimité par une palis-
sade en bois. Ce dernier s’organise autour
d’un grand arbre, dispose d’un sol en
herbe, est traversé par une cascade se
jetant dans un grand bassin.
Ce complexe est le lieu de vie de ratons
laveurs (Procyon lotor).
Enclos des ratons laveur
Enclos des ratons laveur - octobre 2016


Enclos des jaguars
Enclos des jaguars - octobre 2016
Aquarium des carpes
Aquarium des carpes - octobre 2016



Flèche

Face aux ratons laveurs se dresse la plus
grande structure du parc, espace que le
sentier va contourner. Ce complexe se
compose d’une grange en bois entourée
de vastes prairies. Le premier enclos at-
tenant, en herbe, séparé de visite par un
fossé en eau, est planté de nombreuses
herbes de la pampa et de souches.

Au cœur de cet espace on pourra ob-
server des muntjacs de Chine (Muntiacus
reevesi
) des kamichis à collier (Chauna
torquata
) et des cigognes maguaris
(Ciconia maguari).


Enclos des muntjacs
Enclos des muntjacs - octobre 2016


Enclos des coatis
Enclos des coatis - octobre 2016

Mitoyen à cet enclos, se dresse une

volière en herbe, agrémentée de nom-
breuses structures d’escalade en bois,
cordes et tuyaux de pompier. Cette stru-
cture héberge des capucins bruns (Cebus
apella
) et des coatis à queue annelée
(Nasua nasua).

Face à ces deux enclos, on peut observer
2 plateaux. Le premier de petite taille au
sol en terre est occupé par des tortues à
éperons (Geochelone sulcata).




Le second est consacré à des ânes gris

(Equus asinus domesticus). L’allée de
visite bifurque alors sur la gauche, pour
longer la volière des coatis et rejoindre
la section des primates. La découverte
de cette zone, se fait sur un sentier, bor-
dé de part et d’autres par des volières
de tailles conséquentes, reliées entre elles
par un tunnel grillagé surplombant l’allée.
Enclos des ânes
Enclos des ânes - octobre 2016



Flèche


La première volière située sur la gauche

de l’allée, dispose d’un sol en terre sur
lequel s’élèvent quelques amas de rochers,
le tout étant traversé par des branches.
Cette volière est occupée par un groupe
de magots (Macaca sylvanus).

La volière de droite est comparable à la
précédente en termes d’aménagements
et est aussi consacrée aux macaques de
Barbarie.


Enclos des magots
Enclos des magots - octobre 2016


Volière des atèles
Volière des atèles - octobre 2016


Nous continuons notre avancée, pour

découvrir, sur la droite, une volière
cubique, tendue de cordes et de bran-
ches, installation au sein de laquelle
s’ébattent des atèles noirs de Colombie
(Ateles fusciceps).

Face à ces singes araignées, on peut
observer une autre volière, plus grande
que les précédentes, agrémentée de
plantations de bambous et de branches.




Cet enclos est relié à une maison en

bois dont l’intérieur est visible au travers
de vitres. Ce complexe héberge des
singes hurleurs (Alouatta caraya).

La zone des primates compte encore
une vaste volière, en forme de « L »,
tendue de cordes et d’agrès en bois et
consacrée à une importante famille de
singes atèles noirs de Colombie (Ateles
fusciceps
).


Volière des singes hurleurs
Volière des singes hurleurs - octobre 2016


Prairie des lamas
Prairie des lamas - octobre 2016

Au bout de cette allée, le chemin bifur-

que sur la gauche, de sorte à longer une
vaste plaine en herbe, sur laquelle pâtu-
rent des ânes gris (Equus asinus
domesticus
), des lamas (Lama glama),
des zébus (Bos primigenius).

Sur la gauche, nous découvrons un enclos
en herbe, délimité d’un fossé en eau, par-
semé de grosses souches. Au fond de cet
enclos se dresse un bâtiment le bâtiment
en bois qui abrite en outre les muntjacs
(Muntiacus reevesi).



Flèche


Cet enclos est le lieu d’une cohabitation

entre des cygnes noirs (Cygnus atrata)
et des wallaroos (Macropus robustus).

A l’extrémité de la prairie, nous bifur-
quons une nouvelle fois sur la gauche, de
sorte à longer, sur la droite, une série de
cages relativement longues mais de faible
hauteur.
Les différentes structures sont séparées
l’une de l’autre par une cabane en pierres
rouges.


Enclos des kangourous
Enclos des kangourous - octobre 2016



Volières des petits carnivores
Volières des petits carnivores - octobre 2016
La première volière dispose d’un sol en
terre et est agrémentée de quelques stru-
ctures d’escalade en bois. Elle présente
des servals (Leptailurus serval).

La seconde volière est traversée par un
réseau de branches en hauteur et est
plantée de quelques saules. Elle accueille
des lynx (Lynx lynx).

Face à ces félins, s’étend le troisième
enclos entourant la cabane en bois. Des
wallabies de parmes (Macropus parma)
y évoluent aux cotés de grues de
Mandchourie (Grus japonensis) et de
sitatungas (Tragelaphus spekii).


Plaine des sitatungas
Plaine des sitatungas - octobre 2016
Volières des petits carnivores
Volières des petits carnivores - octobre 2016





Sur la droite, on peut encore admirer une

troisième cage, comparable à celle des
lynx, vide lors de ma visite. Au bout de
cette allée, le sentier bifurque une autre
fois sur a gauche, pour longer une plaine
en sable, occupée par des alpagas
(Lama pacos) et des chèvres Girgentana
(Capra hircus).


Enclos des lamas
Enclos des lamas - octobre 2016


Volière des servals
Volière des servals - octobre 2016



Le visiteur revient alors au niveau du car-

refour devançant les ratons laveurs
(Procyon lotor).

Nous allons alors tourner sur la droite pour
repasser devant les cages des grands félins
(Panthères, jaguars et pumas) et emprunter
une allée parallèle à celle de la mini ferme.



Flèche

Là, sur la droite, une porte nous invite à en-
trer dans une volière de contact, au sol en
terre et agrémentée de feuillus et de multi-
ples branches mortes. A sein de cette stru-
cture on pourra observer une colonie de
conures souris (Myiopsitta monachus) de
mutation bleue, des perruches callopsittes
(
Nymphicus novaehollandiae), des per-
ruches ondulées (Melopsittacus undulatus)
et des faisans dorés (
Crhysolophus pictus)
de mutation isabelle.


Volière de contact
Volière de contact - octobre 2016



Volière des pintades
Volière des pintades - octobre 2016
Le visiteur ressort alors de cette volière pour
longer, sur la droite, une autre volière au sol
en terre, plantée de lauriers et de branches.
Cette volière voit cohabiter des pirolles à bec
rouge (Urocissa erythrorhyncha), des
calaos à joues argentées (Bycanistes brevis)
et des pintades vulturines (Acryllium
vulturinum
).

Dans le prolongement de cette installation se
dresse une seconde volière, du même type
bien que moins végétalisée. Des loriquets arc
en ciel de Swainson (Trichoglossus
haematodus mollucanus
) y évoluent aux
cotés de vanneaux armés (Vanellus
armatus
).




Plus loin, sur la droite, une vitre permet

d’observer l’intérieur d’une cabane au
cœur de laquelle se trouvent plusieurs
structures d’escalade en bois. Cette
loge de nuit est doublée d’une volière
traversée par de multiples branches
mortes.
Quelques balançoires en bois complètent
les décors de la volière des makis cattas
(Lemur catta).


Volière des cattas
Volière des cattas - octobre 2016


Loge des dorcopsis
Loge des dorcopsis - octobre 2016

Face aux lémuriens, on retrouve l’enclos

de la mini ferme au sein de laquelle évoluent
des chèvres naines (Capra hircus).

Nous poursuivons alors la découverte du
Best Zoo, pour arriver devant la volière
des eclectus (Eclectus roratus), devan-
cée par une cabane en bois vitrée en
façade. Cet espace intérieur au sol recouvert
de paille, est agrémenté de quelques terriers
et offre un abri chauffé aux dorcopsis
d’Hagen (Dorcopsis hageni).



Flèche

En continuant sur l’allée centrale, nous dé-
couvrons, sur la droite, un enclos en sable,
agrémenté de nombreuses souches mortes
et de quelques lauriers. Cet enclos est con-
sacré à une colonie de mangoustes zébrées
(Mungo mungo).

Ces petits carnivores disposent également
d’une petite maison au sol en sable, dont
l’intérieur est visible au travers une vitre.
De part et d’autre de l’allée, se dresse de
hauts arbres, reliés entre eux par un réseau
de branches en hauteurs et entourés de
plateformes en bois.


Enclos des loutres
Enclos des loutres - octobre 2016


Enclos des loutres
Enclos des loutres - octobre 2016
Ce complexe à ciel ouvert accueille des bin-
turongs de Palawan (Arctictis binturong
whitei
).

Enfin, sur la droite, on distingue une instal-
lation composée d’un long bassin accolé à
des plages en pavés et en sable. Quelques
troncs complètent les décors du territoire
des loutres naines (Aonyx cinerea).

Le visiteur arrive alors sur une petite place
bordée sur la gauche par une pelouse et
quelques statues, tandis que sur la droite,
se dressent 2 volières au grillage relati-
vement solide.


La première d’entre elle dispose d’un sol
en sable, est agrémentée de souches et de
branches et accueille des maras nains
(Dolichotis salinicola) et des tragopans
satyres (Tragopan satyra).

La seconde volière est comparable à celle
des maras nains en termes d’aménagements
et présente des cacatoès à huppe jaune
(Cacatua sulphurea), des cacatoès
rosablins (
Eolophus roseicapilla) et des
aras araraunas (Ara ararauna).


Volière des tragopans
Volière des tragopans - octobre 2016


Enclos des tortues
Enclos des tortues - octobre 2016




Enfin, une dernière volière, plus petite que

les précédentes, complète cette allée.
Cette structure est parcourue de nom-
breux arbres et autres branches et pré-
sente des martes à gorge jaune (Martes
flavigula
).

Face aux martres, une cabane vitrée,
doublée d’un petit enclos en herbe, est
le lieu de présentation de tortues grec-
ques (Testudo graeca).
Enclos des binturings
Enclos des binturings - octobre 2016
Enclos des martres
Enclos des martres - octobre 2016



Flèche

A la suite des tortues, nous retrouvons
la grande volière des ibis rouges
(Eudocimus ruber), à l’extrémité de la-
quelle un sentier bifurquant sur la gauche,
nous reconduit vers l’allée des callithricidés.

Nous allons pour notre part rester sur
l’allée principale, et découvrir, sur la
gauche, une volière tunnel de grande
taille, densément plantée et traversée
par des cordes. Cette espace est le lieu
de vie d’une colonie de saïmiris
(Saimiri sciureus) et de hoccos à face
nue (Crax fasciolata).


Volière des saimiris
Volière des saimiris - octobre 2016


Enclos des tamanduas
Enclos des tamanduas - octobre 2016


Face à la volière des petits singes, se dres-

se une grande maison en bois, percée de
différentes vitres, s’ouvrant chacune sur un
vivarium.

Sur la droite de la maison, on peut encore
observer un enclos au sol en terre, agré-
menté de quelques branches. Cet enclos,
ainsi que la première loge de la maison en
bois sont consacrés à des tamanduas
(Tamandua tetradactyla).


Le second vivarium au sol recouvert
d’écorces, dispose de quelques plantes
artificielles et accueille des pythons
royaux (Python regius). Le troisième
terrarium au sol en sable, a été décoré
de petites maisons à colombages et
présente des souris (Mus musculus).

A la suite des rongeurs, on peut admirer
un vivarium rempli de branches, consacré
à des agames barbus (Pogona vitticeps).


Vivarium du parc
Vivarium du parc - octobre 2016


Exemple de vivarium
Exemple de vivarium - octobre 2016



Enfin, les 3 derniers terrariums sont reliés

entre eux par des tubes de PVC et sont
tous agrémentés de terres, d’aiguilles de
pins et de ronces. On pourra y découvrir
la vie d’une fourmilière (Atta sexdens).

Le visiteur franchit alors un porche, pour
se retrouver sur la terrasse du second
snack du parc, bordé sur la droite, par
un enclos en herbe, creusé d’un bassin, le
tout hébergent des pélicans à dos rosé
(Pelecanus rufescens) et des pélicans
blancs (Pelecanus onocrotalus).







Nous retrouvons alors le bassin des car-

pes koïs et ma boutique du parc, avant
d’achever la visite de ce petit zoo hollan-
dais.
Enclos des pélicans
Enclos des pélicans - octobre 2016



Flèche



En conclusion, le Best Zoo est un petit parc  
se rapprochant plus d’une collection privée.
La collection se compose d’espèces com-
munes mais également d’espèces très peu
courantes en captivité. Les enclos sont pour
la plupart de bonne facture, bien que la taille
du parc limite leur surface.
Dorcopsis de Hagen
Dorcopsis de Hagen - octobre 2016


Copyright ©  -  2007-2017  -  J. Bordonné  - Tous droits réservés